Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 21:55
Centrafrique: législatives annulées

 

 

 

Par AFP — 25 janvier 2016 à 16:02 (mis à jour à 19:19)

 

Le premier tour des législatives en Centrafrique a été annulé lundi en raison de «nombreuses irrégularités» par la Cour constitutionnelle, qui a confirmé l’affrontement au second tour de la présidentielle de deux anciens Premiers ministres, Anicet Georges Dologuélé et Faustin Archange Touadéra.

 

Ces deux scrutins, destinés à permettre à ce pays pauvre de sortir de trois ans de conflit armé et d’affrontements intercommunautaires, ont eu lieu le 30 décembre dernier dans un calme notable. Ils ont été marqués par une forte participation des électeurs malgré de nombreux problèmes logistiques.

 

«Les élections (législatives) du 30 décembre 2015 sont annulées et seront reprises (...) à cause de nombreuses irrégularités et l’implication des candidats dans ces irrégularités», a déclaré le président de la Cour constitutionnelle de transition, Zacharie Ndouba, au cours d’une séance publique à Bangui.

 

«Le Conseil national de transition (CNT, assemblée législative) reste en place jusqu’à l’installation de l’assemblée nationale élue», a-t-il poursuivi, précisant que la Cour «a reçu 414 requêtes» de candidats mécontents.

 

Les législatives avaient été organisées dans les 140 circonscriptions du pays mais le matériel électoral et les nombreux bulletins de vote, acheminés souvent au dernier moment, n’avaient pas toujours pu atteindre les zones les plus reculées.

 

«Dans certaines localités, des compatriotes ont voté uniquement pour la présidentielle parce que les bulletins de vote pour les législatives ne sont pas parvenus à temps», avait reconnu le rapporteur général de l’Autorité nationale des élections (ANE), Julius Ngouadé Baba.

 

Concernant le traitement des résultats des législatives, auxquelles s’étaient présentés plus d’un millier de candidats, «les procès-verbaux ne sont pas parvenus à 100% à l’ANE pour toutes les circonscriptions électorales». Et quand ils y sont parvenus, «certaines données n’ont pas pu être prises en compte, parce que les procès-verbaux et feuilles des résultats sont tout simplement inexploitables», avait-il déploré.

 

Les nouvelles législatives doivent être organisées dans un délai de 60 jours. Cependant, ces délais dans le processus électoral sont régulièrement dépassés et les échéances souvent reportées.

 

Ainsi, le second tour de la présidentielle prévu le 31 janvier devrait être reporté au moins d’une semaine, selon des sources proches de l’ANE qui devrait très prochainement en confirmer la date.

 

Deux anciens Premiers ministres, Anicet Georges Dologuélé et Faustin Archange Touadéra, s’affronteront après être arrivés en tête du premier tour, a confirmé lundi à Bangui la Cour constitutionnelle.

 

- Touadéra en sérieux outsider -

 

M. Dologuélé a obtenu 268.952 voix, soit 23,74% des suffrages exprimés, et Faustin Archange Touadéra 215.000 voix (19,05%).

 

Au total, sur près de 2 millions d’électeurs inscrits, 1.362.886 suffrages valides ont été exprimés.

 

La Cour, auprès de laquelle les candidats mécontents ont pu déposer des recours, a confirmé les résultats précédemment donnés par l’ANE.

 

Désiré Kolingba, fils d’un ex-chef de l’Etat, arrive troisième avec 135.198 voix (12,04%). Martin Ziguélé, ancien Premier ministre, est quatrième avec 129.474 voix (11,43 %) et Jean-Serge Bokassa, autre fils de chef d’Etat, cinquième avec 68.705 voix (6,06 %).

 

Au total, 30 candidats étaient en lice au premier tour.

 

M. Dologuélé faisait figure de favori de la présidentielle, surtout après le ralliement en sa faveur du parti KNK de l’ex-chef de l’Etat François Bozizé, renversé en 2013 par la rébellion Séléka. M. Bozizé ne pouvait se présenter en raison de sanctions internationales et d’un mandat d’arrêt à son encontre émis par les autorités de transition.

 

M. Touadéra, qui disposait de moins de moyens que son futur rival, s’est révélé comme la grande surprise du premier tour et est désormais un sérieux outsider.

 

Le dernier Premier ministre de M. Bozizé (2008-2013) a réalisé de très bons scores dans les fiefs de l’ex-président dans l’ouest du pays, bénéficiant d’une partie importante de l’électorat traditionnel du KNK, malgré les directives du parti.

 

La Centrafrique est plongée dans le chaos depuis le renversement du président Bozizé par la Séléka, elle-même finalement chassée du pouvoir par une intervention internationale menée début 2014 par la France dans son ancienne colonie.

 

 

Centrafrique : la Cour constitutionnelle valide les résultats du 1er tour de la présidentielle

 

25 janvier 2016 à 15h05 à 17h14 Par Vincent Duhem

 

Après avoir étudié, puis rejeté, les recours de plusieurs candidats à l'élection présidentielle en Centrafrique, la Cour constitutionnelle a validé lundi les résultats du premier tour du scrutin, organisé le 30 décembre. Le duel entre Anicet-Georges Dologuélé et Faustin-Archange Touadéra est ainsi confirmé.

 

C’est près d’un mois après la tenue du scrutin que les résultats du 1er tour de la présidentielle en Centrafrique du 30 décembre ont été validés. La Cour constitutionnelle a rejeté lundi 25 tous les recours déposés par Martin Ziguélé, Karim Meckassoua, Désiré Kolingba et Sonny Colé, confirmant ainsi la présence au second tour de Anicet-Georges Dologuélé et Faustin-Archange Touadéra.

 

Les deux anciens Premier ministre ont été crédités respectivement de 23,7 % et 19,05 %. Au total, sur près de 2 millions d’électeurs inscrits, 1 million 362 886 suffrages valides ont été exprimés.

 

Conséquence du retard pris par la Cour constitutionnelle, le second tour va être repoussé. Initialement prévu le 31 janvier, il aura lieu, selon une source diplomatique, le 7 ou le 10 février.

 

En revanche, et c’est une décision lourde de conséquences, le 1er tour des législatives, qui ont eu lieu en même temps que la présidentielle, ont été annulées en raison de nombreuses irrégularités.

 

 

RCA: résultats de la présidentielle validés, législatives annulées


Par RFI  25-01-2016 Modifié le 26-01-2016 à 01:51

 

La Cour constitutionnelle de transition de la RCA a confirmé ce lundi les résultats officiels du premier tour du scrutin tenu le 30 décembre dernier. Les deux candidats qui s'affronteront au second tour sont Anicet Georges Dologuélé, en tête du premier tour avec 23,7% des voix et Faustin Archange Touadéra, crédité de 19%. En revanche, il faudra revoter pour les législatives.

 

La Cour constitutionnelle de transition confirme à peu de choses près les résultats de la présidentielle proclamés par l'autorité nationale des élections. Le second tour opposera bien Anicet Dologuélé, crédité de 23,7% des suffrages, à Faustin Touadéra, crédité de 19%. L'ordre des poursuivants ne varie pas non plus. Kolingba est toujours troisième avec 12%, et Ziguélé quatrième à 11,4 %.

 

Lors d'une audience de plusieurs heures, la Cour constitutionnelle a expliqué pourquoi les recours déposés par cinq des candidats à la présidentielle, dont Kolingba et Ziguélé, étaient rejetés. L'argument le plus entendu, c'est que les irrégularités mentionnées par tel ou tel n'étaient pas de mesure à influencer le résultat final ou la sincérité du scrutin.

 

Législatives annulées

 

Un argument qui ne peut pas s'appliquer en revanche aux législatives dont le premier tour s'est déroulé en même temps que la présidentielle, le 30 décembre dernier. La Cour constitutionnelle a étudié plus de 400 recours ces dernières semaines et a décidé d'annuler purement et simplement le premier tour de ces législatives.

 

Les ratés dans l'organisation et dans la remontée des résultats avec certains bulletins envoyés au dernier moment qui ne sont jamais arrivés dans les bureaux de vote, ou alors en retard par exemple ; les irrégularités et les manquements techniques ; voire les fraudes dans lesquelles certains candidats étaient d'ailleurs impliqués. Tout cela a pu altérer les résultats des élections localement.

 

Nouveau calendrier

 

Il va donc falloir convoquer les électeurs pour un nouveau premier tour du scrutin législatif et pour le second tour de la présidentielle. L'ANE devra donc publier très prochainement un nouveau calendrier. En attendant, le Conseil national de transition reste en place. Il est maintenu jusqu'à l'installation de l'Assemblée nationale élue, précise la Cour.

 

Si certains candidats se félicitent de cette décision, comme Anicet Dologuélé, d'autres ne comprennent pas. Martin Ziguélé, candidat déçu à la présidentielle, mais en lice pour un poste de député, ne voit pas comment on peut dissocier les deux scrutins puisqu'ils avaient lieu le même jour et dans les mêmes bureaux de vote.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com