Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 23:35
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL

 

 

Centrafrique : Des tirs d’armes signalés dans la partie nord de Bangui suite à l’invalidation de la candidature de Bozizé

 

http://rjdh.org/ PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 8 DÉCEMBRE 2015

 

Des tirs à l’arme légère sont entendus depuis deux heures dans les quartiers nord de Bangui. Selon nos informations, cette situation est liée à l’invalidation de la candidature de l’ancien président François Bozizé.

 

Ces tirs sont entendus vers Gobongo, Pk12, dans le 4ème arrondissement, à Combattants dans le 8ème arrondissement et à Benz-vi dans le 5ème.


Les informations en notre possession indiquent que quelques partisans de François Bozizé sont sortis dans la rue pour manifester leur mécontentement suite à l’invalidation de la candidature de leur leader. Cette manifestation s’est vite soldée à des tirs d’armée automatique entendus d’abord à Combattant avant qu’ils ne descendent vers le 5ème arrondissement comme le témoigne un habitant du 8ème joint vers 19heure de Bangui.

 

« Tout le monde est à l’intérieur. Les hommes en armes qui sont certainement des Anti-Balaka contrôlent les quartiers du 8ème et ils avancent vers le 5ème. Depuis 30 minutes, l’intensité des tirs a baissé ici à Combattants mais nous entendus cela vers Benz-vi », a raconté cette source qui a requis l’anonymat.

 

Une habitante de Benz-vi, contacté a confirmé que la zone est sous tension. « Nous sommes dans les tirs nourris en ce moment. Je ne sais pas ce qui se passe réellement dehors. Mais nous savons que depuis, les gens veulent réagir par rapport à la candidature de Bozizé écartée pour la présidentielle », a-t-elle noté.


Plusieurs barricades sont signalées dans la partie nord de Bangui depuis l’après midi. Des informations des sources indépendantes non encore confirmées indiquent que les axes Bangui-Damara et Bangui-Boali seraient fermés par certains Anti-Balaka proches de Bozizé.

 

Les sources officielles, contactées par le RJDH, n’ont souhaité se prononcer sur cette situation qui, selon un ministre conseiller à la présidence « est encore difficilement maitrisable. Il faut attendre de recouper les informations avant que nous puissions nous prononcer mais je pense que tout est sous contrôle parce que les forces internationales et nationales maintiennent les patrouilles », a-t-il rassuré.

 

Dans un communiqué, le parti KNK de l’ancien président François Bozizé dit condamner l’invalidation de la candidature de François Bozizé. Selon le KNK, il s’agit d’une décision injuste. « Le KNK dit se désengager de toutes les conséquences qui adviendront de cette décision », dit le KNK avant de promettre des mots d’ordre pour la suite du processus.

 

Sur 44 dossiers de candidatures pour la présidentielle, la cour constitutionnelle de transition a invalidé 14 dont celle de l’ancien président François Bozizé pour non inscription sur la liste électorale et des contentieux judiciaires.

 

Le vote au référendum se fera avec les cartes d’électeurs, les récépissés et les cartes d’identité selon l’ANE

 

http://rjdh.org/ PAR NAÏM-KAÉLIN ZAMANE LE 8 DÉCEMBRE 2015

 

Dans une interview exclusive accordée ce matin au RJDH, le Commissaire à la Formation, à la Sensibilisation et à l’Education Citoyenne, Bernard Voyémakoa annonce que le vote au référendum se fera avec les cartes d’électeurs, les récépissés et les documents d’identité conformément aux dispositions du Code Electoral. Il minimise les effets de la campagne pour le NON brandit par le parti Travailliste Kwa Na Kwa et l’Union du NON.

 

« Au niveau de l’Autorité Nationale des Elections, nous avons décidé que les gens votent avec les cartes d’électeurs pour ceux qui en auront et avec les récépissés et les cartes d’identité pour ceux qui n’en auront pas », a déclaré Bernard Voyémokoa à son bureau au siège de l’ANE à Bangui.

 

La vulgarisation du projet de la nouvelle constitution souffre, selon plusieurs à Bangui et en province. Contre ce constat, le Commissaire de l’ANE rassure et mentionne « la mission gouvernementale qui a quitté la capitale hier pour les provinces » et nous confie qu’il « se prépare à se rendre à une émission radio qui y est relative sur la radio nationale. Plusieurs autres émissions sont produites par les radios de la place. Le comité du référendum dont je fais partie est à pieds d’œuvre ».

 

Contre les tendances favorables au NON (KNK et Union du NON), Bernard Voyémakoa se dit optimiste quant au vote du OUI.« Les défenseurs de cette tendance ne savent pas encore ce qu’ils veulent. Le KNK veut seulement aller contre le texte à cause de l’inéligibilité de son candidat et demander aujourd’hui et dire aussi que le mariage homosexuel devrait être introduit dans la présente constitution c’est aller contre les mœurs. Qui accepterait ça ? », s’est-il interrogé.

 

Le processus électoral fait face par ailleurs à des contraintes sécuritaires sérieuses. Le dimanche 05 décembre dernier, Nourredine du FPRC menaçait de boycotter les élections dans les zones sous son contrôle. « Depuis le début du processus électoral, des menaces de ce genre ont été rencontrées. Nonobstant, nous avons été dans ces secteurs pour l’enregistrement sur les listes électorales. Nous dialoguons toujours avec eux comme nous l’avons fait dans le passé. Aussi, la menace de Nourredine a été en quelque sorte réprimée par la communauté internationale. C’est une manière de dire que nous ne serons pas liés par ce dernier qui n’est pas Centrafricain en plus », note Bernard Voyémakoa.

 

Dans cinq jours, les Centrafricains en âge de voter iront dire OUI ou NON à la nouvelle constitution de leur pays.

 

30 candidats retenus par la cour constitutionnelle de Transition en vu de la présidentielle centrafricaine

 

http://rjdh.org/ PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 8 DÉCEMBRE 2015

 

La cour constitutionnelle de Transition a retenu 30 candidatures pour la présidentielle sur les 44 déposées à l’Autorité Nationale des Elections. La décision est rendue publique lors d’une audience tenue ce matin par cette cour.

 

C’est trente candidats qui vont s’affronter pour la présidentielle centrafricaine. Il s’agit, Dologuélé Anicet Georges, Touadéra Faustin Archange, Mandaba Jean Michel, Ziguélé martin, Doubane charles armel, Gouandika Fidéle, Kolingba El-Adj Bilal désiré, Patassé Ngakoutou Sylvain Eugéne, Gonda Cyriaque, Moskit Guy, Baikoua Timoléon, Meckassoua Abdou karim, Konzi- Mongo Régina, Nguérékata Mandata Gaston, Barkess Gombékété Jean, Gomina Pampali, Gouyongbia Kongba Zeze Constant, Morouba Mathias, Kapou Thédore, Nakombo Emile Gros, Yangongo Xavier Sylvestre, Sony Colé Théophile, Willybiro-Sako Jean, Kazagui Maxime, Gabireaul Olivier, Moussa-kémbé stanislas, Jean Baptiste Koba, Bokassa Jean serge, Djimasse Marcel et Yakété Joseph.

 

Les dossiers de François Bozizé, Edouard Ngaissona, Amine Michel, Pascal Bida Koyagbele, Ango-koulé Michel, Massengue Vickos, Koba Stève, Ngaimena, Djorie Serge Alain, Nadjibe Germain, Reboas Aristide, Lembakolali, Guélé Gongassoua Freddy Michael, Ndotar Pascal.

 

La décision de la cour constitutionnelle de transition, selon la charte n’est susceptible d’aucun recours. Le 1er tour des élections groupées se tiendra le 27 décembre 2015. La campagne commence dans quatre jours.

 

 

30 candidats en lice pour la présidentielle de 2015

 

http://www.radiondekeluka.org/  mardi 8 décembre 2015 13:46

 

La Cour Constitutionnelle de Transition (CCT) a validé 30 candidats pour la course à la présidentielle de 2015 en Centrafrique sur la quarantaine de dossiers transmis par l'Autorité Nationale des Elections (ANE). 14 dossiers ont été invalidés parmi lesquels ceux de l'ancien président François Bozizé Yangouvonda, Michel Amine et Patrice Edouard Ngaïssona. La liste est publiée au cours d'une audience tenue au Tribunal de Grande Instance de Bangui. 


La Cour a évoqué plusieurs motifs pour justifier ces rejets : absence de profession de foi, faux et usage de faux, violation de la Charte constitutionnelle de transition, non versement de caution, absence de récépissé d'inscription sur les listes électorales ou encore récépissé non conforme.


Au cours de son audience, la CCT a donné lecture de deux décisions. La première concerne la prorogation de la transition décidée par la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), lors du sommet extraordinaire du 25 novembre, la seconde porte sur la promulgation de la liste des candidats à l'élection présidentielle.

Sur la prorogation de la transition, la CCT estime que la décision de la CEEAC est conforme aux dispositions de la Charte constitutionnelle de transition. 


Des réactions après la publication


Les avis sont partagés après la décision de la Cour Constitutionnelle de Transition. Pour Fidèle Gouandjika dont la candidature a été retenue, « On ne regarde pas l'avenir dans un rétroviseur. Il faut regarder en avant ». « Je demande à tous les centrafricains d'aller massivement le 13 voter OUI pour cette nouvelle constitution », a-t-il ajouté.


Les personnalités dont la candidature a été invalidée ne l'entendent pas de bonne oreille. Pour Me Andegué Onana, l'avocat de Michel Amine, un des candidats disqualifiés, la Cour Constitutionnelle est juge et partie.


« Ils devraient d'abord publier la liste après avoir étudié de manière indépendante le dossier de manière à permettre à ceux dont les candidatures n'auront pas été enregistrées d'exercer le recours dans les 72 heures. La Cour Constitutionnelle s'érige donc en juge et partie, se substitue à l'ANE et nous déclare dans l'illégalité que sa décision n'est plus susceptible de voie de recours ».

Une autre contestation est celle du candidat indépendant Patrice Edouard Ngaïssona. Son cabinet annonce un recours même si la décision de la Cour Constitutionnelle de Transition n’est pas susceptible de recours.


« La décision rendue par la Cour Constitutionnelle est une décision politico-judiciaire, montée de toute pièce pour nous faire ramener la Séléka au pouvoir. Nous allons passer par la voie judiciaire. Nous allons faire appel ».


Le premier tour des élections présidentielle et législatives est fixé au 27 décembre prochain. Selon le chronogramme de l'ANE, la campagne pour le premier tour démarre le 12 décembre prochain à 6 heures pour finir le 25 décembre à minuit.

Candidatures à la présidentielle validées 

1- Anicet Georges Dologuélé
2 -Faustin Archange Touadéra
3- Jean-Michel Mandaba
4- Martin Ziguélé
5- Charles Armel Doubane
6- Fidèle Gouandjika
7- Désiré Bilal Nzanga Kolingba
8- Ngakoutou Patassé
9- Cyriaque Gonda
10- Roger Guy Moskit
11- Timoléon Mbaïkoua
12- Abdoul Karim Meckassoua
13- Régina Konzi-Mongot
14- Gaston Mandata Nguérékéta
15- Jean Barkès Ngombé Ketté
16- Laurent Gomina Pampali
17- Constant Ngouyongbia Kombat Zeze
18- Mathias Barthélémy Morouba
19- Théodore Kapou
20- Émile Gros Raymond Nakombo
21- Xavier Sylvestre Yangongo
22- Théophile Sonny Colé
23- Ange Maxime Kazagui
24- Emmanuel Olivier Gabirault
25- Stanislas Moussa Kémbé
26- Jean-Baptiste Koba
27- Jean Serge Bokassa
28- Marcel Djimassé
29- Joseph Yakété
30- Jean Wilibiro Sacko

Candidatures à la présidentielle invalidées

1- Patrice Édouard Ngaïssona
2- Michel Amine
3- Désiré Vickos Masséngué
4- Jerôme Baldert Ngari-Bénam
5- Aristide Reboas
6- Michel Ango-Koualé
7- Alias Emery Lembakouali
8- Pascal Ndotar
9- Germain Nadjibé
10- Steeve Mac Kelly Koba
11- Serge Ghislain Djorié
12-François Bozizé Yangouvonda
13 Pascal Bida Koyagbélé
14- Freddy Guélé Gongassoua
 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com