Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 décembre 2015 4 24 /12 /décembre /2015 14:09
Voeux de Noel et de nouvel an du Président de PATRIE

 

 

 

JOYEUX NOËL ET VŒUX POUR LE NOUVEL AN

Mes chers compatriotes, 

Cette année qui s'écoule a été particulièrement éprouvante pour notre pays. 
Elle aura vu les Centrafricains, en proie, une fois de plus, aux démons de la haine et de la division. Des vies ont été perdues, la cohésion sociale malmenée. 


En somme, nous avons fait un grand bond en arrière. Les causes sont à chercher dans le comportement de tous et de chacun. 


Assurément, nous, leaders d'opinion ( pas que politiques) avons une grande part de responsabilité dans cette tragédie nationale. J'ai souvent déploré cette hypocrisie de la part de certains, qui consiste à tenir en public un langage généreux, républicain, basé sur les grands principes humanistes, et se faire le héraut de la supériorité tribale, de l'exclusion, en petit comité. 


Assurément, c'est le terreau, dont l'ignorance est l'engrais, sur lequel prospèrent tous  les extrémismes. Cette lâcheté n'a que trop duré. Nous sommes frères et sœurs, égaux devant la loi, condamnés à vivre sur cette terre qu'on appelle la RCA, et ce destin commun doit nous imposer une certaine conduite. 


Chers Compatriotes, 


Nous sommes à l'orée d'élections aussi déterminantes que délicates pour notre pays. 


J'avais souhaité vous y représenter, au poste le plus élevé de l'Etat. Je voulais vous y servir fidèlement, comme j'ai déjà pu le démontrer, avec mes forces et mes faiblesses, parce qu'homme, de chair et de sang. Comme le disait Indira Gandhi, " je ne suis pas assez égocentrique pour penser qu'un autre ne pourrait le faire à ma place, mais pas assez modeste pour dire que je ne pourrais le faire". 


Un autre le fera donc à ma place, pour les cinq prochaines années, parce que la Cour constitutionnelle en a décidé ainsi. 


J'ai donné mon avis sur cette décision. Mon opinion n'a pas changé. Mais c'est la Cour Constitutionnelle de notre pays. En moi, aucune acrimonie, aucun crève-cœur envers qui que ce soit. 


Bien au contraire. Je garde intacte pour certains membres de Cette cour, mon admiration première. Parfois, certaines choses dépassent notre propre et modeste personne. Et sur le chemin de la vie, la mienne, certains faits ont fini de me persuader que chaque fois qu'on a cru me nuire, on m'a rendu service. 


Le moment de surprise passé, j'ai accepté cette situation en fils reconnaissant vis-à-vis du créateur. Comme vous le savez, on rencontre son destin parfois par les chemins que l'on prend pour l'éviter. 


Ce que nous avons mis en marche ne s'arrêtera pas. 


Le Patrie a présenté des candidats aux élections législatives, qui font notre fierté, par leur vitalité et la qualité de leurs propositions. Ils sont le visage de ce que nous serons demain, de ce que nous sommes déjà un peu. 


Avec un peu d'efforts, nous aurons un groupe parlementaire, pour contribuer à la reconstruction de notre pays. 


Le Patrie restera lucide, gardera son identité et commencera sa marche vers le pouvoir au lendemain des élections générales. 


Nous accepterons les résultats de ces élections. Nous avons signé le Code de bonne conduite, et au Patrie, les mots ont un sens. 


En son temps, nous avions déploré les conditions dans lesquelles ces élections allaient se tenir, ainsi que les multiples violations du Code Électoral. Certains n'y ont vu qu'une manœuvre d'un groupuscule assoiffé de pouvoir, comme si on était incapables de s'élever au dessus des contingences matérielles. 


Aujourd'hui, les mêmes commencent à crier par anticipation aux fraudes. 


Cela me rappelle étrangement les élections de 2011. Vice-President de la CEI, un des représentants de l'opposition, j'avais préféré démissionné. Mon camp n'était pas d'accord avec cette décision, avait préféré participé et co-organisé ces élections, avant de dénoncer les fraudes. 


Quel que soit le President qui sera issu des urnes, le Patrie l'acceptera.


Mais le Patrie ne se précipitera pas pour faire alliance. Nous jugerons sur pièce. Car comme le disait Mitterrand, "il faut savoir dire non quand il le faut, selon donne du poids à nos oui"


Le plus important, c'est de commencer la reconstruction, ou plutôt, la construction de notre pays meurtri. Ce qui passe par une réconciliation préalable. 


Le President élu sera mal élu, ne sera pas parfait, mais ça, nous le savons déjà, et nous l'avons accepté. Ne feignons pas de le découvrir au lendemain des élections. 


C'est sur ces mots, que je vous souhaite, chers compatriotes, bonne fête de noël, et mes vœux de santé, de paix, et de bonheur pour l'année qui commence.


Vive la République, une et indivisible. 

Maître CREPIN MBOLI-GOUMBA


Président du PATRIE 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com