Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 17:34

 

 

« Laisser le centrafricain aller voter », selon l’émissaire américain Stuart Symington

 

http://rjdh.org/ PAR SAMSON ANDJOUKARA LE 4 DÉCEMBRE 2015

 

Les questions sur la visite papale, sur les élections et la sécurité ont été au centre d’un entretien entre le ministre d’état à l’énergie et hydraulique Aristide Sokambi et le représentant spécial au département américain pour la République centrafricaine, Stuart Symington  en mission à Bangui.

 

Selon l’émissaire américain, les Centrafricains respirent encore le bonheur de la visite papale. « Le passage du pape à Bangui a beaucoup marqué pas seulement cette nation mais aussi le monde entier, parce qu’il a touché l’esprit des Centrafricains», a-t-il avancé.

 

Pour l’émissaire américain, le peuple centrafricain doit aller librement voter. « Ce peuple est capable et il peut relever ce défi car il s’est déjà enregistré sur les listes électorales » a-t-il noté.

 

Pour ce dernier le défi de la sécurité dans le pays se trouve dans la création de l’emploi. « La véritable sécurité réside dans le fait que la jeunesse soit employée, qu’elle ait une occupation», a relevé Stuart Symington.

 

Lors de cette mission de 4 jours, l’émissaire de la maison blanche s’entretiendra avec les membres du gouvernement, la plateforme religieuse, la jeunesse et les opérateurs économiques centrafricains

 

 

Plusieurs milliers d’enfants déplacés du site de M’Poko restent non scolarisés

 

http://rjdh.org/ PAR AUGUSTE BATI-KALAMET LE 4 DÉCEMBRE 2015

 

Le président du réseau communautaire pour la protection de l’enfance (RECOPE) Dieudonné Koubet, a brossé un tableau sombre de la fréquentation des enfants sur le site des déplacés de l’aéroport. Il a indiqué que la majorité de ses enfants n’a pas pu reprendre les études cette année.

 

Le président du réseau communautaire pour la protection de l’enfance (RECOPE) a confié au RJDH que sur  5269 enfants présents sur le site des déplacés de l’aéroport, 68 seulement sont scolarisés.  Il a indiqué que 71 dont 30 filles sont associés aux groupes armés. Selon la même source, 86 filles dont l’âge varie entre  13 et 17 ans, sont devenues des mères d’enfants. Selon le président, la situation est la conséquence de la dernière crise qui a occasionné l’occupation des hangars scolaires construits pour l’éducation des enfants.

 

 « La dernière crise a occasionné l’afflux des personnes sur le site de l’aéroport. Les établissements temporaires qui ont été initiés par L’ONG REMOD, sont occupés par ces personnes déplacés. Cette situation a empêché la reprise des activités scolaires », a déploré le président de RECOPE.

 

Dieudonné Koubet a fait savoir que l’école est un moyen de canaliser les enfants. « Si les enfants déplacés ne vont à l’école, c’est un danger permanent pour la société », a-t-il indiqué.

 

Les démarches pour la reprise des activités scolaires seraient en train d’être menées avec l’appui de l’ONG REMOD.

 

La FAO au chevet de 4.000 ménages affectés par la crise en Centrafrique

 

http://rjdh.org/ PAR AGGÉE YAGOUA GUERET LE 4 DÉCEMBRE 2015

 

La FAO veut en urgence améliorer la sécurité alimentaire des personnes affectées par la crise en Centrafrique. Elle a lancé, à cet effet, le projet « Réponse d’urgence pour l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages déplacés, retournés et communautés hôtes », le vendredi 4 décembre.

 

L’objectif de ce projet est d’aider 4.000 ménages dans cinq régions du pays, à se prendre en charge.

Dans ses propos liminaires, Jean-Alexandre Scaglia, représentant de la FAO en Centrafrique a affirmé « qu’il est important d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des personnes vivant toujours en situation de déplacement et des personnes qui rentreront dans leurs communautés d’origine pour qu’elles  bénéficient des appuis nécessaires ».

 

Il a ajouté que le projet vise aussi à aider ces ménages à retrouver une activité pour les aider à retrouver leur place dans la communauté nationale. « Cette assistance est absolument cruciale pour les plus vulnérables que sont les jeunes et les femmes », a-t-il précisé.

 

Pour Jean Archange Gonda-Batty, consultant à la FAO, le projet  permettra de distribuer des semences, des outils agricoles et de soutenir l’élevage des volailles et des bovins ainsi que le maraicher… afin de permettre aux personnes touchées par la crise d’améliorer leur qualité nutritionnelle et de se prendre en charge.

 

Parallèlement à ce projet, une action particulière sera menée dans le cadre de la prévention des conflits et renforcement de la cohésion sociale par la gestion concertée de l’espace agro pastorale.

 

C’est la première fois qu’un tel projet est mis en œuvre pour soutenir les personnes affectées par la crise centrafricaine.

 

 

Révision du code électoral

 

http://www.radiondekeluka.org/  vendredi 4 décembre 2015 12:03

 

Les parlementaires provisoires votent depuis ce vendredi matin la loi portant dérogation à certaines dispositions du code électoral en République Centrafricaine. Ce vote concerne notamment les dispositions relatives à la photo devant figurer sur la carte d’électeurs et le nombre d’électeurs prévus par bureau de vote.


Selon l’article 47 alinéa 2 du code électoral, la carte d’électeurs comporte la photo d’identité de son détenteur. Toutefois l’Autorité Nationale des Electeurs (ANE) a suspendu la publication des cartes d'électeurs avec la photo d'identité. L'institution en charge de l'organisation des élections dénonce un manque de professionnalisme des agents. Elle explique que sur plus de deux millions d’électeurs enregistrés et photographiés, 75% des photos sont méconnaissables.


S'agissant du nombre d'électeurs prévu à l’article 68 alinéa 4, l’ANE propose un maximum de 500 électeurs par bureau de vote au lieu de 250 comme initialement arrêté. Les responsables évoquent comme cause, la question de la répartition du matériel électoral par bureau de vote. Cette nouvelle disposition vise donc à prévenir des  handicaps au processus électoral en cours.


Le ministère de l’Administration du Territoire a recommandé que ces dispositions soient modifiées exclusivement pour cette période de transition, afin de garantir le succès des scrutins dont le premier tour est fixé au 27 décembre prochain.

Pendant ce temps, c'est la grogne des agents recenseurs à Sibut


Alors que les réflexions sont tournées vers la relecture de certaines dispositions du code électoral, les agents recenseurs de Sibut dans la Kémo (centre du pays) se plaignent. Ils réclament de l'ANE le versement de leurs indemnités jusque-là non payés. 

Joint ce jeudi au téléphone, l'un des délégués, s'en explique sous couvert de l'anonymat. « La dernière fois qu'ils sont venus, ils nous ont payé dix sept jours. Lors d'une récente descente, ils ont voulu verser huit jours. Nous avons refusé parce que dans les autres régions, nos collègues ont fini le travail et ont été totalement payés. Aujourd'hui, c'est la Kémo qui est en retard. Ils sont repartis avec l'argent et jusqu'à lors nous n'avons aucune bonne nouvelle », a-t-il expliqué.


Contacté sur la question, le porte parole de l'ANE, Julius Rufin Ngouadébaba, affirme que le processus de versement des indemnités est en cours. Il indique aussi que l'institution ne peut pas toujours revenir sur les mêmes préoccupations.

Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com