Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 23:56
Votes prolongés en Centrafrique
Votes prolongés en Centrafrique

 

 

 

Par lefigaro.fr avec agences 14/12/2015 à 22:49  14/12/2015 à 22:28

 

Les opérations de vote du référendum constitutionnel se sont poursuivies lundi dans les zones de République centrafricaine perturbées dimanche par des violences et problèmes logistiques.

 

Selon un responsable de la Croix-Rouge, cinq personnes ont été tuées et 34 autres blessées durant les violences de dimanche dans la capitale Bangui, déclenchées, selon le commandant militaire des casques bleus de l'Onu, par des éléments voulant empêcher le scrutin.


"Depuis sept heures du matin (08h00 GMT), des milliers de personnes votent", a déclaré Ousmane Abakar, porte-parole de l'enclave musulmane de PK5, aux abords de laquelle ont éclaté des heurts dimanche.


"Nous sommes résolus à voter, malgré les tirs d'hier", a ajouté le porte-parole.
 

Les opérations de vote ont pris fin dans l'après-midi et les résultats seront communiqués dans les 72 heures, a déclaré Marie-Madeleine N'Kouet, présidente de l'Autorité nationale électorale (ANE).


Le calme régnait lundi dans les rues de la capitale. Des casques bleus de la Minusca étaient en position aux carrefours les plus importants.


Un porte-parole des services du Premier ministre a indiqué que des électeurs de certains secteurs du nord du pays n'avaient pas pu aller voter parce que des combattants fidèles à Noureddine Adam, commandant militaire des ex-rebelles de la Séléka, empêchaient les opérations de vote.

 

 

Reprise du référendum dans le quartier musulman de Bangui après les violences de dimanche

 

14/12/15 (AFP)

 

Les opérations de vote pour le référendum constitutionnel en Centrafrique ont exceptionnellement repris lundi dans le quartier musulman du PK5 à Bangui, où le scrutin a été perturbé dimanche par des tirs à l'arme lourde qui ont fait cinq morts, a constaté une journaliste de l'AFP.

 

Un imposant dispositif militaire des forces internationales (Casques bleus et soldats français de Sangaris) était en place autour du quartier, notamment aux abords du bureau de vote de l'école Baya Dombia visé dimanche par des tirs de mitrailleuse et de lance-roquette.

 

Ces tirs ont fait cinq morts et une vingtaine de blessés, dont plusieurs dans un état très grave, selon un nouveau bilan établi lundi matin par la Croix-Rouge centrafricaine.

 

Aucune violence n'a été signalée lundi en début de matinée dans la capitale centrafricaine, où le vote devait initialement se terminer dimanche. Aucun résultat du scrutin n'était disponible lundi matin.

 

Le référendum vise l'adoption d'une nouvelle constitution et constitue également un test avant les élections présidentielle et législatives prévues le 27 décembre, sous pression de la communauté internationale.

 

La participation au scrutin a divisé l'ex-rébellion musulmane Séléka et les rangs des milices chrétiennes anti-balaka, où des factions opposées au processus électoral ont tenté de dissuader la population de participer au vote.

 

En province également, plusieurs incidents ont été signalés dimanche, surtout dans le Nord et l'Est, selon une source anonyme au sein de la Minusca.

 

A Ndele, Birao et Kaga Bandoro, fiefs de la faction Séléka de Nourredine Adam, les habitants intimidés par des tirs et des menaces ne se sont pratiquement pas rendus dans les bureaux de vote. De même à Bossangoa, fief anti-balaka dans l'ouest, des tirs ont dissuadé les gens de voter.

 

Ces échéances électorales repoussées plusieurs fois dans ce pays dévasté par trois années de violences intercommunautaires, sont censées clore une transition politique à bout de souffle et permettre un retour à l'ordre constitutionnel.

 

La Centrafrique, un des pays les plus pauvres au monde, est plongée dans le chaos depuis le renversement du président François Bozizé en mars 2013 par l'ex-rébellion Séléka, elle-même finalement chassée du pouvoir par une intervention internationale début 2014.

 

 

Centrafrique : La population du km5 vote le référendum constitutionnel dans la sérénité

 

http://rjdh.org/  PAR BABIKIR OUSMANE LE 14 DÉCEMBRE 2015

 

Après une tentative dimanche 13 décembre du boycott du vote référendaire au Km5, les électeurs sont à nouveau convoqués aux urnes ce lundi 14 décembre suite à décision de l’ANE de poursuivre le vote référendaire. Des électeurs se sont rendus massivement ce matin au centre de l’école Koudoukou où ils votent dans la sérénité la nouvelle Constitution.

 

Très tôt le matin, à 6 heures, des habitants du km5 qui sont en âge de voter se sont présentés devant chaque bureau de vote pour répondre à l’appel  de leurs noms afin d’accomplir leur devoir civique. L’engouement de la population pour le vote référendaire était très manifeste à l’école Koudoukou, car, chacun se bouscule pour le vote.

 

Abdouramane Sylla,  président du bureau de vote numéro 1 a fait savoir qu’aucun incident s’est encore produit. « Le bureau de vote était ouvert à 8h40. Les matériels sont venus à temps, il n’ya pas de difficultés majeur. Nous avons fait d’abord voter le Ministre de l’Administration du territoire, Modibo Bachir Walidou et nous continuons avec les autres personnes en âge de voter », a signifié Abdouramane Sylla.

 

Mariam Assoul Benita, l’une des électeurs qui vient de remplir son devoir citoyen  se dit très  satisfaite de ce scrutin. « Je suis  fière de mon pays. Je veux le développement, c’est pourquoi je suis venue voter la constitution », s’est-elle exprimé.

 

Un autre électeur qui n’a pas encore eu l’occasion de voter attend avec patience son tour pour aller voter. «  Je n’ai pas encore voté, mais j’attends avec patience. Pour ceux qui ne veulent pas voter, je les invite à le faire car,  c’est  le devoir d’un bon citoyen », a-t-il dit.

 

La fin des opérations de vote à l’école Koudoukou était prévue à 16 heures. Mais compte tenu de l’insécurité dans le secteur, cela est ramenée à 15 heures GMT.

 

Le vote dans une partie du 3e arrondissement, notamment au KM5 a été perturbé dimanche 13 décembre par des attaques d’hommes armés.

 

 

Centrafrique : Une forte mobilisation de la population de Bangassou pour le vote référendaire

 

http://rjdh.org/  PAR VICTOR KOMAS LE 14 DÉCEMBRE 2015

 

La population de Bangassou dans la préfecture de Mbomou s’est fortement mobilisée le dimanche 13 Décembre 2015 pour voter la nouvelle  constitution. Selon Alain Bissialo, Président de  l’Autorité Sous Préfectorale  de Bangassou,  le taux de participation est élevé. Aucun incident majeur n’est signalé dans la région.

 

Selon les informations du RJDH, l’heure de l’ouverture des bureaux de matin a été respectée. La population de Bangassou s’est rendue massivement aux différents bureaux pour s’exprimer sur la nouvelle constitution.

 

Alain Bissialo, président de  l’Autorité Sous Préfectorale  des Elections de Bangassou  se dit très satisfait de la participation « sur les 32 bureaux de vote installés dans la ville de Bangassou, on peut noter provisoirement le taux de participation  98%  »

 

Il a par ailleurs souligné que la population de Bangassou manifeste sa volonté pour le retour à l’ordre constitutionnel.

 

Les organisations non gouvernementales, les autorités locales et les forces onusiennes ont sensibilisé la population en faveur de la loi fondamentale avant ce vote référendaire.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com