Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 17:20
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL

 

 

La population de PK12 satisfaite de la présence des FACA à la barrière

 

http://rjdh.org/ PAR JUDICAEL YONGO LE 2 DÉCEMBRE 2015

 

La situation sécuritaire  semble stabilisée à PK 12 dans la commune de Begoua, sortie nord de la capitale centrafricaine après des théâtres d’affrontements dans la zone et ses environs. Avec l’arrivée des éléments des forces armées centrafricaines(FACA) sur la barrière de la brigade territoriale, l’ambiance est au calme. Un travail apprécié par la population de PK 12.

 

Dans la plus part des lieux que le RDJH a sillonnés, la situation est stable jusqu’au niveau du pont bascule par rapport au contrôle des FACA et des autres forces comme la gendarmerie.

 

La position de la brigade territoriale de PK12 ne donne pas assez de visibilité aux éléments déployés à pk12, car le lieu est envahi par les habitants. A cela s’ajoute les points de stationnement des taxis, bus et les taxis motos, et le marché qui a presque couvert la barrière de pk 12.  Une situation déplorée par un des éléments des FACA qui a requis l’anonymat.

 

A quelques mètres de la gendarmerie de Begoua, Désiré, mécanicien à PK 12, se dit optimiste de voir la stabilité à PK 12 à travers le redéploiement des Forces Armées Centrafricaines. « Il y a un changement pour le moment contrairement à l’époque où l’instabilité gagnait du terrain. Avec la présence des FACA à PK12, la situation est un peu stable et je suis très content», a-t-il avancé.

 

Eric Danboye, vendeuse de boissons à la cave dénommée ‘’Vanité des Vanités’’ à Pk 12, se réjouit aussi de la reprise des activités des FACA au niveau de la barrière de PK 12. « Actuellement, nous constatons une stabilité à PK 12, et les gens commencent à circuler normalement. C’est vraiment un travail à encourager», dit-t-elle.

 

La population de PK 12 demande aux autorités de la transition d’augmenter l’effectif des éléments de Forces Armées Centrafricaines dans la commune de Begoua et ses environs afin de bien sécuriser la localité pour le processus électoral dans le pays.

 

 

Des leaders politiques centrafricains réfléchissent sur la situation du pays et les prochaines élections

 

http://rjdh.org/ PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 2 DÉCEMBRE 2015

 

Les leaders politiques ont ouvert ce matin 02 décembre 2015 à Bangui les « journées des leaders politiques centrafricains ». Ces journées visent à réfléchir et à analyser la situation actuelle du pays sur le plan économique, politique, social et sécuritaire afin d’avoir une vision claire et réelle du pays. Le ministre d’Etat à l’énergie et à l’hydraulique Aristide Sokambi a ouvert les travaux.

 

Pour le ministre conseiller à la présidence Clément Anicet Guiama Massogo, ces journées sont organisées en prévision de tous les conflits postélectoraux pour que les leaders politiques puissent avoir des éléments d’analyse de la situation actuelle du pays.

 

« Les acteurs du processus électoral veulent à ce que tout le monde se retourne vers une seule vision qui est le processus électoral. Nous voulons aussi que par ces connaissances, ils aient un apaisement de cœur», a souhaité Clément Anicet Guiama Massogo.

 

Il a souligné par la même occasion la volonté du gouvernement de transition d’organiser les élections en Centrafrique. « Les autorités actuelles ont toujours fait de leurs mieux pour discuter avec les acteurs politiques de ce pays. Cet exercice ne vient qu’en appoint car ce que nous voulons c’est qu’on puisse mettre en avant l’intérêt du pays par rapport aux intérêts égoïstes qui ne nous amènent que la désolation, les guerres et les violences. Il faut qu’on mette en avant les débats d’idées à l’encontre des choses qui nous divisent toujours », a proposé le ministre conseiller.

 

Ces journées qui ont commencé ce matin prendront fin demain. Elles ont vu la participation de tous les leaders et animateurs de la vie politique centrafricaine. Elles sont  organisées par les partenaires du processus électoral notamment, le PNUD, la Minusca, l’ANE et l’ONU Femme.

 

 

Les banguissois invités à reprendre les activités au KM 5

 

http://www.radiondekeluka.org/  mercredi 2 décembre 2015 12:35

 

Le ministre de la sécurité publique, Pierre Chrysostome Sambia, a invité les citoyens centrafricains à reprendre leurs activités au KM 5 dans le 3ème arrondissement de Bangui. C'est à l'issue d'une rencontre mardi dernier entre la communauté musulmane dudit secteur et le ministre de la sécurité publique. 


L'objectif de cet échange est de mettre en place des stratégies visant à faciliter la libre circulation et le bon déroulement des activités commerciales au Km 5. Un secteur en proie à l'insécurité qui ne cesse de faire des victimes innocentes de part et d'autres. 


Et donc pour le ministre de la sécurité publique, « si déjà la majorité des personnes habitant le KM5 s'est engagée à essayer de neutraliser ceux qui seraient enclins à ternir son image, c'est déjà un message de satisfaction ». Ce qui, selon Pierre Chrysostome Sambia devrait pousser les centrafricains à « s'adonner en toute quiétude aux occupations qui ont toujours été celles des banguissois et banguissoises. Le KM 5, c'est chez eux ».


Dans cette même dynamique, Abdoulaye Hissène, un des leaders du FRPC explique qu'il est du devoir du ministre de la sécurité publique d'aller à la rencontre des populations centrafricaines, les écouter pour trouver ensemble des solutions afin de favoriser la libre circulation des personnes et de leurs biens. 


« Il n'y a personne qui peut interdire un ministre de la sécurité publique d'être au KM 5 ou dans un autre quartier puisqu'il commande la sécurité publique sur toute l'étendue du territoire. Il est chargé de sécuriser la population centrafricaine et le KM 5 en fait partie », a précisé Abdoulaye Hissène. 


De part et d'autres, appel est donc fait aux citoyens centrafricains à briser la peur et à reprendre les activités au KM 5 dans le 3ème arrondissement de Bangui.

 

La Minusca annonce renforcer sa présence au village Gala Bouruma vers Bambari après les affrontements de fin novembre

 

http://rjdh.org/ PAR SANDRINE MBAGNA LE 2 DÉCEMBRE 2015

 

L’attaque du village Gala Bouruma, situé à 7 kilomètre de la commune de  Ngakobo le lundi 30 novembre dernier par des hommes armés  a fait une dizaine de morts et des  blessés ainsi que des maisons incendiées. Selon les informations reçues par le RJDH, cela s’est produit lors d’un affrontement qui a opposé une faction des ex-Séléka de Bambari à des Anti-Balaka de la commune de Ngakobo. La Minusca a annoncé renforcer sa présence dans la region.

 

« Tout a commencé suite à l’assassinat d’un homme de 73 ans au bord de la rivière Ouaka au village Gala Bouruma par un groupe des ex-Séléka. Ils ont aussi incendié quelques maisons. C’est ainsi que les Anti-Balaka ont aussi riposté, et ils les ont repoussés jusqu’à 10 kilomètres de Ngakobo», a témoigné sous l’anonymat un habitant de ce village qui a regagné la ville de Ngakobo.

 

La même source a aussi souligné que ces ex-Séléka ont reçu le renfort de leur frère d’armes venu de Dimbi, Alindao, Ngbokorobo et autres. « Actuellement, la commune de Ngakobo est occupée par les éléments de l’ex  Séleka. La population vit dans la psychose et certains ont de nouveau regagné les sites des déplacés », a ajouté la source.

 

Lors de la conférence de presse de la Minusca, Salifou Konseiga, lieutenant de la police a confirmé que le village Gala Bouruma a été attaqué par des hommes armés le lundi 30 novembre dernier aux environs de 5 heures du matin.

 

Le bilan de cette attaque fait état de 10 morts parmi lequel le maire de ladite localité et ses deux conseillers.

 

Il a aussi signalé que la zone est actuellement sous contrôle des éléments de la Minusca dépêchés depuis la ville de Bambari et qui sont actuellement basés dans la commune de Ngakobo.

 

Selon les dernières informations du RJDH, un calme précaire règne dans la localité.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com