Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 12:31
Centrafrique: l'ONU pointe du doigt 5 pays accusés dans des scandales sexuels
Centrafrique: l'ONU pointe du doigt 5 pays accusés dans des scandales sexuels

 

 

 

 29.01.2016, 21:38  

 

Un haut responsable de l'ONU a révélé ce vendredi que des soldats ou policiers de cinq pays de Centrafrique sont accusés d'avoir commis des abus sexuels sur des mineurs.

 

Des soldats ou policiers de cinq pays (Bangladesh, Maroc, RDCongo, Niger et Sénégal) sont accusés d'avoir commis des abus sexuels sur des mineurs. Ils agissaient dans le cadre de la Mission des Nations unies en République centrafricaine, a révélé vendredi un haut responsable de l'ONU.

 

C'est la première fois que l'ONU nomme publiquement et de sa propre initiative les pays dont sont originaires des responsables d'abus sexuels ou d'exploitation sexuelle parmi ses missions de maintien de la paix. Anthony Banbury, secrétaire général adjoint chargé de la logistique des missions, a fait valoir une "volonté de transparence".

 

Sanctions sur Internet

 

Il a expliqué que ce serait bientôt la règle pour toutes les accusations de ce genre. L'ONU doit publier, le mois prochain, un rapport dans lequel les pays seront nommés. Un site internet permettra, autant que possible, de suivre l'évolution des enquêtes et les sanctions éventuelles contre les Casques bleus reconnus coupables.

 

Il revient aux pays contributeurs de troupes de mener ces enquêtes et de gérer leurs éventuelles suites judiciaires.

 

M. Banbury a détaillé devant la presse cinq affaires parmi les plus récentes impliquant dix membres de la Minusca: deux soldats du Bangladesh, un soldat de RDCongo, un soldat marocain, quatre soldats nigériens et deux policiers sénégalais. Ils sont accusés d'avoir abusé en tout de six victimes, toutes mineures, parfois en échange d'argent, entre janvier 2014 et décembre 2015.

 

ONU pas seule en cause

 

En tout, l'ONU a recensé, l'an dernier, 22 cas d'accusations d'abus sexuels portées contre ses Casques bleus en République centrafricaine, sur un total de 69 pour l'ensemble de ses 16 missions dans le monde. En 2014, l'ONU avait confirmé 51 cas, beaucoup moins que les 85 cas recensés en 2010, a souligné M. Banbury.

 

 

Accusations d'abus sexuels en Centrafrique: la Géorgie coopérera avec les enquêteurs

 

29/01/16 (AFP)

 

Les autorités géorgiennes ont promis vendredi de faire tout leur possible pour que soient jugés les soldats géorgiens soupçonnés d'abus sexuels sur mineurs en Centrafrique.

 

Plusieurs filles mineures ont déclaré à une équipe de l'ONU en Centrafrique avoir été abusées sexuellement en 2014 par des soldats étrangers, dont des soldats du contingent géorgien opérant au sein de la force de l'Union européenne (Eufor-RCA), a révélé vendredi le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein.

 

"Nous croyons fermement que chacun de nous, au niveau national comme international, doit faire tout son possible pour s'assurer que les personnes commettant ces crimes soient jugées", a annoncé dans un communiqué le ministère de la Défense.

 

"Nous avons pour objectif d'enquêter sur cette affaire en détail et si des crimes aussi graves sont avérés, les auteurs de ces crimes devront être traduits en justice", a-t-il ajouté, précisant que cette enquête devait se tenir "dans les plus courts délais".

 

"Jusqu'à ce que cela soit établi et en accord avec les ordres du ministère géorgien de la Défense, chaque personne qui avait le devoir d'enquêter sur les faits et établir la vérité dans cette affaire en 2014 sera relevée de ses fonctions", est-il encore annoncé.

 

Interrogé par l'AFP, un haut responsable militaire géorgien a précisé que cette décision avait été prise afin de garantir une enquête "transparente".

 

"Les membres du ministère de la Défense qui enquêtaient ont été relevés de leur fonction jusqu'à la fin de l'enquête afin que soit menée une investigation transparente, les enquêteurs et les accusés appartenant au même département", a déclaré le colonel Omar Begoïdze, commandant adjoint de la Garde nationale géorgienne.

 

"Cette affaire est de la plus haute importance à la fois pour le gouvernement géorgien et les Forces armées géorgiennes", a par ailleurs affirmé le ministère. "Il est inacceptable que les actions présumées de plusieurs personnes, si elles sont prouvées, fassent honte à l'image et prestige des Forces armées géorgiennes."

 

Environ 150 soldats géorgiens participaient à l'Eufor-RCA, présente de février 2014 à mars 2015 à Bangui où elle avait pour mission de rétablir la sécurité avec 700 hommes au plus fort de son déploiement.

 

Début janvier déjà, l'ONU avait annoncé avoir ouvert une enquête sur de nouvelles accusations d'abus sexuels portées contre des soldats de trois pays participant à la Mission de l'ONU en RCA (Minusca). Les victimes présumées étaient quatre fillettes.

 

L'ONU sort également d'un autre scandale retentissant, concernant des militaires français accusés d'avoir violé des enfants en 2013 et 2014, et entendus par la justice début décembre.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com