Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 21:46
RCA: une transition peu convaincante
RCA: une transition peu convaincante

 

 

CHRONIQUE DE JEAN-BAPTISTE PLACCA

 

Par Jean-Baptiste Placca, Par François Mazet  RFI samedi 26 décembre 2015

 

Le pays n’a pas été préparé à renouer avec une démocratie franche et sincère. Le jeu semble déjà vicié, et la Centrafrique, demain, peut encore sombrer dans le chaos.

 

François Mazet : N’est-ce pas un peu hasardeux, en Centrafrique, de repousser, de seulement trois jours, des élections que l’on prépare depuis plus de deux ans ? Y a-t-il quelque chance que soient rattrapées, d’ici le 30 décembre, toutes les insuffisances relevées par rapport à ces scrutins censés marquer la sortie de ce pays d’une crise qui remonte à bien plus loin que la chute de François Bozizé, en mars 2013 ?

 

Jean-Baptiste Placca : On retarderait ces scrutins de dix ans que cela n’aurait pas suffi pour organiser des élections sans tâche en Centrafrique. La présidentielle et les législatives du 30 décembre ne se dérouleront pas de manière suffisante, et cela, Madame Samba-Panza en a forcément conscience. Nous sommes, ici, dans le cas typique d’un élève qui n’a rien appris durant toute l’année, et qui se précipite, à la veille des examens, pour rattraper toutes les lacunes accumulées. Pourquoi donc trois jours, et pas trois semaines ou trois ans ? La justification que la présidente intérimaire de la Centrafrique donne pour cette petite rallonge est, pour le moins, déconcertante. Elle affirme que c’est parce que c’est, là, la décision des chefs d’Etat de la CEAC. « Nous ne pouvons pas faire autrement que de tenir le premier tour en décembre 2015, et c’est impératif », dit-elle.

 
Etant donné qu’il ne reste que quatre jours avant la fin de l’année, et qu’il aurait été pour le moins maladroit de tenir ce premier tour le jour du réveillon, elle a retenu la date du 30 décembre. Voilà tout ! Trois jours, c’est le maximum, l’extrême limite, non pas pour bien faire, mais pour ne pas mécontenter les chefs d’Etat de la CEEAC. Aux commandes de cette transition depuis pratiquement deux ans, voilà que Madame la présidente se retrouve acculée à une prorogation de trois jours, non pas pour s’assurer de bien faire ou de satisfaire le peuple centrafricain, mais pour ne pas déplaire aux chefs d’Etat de la sous-région.

 
Cela remet-il en cause le sérieux de l’ensemble de la transition ?

 
Il faut, en tout cas, constater que certains des acteurs de cette transition ont choisi de s’y vautrer pour en profiter, comme d’une situation de rente, au point d’en oublier la mission première. Les privilèges de leur éphémère pouvoir a semblé souvent prendre le dessus par rapport à la nécessité de conduire le pays aux élections dans des délais raisonnables.

 
Ils ont, ainsi, régulièrement sollicité et obtenu l’autorisation de proroger le bail. Jusqu’à ce que les bailleurs de fonds et les chefs d’Etat de la sous-région leur donnent l’ultimatum de fin 2015. Alors, tels de mauvais élèves, ils ont choisi le tout dernier dimanche de décembre. Et, à trois jours de l’échéance, ils ont dû constater les insuffisances de leur dispositif. A défaut de la Saint-Sylvestre – qui rappelle aux Centrafricains le coup d’Etat qui a conduit Bokassa au pouvoir –, ils ont choisi le 30 décembre. Ces élections, censées clore une ère qui est certainement la plus sombre, la plus tragique de l’histoire de ce pays, n’augurent rien de rassurant.
 
Cela semble vous mettre en colère ?...

 
C’est juste de la tristesse. Et de la pitié pour ce peuple, qu’une malédiction sans fin s’acharne à jeter constamment dans les bras de dirigeants qui ont du mal à se hisser à la hauteur des enjeux. Le plus révoltant est que certains de ces dirigeants, à l’évidence, s’aiment davantage qu’ils n’aiment leur patrie. Car ce qui se sait et se murmure à Bangui est que quelques-uns des principaux acteurs de cette transition ont été plus efficaces dans des acquisitions de biens, qu’ils ne l’ont été à servir la nation. On leur demandait de préparer leur pays à renouer avec la démocratie, ils ont plutôt assuré leur confort matériel et leur avenir personnel.

 
Un tel jugement n’est-il pas un peu féroce ?

 
C’est certainement bien plus indulgent que ce que leur réserve l’Histoire. Tôt ou tard, les Centrafricains prendront connaissance des torts causés à leur patrie durant cette interminable transition. Ils verront, de leurs yeux, les biens visibles acquis par les uns, et auront peut-être la preuve de la richesse amassée par les mêmes ou par d’autres. Ils comprendront alors à quel point cette transition, si stérile pour eux, a pu être juteuse pour d’autres. Le plus grave est qu’une partie des ressources soustraites à l’Etat serait détournée au profit de quelques candidats, soutenus plus ou moins ouvertement par telle ou telle éminente personnalité de la transition.

 
La démocratie que l’on espérait voir restaurée à la faveur de ces élections, est donc, d’ores et déjà viciée…

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com