Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 00:59

 

 

 

Par RFI  09-12-2015 à 23:28

 

La liste des candidatures validées pour l'élection présidentielle a été dévoilée mardi en Centrafrique. Des heurts sporadiques ont suivi cette annonce, des barricades ont été érigées dans certains quartiers de la capitale pour protester contre l'invalidation de la candidature de l’ex-président François Bozizé. Mercredi matin, pour apaiser les tensions, l'archevêque de Bangui a traversé à pied la route la plus sensible de Bangui, l'avenue Koudoukou, jusqu'au quartier musulman du PK5. Reportage.

 

L'archevêque a garé sa voiture devant la barricade. « Pas la peine de lever le barrage, je continue à pied », lance-t-il aux jeunes armés de kalachnikovs qui gardent la route. Avant de les bénir. « Venez, nous allons au PK5 ». Le quartier du Kilomètre 5 se situe 300 mètres plus loin. 300 mètres de no man's land que personne ne se risque à franchir, d'un côté comme de l'autre.

 

Docteur Wech, comme on le surnomme, un ancien musicien, n'est pas très rassuré, mais il va suivre Mgr Nzapalainga . « C’est la première fois. Je sens qu’il conjugue la paix, il conjugue un esprit de paix, répète-t-il. C’est la première fois que je traverse depuis trois ans. Pourtant j’habite dans le coin. »

 

Une chanson pour la Centrafrique

 

La ligne rouge est franchie, Docteur Wech est heureux et il cherche déjà du regard un de ses anciens musiciens, un musulman qui vit dans le quartier. « Appelle Amaxon qu’il vienne ! C’est un de mes chanteurs », lance-t-il à un habitant du quartier.

 

Sur cette route d'habitude déserte, le cortège de Mgr Nzapalainga ne passe pas inaperçu et Amaxon a vite fait d'être retrouvé. Tous entonnent alors une chanson.

 

Mission réussie

 

Sur le chemin du retour, Dieudonné Nzapalainga a le sourire jusqu'aux oreilles. Il a réussi sa mission. « Moi j’appelle ça caravane de paix : prendre les Centrafricains qui sont d’un côté pour les amener de l’autre pour rencontrer, saluer, embrasser. Ça c’est ma joie inouïe, se réjouit-il. C’est la peur, la méfiance qui les gagne. Moi je veux briser ça. »

 

Briser la méfiance, Monseigneur l'affirme, il retournera marcher à travers les quartiers autant de fois que nécessaire.

 

Et pour ne rien rater de l'ambiance sonore de ce reportage, vous pouvez l'écouter ici : 

 

Reportage dans le PK5

 

09-12-2015 - Par Matéo Guidoux

RCA: l'archevêque de Bangui au quartier PK5 pour apaiser les esprits

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com