Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 22:21
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL

 

 

La Minusca rend un dernier hommage au Général de Brigade Martin Tumenta

 

http://rjdh.org/ PAR SAINT-CYR GBEGBE LE 7 DÉCEMBRE 2015

 

La Minusca a rendu un dernier hommage à Martin Tumenta, ancien commandant de la force de la Minusca, décédé le 29 novembre dernier. La cérémonie s’est déroulée ce lundi 7 décembre 2015 au siège de la Minusca à Bangui, en présence de Parfait Onanga-Anyanga, représentant spécial du Secrétaire Général des Nations-Unies en Centrafrique et une importante délégation des membres du gouvernement et des diplomates.

 

Parfait Onanga Anyanga, s’est dit ému par la disparition du Général Tumenta« le Cameroun, les Nations unies et l’Afrique dans son ensemble regretteront  pendant longtemps la disparition du Général de Brigade Martin Tumenta Chomu.  Ceci à cause de la qualité de service qu’il a rendu de son vivant », a-t-il dit. Cette cérémonie se déroulait concomitamment aux obsèques dans le pays du défunt le Cameroun.

 

Le Général de Brigade Martin Tumenta Chomu était commandant de la force africaine en Centrafrique (Misca) avant d’être nommé le 15 septembre 2014, commandant de la force des Nations-Unies en Centrafrique (Minusca). Il est décédé aux Etats-Unis dans la nuit du dimanche 29 au lundi 30 novembre 2015.

 

 

Les autorités de Kaga-Bandoro se mobilisent pour le référendum du dimanche

 

http://rjdh.org/  PAR DANIEL NGUERELESSIO LE 7 DÉCEMBRE 2015

 

Une réunion relative au référendum s’est tenue ce lundi 07 décembre, à Kaga Bandoro. L’objectif de cette rencontre est de définir les stratégies de la campagne référendaire dans la ville et ses environs. Les autorités locales contactées, parlent déjà d’une forte mobilisation de la population.

Il s’agit d’une initiative du préfet de la Nana Gribizi, initiative dont l’objectif est de vulgariser le projet de la nouvelle constitution à ses administrés afin que ceux-ci s’en approprient.

 

Gaston Yendemo, préfet de la Nana Gribizi, a dans une déclaration au RJDH, soutenu le vote du OUI pour le projet de la nouvelle constitution. « Voter pour la constitution, c’est voter pour la paix et la réconciliation nationale, aussi participer aux devoirs d’un citoyen et contribuer librement  au développement du pays. Il faut aller alors voter OUI », a-t-il déclaré.

 

A l’issue de cette réunion, le programme de la campagne constitutionnel a été élaboré, fixant la réunion d’aujourd’hui entre le préfet et les maires  des arrondissements, les chefs de groupes, des villages et quartiers et le mardi 08 décembre un grand meeting au stade municipal de Kaga-Bandoro où toutes les couches sociales sont invitées.

 

La campagne référendaire a été lancée le 2 décembre à Bangui.

 

 

La table ronde sur la sécurité s’achève en traçant le nouveau chemin à suivre

 

http://rjdh.org/ PAR NERVA NGANG NDOUNGA LE 7 DÉCEMBRE 2015

 

Du 3 au 6 décembre dernier, les forces vives de la nation, les pouvoirs publics et la communauté internationale ont réfléchi au siège de la CEMAC à Bangui sur les nouvelles orientations du secteur de sécurité en Centrafrique. Ils se sont séparés le dimanche dernier, après avoir formulé des recommandations.

 

L’atelier de réflexion sur le secteur de la sécurité s’est soldé par des recommandions dont la ligne est « la répartition équilibrée des forces de défense et de sécurité sur toute l’étendue du territoire, avec premièrement le contrôle citoyen exercé par la société civile, deuxièmement la subordination des forces de défense et de sécurités aux institutions démocratiques, troisièmement un contrôle de dépense, budget, législation et politique concernant le secteur de la sécurité par la validation à travers  les organes compétant ».

 

Durant les quatre jours de travaux, plusieurs  entités dont la plateforme de la société civile, le Conseil National de la Jeunesse, les forces armées Centrafricaines  ainsi que les groupes militaro-politiques ont eu à débattre et adopter finalement une feuille de route pour la sécurité nationale.

 

François Xavier Yombandjé, évêque de Bossangoa, président et facilitateur de cette assise, revient sur certaines décisions issues de cette rencontre. « Il faut commencer par ce qui a été défini, c’est à dire les acteurs ensuite par les missions et les principes. Pour les acteurs, en matière de sécurité, au lieu de parler seulement des acteurs de la défense, il y a aussi les acteurs élargis par exemple la population », a-t-il indiqué.

 

L’évêque émérite de Bossangoa dit être optimiste. « J’ai un bon espoir. C’est un point de repère, un projet, une proposition qui sera soumise aux autorités techniques et politiques pour arriver à une formulation plus grande et plus souveraine », a-t-il souligné.

 

Jean Pierre Nguérépidou, un des participants ne partage pas ce point de vu. « Les textes que nous avons débattus, existent depuis 1996 mais ils ne sont pas appliqués. Je suis désolé mais je suis obligé de l’affirmer ici que il ya rien de nouveau », a-t-il trouvé.

 

C’est la première fois que des forces vives de la nation se retrouvent pour discuter du secteur de la sécurité depuis la fin du forum de Bangui de mai 2015.

 

 

Poursuite de la campagne référendaire en vue de l'adoption de la nouvelle constitution

 

http://www.radiondekeluka.org/ lundi 7 décembre 2015 13:49

 

La campagne référendaire pour l'adoption de la nouvelle loi fondamentale se poursuit à Bangui ainsi que dans les provinces de la République Centrafricaine. Les superviseurs de cette campagne sont à pied d’œuvre pour expliquer aux centrafricains, les enjeux de cette nouvelle constitution.


Selon Patrick Akoloza, rapporteur général du Conseil national de transition (CNT) et vice-président du comité d'organisation de la campagne référendaire, c'est depuis le 2 décembre que la sensibilisation sur la nouvelle constitution centrafricaine a été lancée.

Dans les provinces, les ministres résidents des 16 préfectures de la République Centrafricaine ont été mis à contribution. « Nous avons déployé des banderoles un peu partout dans la Capitale et nous sensibilisons aussi sur les stations radios. Au niveau de Bangui, la communication est bien lancée. Dans les provinces, les ministres résidents accompagnés des conseillers nationaux qui maîtrisent bien l'élaboration de cette nouvelle constitution sont sur le terrain pour expliquer aux compatriotes les spécificités de cette nouvelle loi fondamentale », a déclaré Patrick Akoloza. 


« Ces innovations vont dans le sens de la cohésion nationale, de la protection de nos ressources naturelles, du renforcement des capacités des institutions de la République ainsi que de l'intérêt du peuple centrafricain », a-t-il ajouté.


Le vice-président du comité d'organisation de la campagne référendaire indique par ailleurs que cette nouvelle loi fondamentale est née des cendres de l'ancienne constitution de 2004. « Ce n'est pas une nouvelle constitution à part entière. Nous nous sommes basés au niveau du Conseil national de transition sur l'ancienne constitution de 2004 en apportant des innovations compte tenu de l'évolution du contexte socio-culturel et politique de notre pays ». 


La campagne référendaire ouverte le 2 décembre prendra fin le 11 du mois et les électeurs sont appelés à procéder à l'adoption de la nouvelle loi fondamentale le 13 décembre à travers un vote.

 

 

L’association CADRES offre 300 kits scolaires aux élèves de l’école Zangognan dans le 6ème arrondissement

 

http://rjdh.org/  PAR FIDÈLE NGOMBOU LE 7 DÉCEMBRE 2015

 

L’association CADRES a volé au secours des élèves de l’école Zangognan dans le 6e arrondissement de Bangui. 300 sacs contenant des kits scolaires offerts par l’Ambassade de France ont été remis aux élèves de la classe de CM2 de cette école le samedi 05 décembre 2015 en présence des autorités municipales et des parents.

 

Selon Georges Zézé, président de l’association CADRES, la distribution de ces kits scolaires est la volonté de contribuer à l’instruction des enfants de cet établissement scolaire, affecté par la crise actuelle. « Nous espérons démontrer la volonté de toucher ces enfants pour leur prouver qu’un avenir radieux est encore possible pour eux. Qu’ils méritent toujours notre attention, notre protection et notre affection » a-t-il indiqué.

 

L’ambassadeur de France en Centrafrique, Charles Malinas a, quant à lui, souligné que l’école reste la base de la reconstruction de la nation centrafricaine. « Oui c’est un défi que la paix demeure la condition sine qua none », a-t-il ajouté avant de dire que « c’est parce qu’il y’aura des écoles que vous les enfants, vous pourriez construire votre pays. C’est vous qui êtes l’avenir du pays. Et on ne peut pas construire un pays dans la guerre, ni en se battant, mais plutôt dans le vivre ensemble et dans la paix », a souligné le diplomate français.

 

Charles Malinas a rappelé que le respect de la devise de la RCA permettra de favoriser le droit à l’éducation des enfants.« L’unité c’est avec les gens différents, la dignité c’est le respect de l’autre et le travail, c’est ce qui est indispensable pour construire un pays. Il faut être uni, être digne et il faut travailler », a rappelé le diplomate.

 

Des paquets de stylos ont été également offerts à l’équipe administrative de l’école Zangognan. La distribution de ces 300 kits scolaires est le second geste de l’association CADRES en faveur de cet établissement.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com