Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 22:07

 

 

 

http://www.lanouvelleexpression.info/  jeudi, Déc 10 2015 par  Edmond Kamguia K

 

La Cour constitutionnelle de transition a  annoncé mardi  la liste des 30 candidats qui participeront à l'élection présidentielle en République centrafricaine(Rca) du 27 décembre 2015. La Campagne électorale est prévue du samedi  12 au vendredi 25 décembre 2015.

 

Sur 44 dossiers  de candidature examinés,  la Cour constitutionnelle de transition en République centrafricaine (Rca) a validé 30 candidatures  et rejeté 14 candidatures, dont celle de l'ancien président François Bozizé, renversé en mars 2013 et sous le coup de sanctions internationales.  Coordinateur général des milices anti-balaka qui sont accusées d’avoir commis d’innombrables exactions sur la population, Patrice-Edouard Ngaïssona a aussi vu sa candidature invalidée, en raison de plusieurs condamnations pénales : «30 candidats participeront à l’élection présidentielle en Centrafrique dont le premier tour est prévu le 27 décembre», a annoncé le mardi  8 décembre 2015 la Cour constitutionnelle de transition.

 

Des poids lourds et des bleus

 

Parmi les candidats dont les dossiers ont été validés par la Cour  figurent en bonne place Martin Ziguelé du Mouvement  de libération du peuple centrafricain(Mlpc),  Anicet-Georges Dologuélé du parti de l’Union pour le Renouveau centrafricain(Urca),  Abdoul  Karim Meckassoua, candidat indépendant.  Mais aussi Faustin Archange Touadéra comme  candidat indépendant. Martin Ziguélé est un ancien Premier ministreAnicet Georges Dologuélé est Directeur général de la Banque de développement de l’Afrique Centrale (BDAC) à Brazzaville et ancien premier ministre Centrafricain (1999-2001). Abdoul  Karim Meckassoua est un ancien ministre. Faustin Archange Touadéra est un ancien premier ministre Centrafricain (2008-2013).

 

Comme tous les autres acteurs de la Transition qui exercent leurs fonctions au Conseil national de Transition (Parlement provisoire) ou au sein  du gouvernement  de Transition sur la base  de la Charte constitutionnelle de Transition, la présidente de la transition centrafricaine Catherine Samba Panza ne pouvait   être candidate. Catherine Samba-Panza avait  convoqué le 10 novembre 2015 le corps électoral : deux millions de Centrafricains en vue de la tenue du référendum constitutionnel pour le dimanche 13 décembre 2015 et pour le premier tour des élections couplées présidentielles et législatives pour le 27 décembre 2015. Un éventuel second tour de scrutin pourrait être organisé  le dimanche 31 janvier 2016 pour les deux candidats ayant recueilli le plus grand nombre de voix tant pour la présidentielle que pour les législatives.

 

Une femme candidate

 

La Campagne électorale est prévue du samedi  12 au vendredi 25 décembre 2015. Les résultats provisoires du premier tour des élections sont prévus le 1er janvier 2016. Les résultats définitifs : le 21 janvier 2016. La Campagne électorale du second tour si nécessaire du 23 au 29 janvier 2016. Les résultats provisoires du second tour le 5 février 2016. Les résultats définitifs  le 24 février 2016.  Le dépôt des candidatures pour les élections avait été  clôturé le 27 novembre 2015. L’Autorité nationale des élections (Ane) centrafricaine a  enregistré la  quarantaine de candidatures à l’élection présidentielle et plus de 400 dossiers aux législatives entre le 14 et le  27 novembre 2015.  La Cour constitutionnelle avait réaffirmé le droit de vote des réfugiés centrafricains établis au Tchad,  au Cameroun, au Congo et en République démocratique du Congo (Rdc).

 

Une seule femme figure dans la liste des candidats  à l’élection présidentielle. Elle s’appelle Régina Konzi Mongot, professeur d’anglais et  candidate indépendante et ancienne ministre.  Après l’annonce de la Cour constitutionnelle de transition, dont les décisions sont sans appel, le secrétaire général du parti de l’ancien chef de l’État centrafricain, le Kwa Na Kwa (Knk) Bertin Béa déclare  qu’«Il n’y a rien de surprenant. Nous savions que la messe était dite (…). Il y a eu des pressions intérieures et extérieures pour écarter Bozizé. Mais c’est une injustice. Tout le monde sait qu’il est en exil à Kampala et interdit de voyager à cause des sanctions de l’Onu : techniquement il ne pouvait donc pas s’inscrire sur les listes électorales», a souligné Bertin Béa.

 

E.K.K. 

 

 

NDLR : On croyait que le montant de la caution à la présidentielle en RCA qui est de 5 millions de F CFA était trop peu élevé car dans certains pays africains il est 4 ou 5 fois plus important mais vu le nombre de candidats au dossier finalement invalidé par la Cour constitutionnelle, la caution de 5 millions de F CFA a été suffisamment rédhibitoire. On est même effaré d'apprendre de la Cour constitutionnelle que certains candidats qui se croyaient malins, ont même cru devoir remettre dans leur dossier, de faux récépissés du trésor public qui ont in fine été découverts par les magistrats de ladite Cour à qui on ne peut apprendre à faire la grimace. Cette malhonnêteté mérite pourtant des poursuites judiciaires à l'encontre de leurs auteurs mais l'impunité en Centrafrique a la peau dure...!  De même, beaucoup de rigolos qui avaient déclaré leur candidature aux premières heures et depuis belle lurette ont fini par ne même pas déposer de dossier à l'ANE. Ne soyons donc surpris d'apprendre demain qu'ils oseront déclarer ou écrire dans leur CV, qu'ils ou elles ont été "candidat à l'élection présidentielle". Le bluff en Centrafrique, c'est aussi un sport national pour certains ! 

RCA - PRÉSIDENTIELLES : LES CANDIDATS RETENUS SE PRÉPARENT

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com