Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 14:09

 

 

 

NDLR : Les candidats signataires de cette déclaration n’ignoraient rien du mauvais niveau de préparation des élections, des sérieux manquements et autres carences de l’ANE qu’ils relèvent seulement maintenant et ont néanmoins accepté d’être candidats à ladite élection présidentielle et ont normalement battu campagne. Au regard des scores tellement ridicules et si dérisoires que la plupart de ces candidats ont récoltés, ne serait-ce que dans la capitale où certains ont davantage fait beaucoup de bruit pendant la campagne sans jamais mettre pieds dans l’arrière-pays, la décence et un minimum de sens de cohérence aurait voulu qu’ils se fassent plus discrets actuellement. Leur démarche de réclamer l’annulation pure et simple de ces élections donne l’impression qu’ils sont des mauvais perdants. Leur requête aurait été jugée crédible si les scores de la plupart de ces signataires n’étaient pas aussi humiliants alors qu’ils s’étaient découvert un destin national. 

 

La rédaction

 

 

 

Présidentielle centrafricaine: deux tiers des candidats exigent "l'arrêt" d'une "mascarade électorale"

 

04/01/16 (AFP) Une vingtaine de candidats du premier tour de la présidentielle en Centrafrique ont exigé "l'arrêt des opérations électorales", dénonçant "une mascarade", dans une déclaration commune que l'AFP a pu consulter lundi.

 

Les signataires, qui font état de nombreuses irrégularités après la publication des premiers résultats partiels du scrutin du 30 décembre, refusent "d’être complices de cette mascarade électorale" et exigent "purement et simplement l'arrêt" des opérations "au profit d'un processus concerté".

 

Ils invitent en outre "tous les acteurs impliqués à se mettre autour de la table pour définir les modalités pour la +sauvegarde de la nation+".

 

Le texte affirme que les opérations électorales du 30 décembre "ont révélé de graves irrégularités et intimidations dans le déroulement du scrutin, et des manipulations de nature à remettre fondamentalement en cause la sincérité, la transparence et la crédibilité du scrutin", sans toutefois préciser lesquelles.

 

Une vingtaine de candidats - sur un total de 30 - ont déjà signé ce texte, notamment Karim Meckassoua, présenté comme un des poids lourds de l'élection, et un ancien fils de président, Sylvain Patassé.

 

En revanche, les candidats pour l'instant en tête de la course à la présidentielle après la publication dimanche de résultats encore très partiels - notamment Faustin Archange Touadéra et Anicet Georges Dologuélé - ne figurent pas parmi les signataires.

 

D'après des résultats portant sur environ un quart des électeurs inscrits, Faustin Archange Touadéra a recueilli 120.838 voix, largement devant l'un des favoris, Anicet Georges Dologuélé (68.547 voix), et Désiré Kolingba, fils d'un ancien président (39.952 voix).

 

Faustin Archange Touadéra est un ancien Premier ministre (2008-2013) de l'ex-président François Bozizé renversé en 2013.

 

Anicet Georges Dologuélé est lui un ancien Premier ministre du président Ange-Félix Patassé, au pouvoir de 1993 à 2003, avant d'être renversé par Bozizé. Il a reçu le soutien officiel du parti de Bozizé.

 

Près de deux millions d'électeurs centrafricains étaient appelés aux urnes mercredi pour élire un nouveau président et leurs représentants à l'Assemblée nationale. Ces scrutins sont censés sortir le pays de trois années de violences intercommunautaires qui ont ravagé le pays.

 

Le vote, qui s'est déroulé sans incident majeur, avait été qualifié de "succès" par la communauté internationale qui a salué l'absence de violences.

 

Les résultats définitifs seront rendus publics dans les prochains jours. Un probable second tour est prévu le 31 janvier.

 

La Centrafrique, un des pays les plus pauvres au monde, est plongée dans le chaos depuis le renversement du président François Bozizé en mars 2013 par l'ex-rébellion Séléka, elle-même finalement chassée du pouvoir par une intervention internationale menée par la France dans son ancienne colonie début 2014.

 

 

Des candidats à la présidentielle aux faibles scores demandent l'arrêt du processus électoral
Des candidats à la présidentielle aux faibles scores demandent l'arrêt du processus électoral
Des candidats à la présidentielle aux faibles scores demandent l'arrêt du processus électoral
Des candidats à la présidentielle aux faibles scores demandent l'arrêt du processus électoral
Des candidats à la présidentielle aux faibles scores demandent l'arrêt du processus électoral
Des candidats à la présidentielle aux faibles scores demandent l'arrêt du processus électoral
Des candidats à la présidentielle aux faibles scores demandent l'arrêt du processus électoral

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com