Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 18:31
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

La présence des FACA rassure la population des 5ème et 8ème arrondissements de Bangui

 

http://rjdh.org  Par Carole Bycekoan le 18 décembre 2015

 

Les habitants des 5e  et 8e  arrondissements de Bangui ont apprécié le retour des Forces Armées Centrafricaines (FACA) dans leurs arrondissements. Certains  se disent en sécurité grâce à cette présence et d’autres  demandent l’augmentation de l’effectif de ces soldats.

 

Simplice Ngaka, habitant du 5e  arrondissement a fait savoir que  le retour des FACA apporte la sécurité à la population «  Avant, nous avions des difficultés pour nous promener à cause des tirs d’armes  jour et nuit. Les braquages et les rackets étaient le lot quotidien des habitants du secteur. Après le retour des FACA, toutes les barricades ont été enlevées et nous avons constaté la libre circulation », a-t-il témoigné.

 

Alida, rencontrée sur l’avenue Koudoukou dit constater une amélioration sur le plan sécuritaire « on sent un léger mieux depuis la présence des FACA. Nous pouvons nous promener au delà de 22heures», a-t-elle expliqué.

 

Un conducteur de taxi-moto rencontré au quartier Galabadja dans le 8e arrondissement  se dit aussi satisfait de la présence des FACA dans le secteur mais demande l’augmentation de l’effectif « La présence des forces nationales dans le 8ème arrondissement de Bangui est à saluer. Il est maintenant important d’augmenter leur effectif et de les déployer dans tous les axes», a-t-il souhaité.

 

Le déploiement des FACA attendu depuis, est effectif depuis quelques jours. Il a commencé par la ville de Boali.

 

 

Centrafrique: Faible taux de participation au vote référendaire à Bangui

 

http://rjdh.org  Par Sylvestre Sokambi le 18 décembre 2015

 

Peu de Banguissois se sont déplacés le 13 décembre dernier pour se prononcer sur la nouvelle loi fondamentale. Selon les chiffes de l’Autorité Nationale des Elections, 30% des électeurs se sont déplacés, dimanche dernier. 

 

Sur 292696 inscrits pour les huit arrondissements de Bangui, seulement 86963 se sont déplacés le dimanche dernier soit 30% du taux de participation. C’est, selon l’Autorité Nationale des Elections, dans le 7ème arrondissement où il y a eu plus de suffrage exprimés soit 47% suivi, du 1er arrondissement, 41%, puis le 2ème 31%, le 5ème 30%, les 4ème  et 8ème 28% et le 3ème 23%.

 

Même si le oui l’a emporté avec 90% de suffrage exprimé contre 10% de non, il est évident que la faible participation des électeurs à ce vote référendaire inquiète lors que nous savons que la quasi-totalité des forces avait appelé à une forte mobilisation et à un vote en faveur du oui.

 

Si les observateurs pensent que la faible participation à ce scrutin s’explique dans certains arrondissements comme les 3ème, 4ème et 5ème arrondissements où des tirs à l’arme lourde et/ou légère avait contraint, dès le lancement des opérations, les électeurs à se rétracter, il reste d’autant plus vrai que les quelles forces essentiellement politiques notamment e KNK et l’URD qui avaient appelé à un vote défavorable, prennent cette faible participation comme une victoire.

 

Le principal gagnant du vote référendaire n’est pas le oui mais l’abstention car selon les chiffres de l’Autorité Nationale des Elections, 70% d’électeurs soit 205733 personnes en âge de voter qui n’ont pas fait le déplacement. C’est important comme taux d’abstention pour un vote référendaire. Si ces résultats sonnent à tort ou à raison comme, une victoire pour les opposants à la nouvelle loi fondamentale, il faut bien dire qu’ils constituent un échec pour les équipes de campagne mises en places pour appeler les Centrafricains à la mobilisation et surtout au vote massif en faveur de cette constitution.

 

Mais, il ne s’agit encore que des résultats de Bangui. Mais si dans la capitale où la sécurité semble plus maitrisée, peu de gens se sont déplacés, une catastrophe dans les villes de provinces, même si cela ne saurait être un souhait de notre part.

 

 

La population de Bogangolo éprouve de difficultés d’eau potable

 

http://rjdh.org  Par Fidèle Ngombou le 18 décembre 2015

 

La population de la sous-préfecture de Bogangolo située à 170 km de Bangui éprouve d’énormes difficultés pour s’approvisionner en eau potable depuis plusieurs années. Ce manque cruel d’eau potable est à l’origine de plusieurs problèmes de santé dans la localité.

 

Éric Thierry Dozoui, un commerçant à Bogangolo, témoigne de la situation en ces termes «  dans la ville il ya qu’un puits. Plus de 600 habitants se ravitaillent sur ce seul point d’eau, c’est pourquoi nous avons ce problème » a expliqué t-il.

 

Ce dernier a indiqué qu’en « saison sèche les femmes font à plus de 5 km pour avoir l‘eau potable. En plus,  il y a une problème de salubrité dans la ville qui est née du fait de la défécation à l’air libre », souligne la même source.

 

Patrick Blembouti, sous-préfet de Bogangolo, confirme ces difficultés et les explique par l’enclavement de la localité «  Bogangolo constitue l’une des sous-préfectures de l’Ombella Mpoko très enclavée qui a été affectée par le conflit armé des deux dernières années. Ces difficultés sont liées à cette situation ».

 

Notons que les ONG nationales et internationales ont cessé toute activité humanitaire dans la localité à cause de l’insécurité.

 

 

Centrafrique : Huit candidats recalés aux législatives repêchés par le Tribunal Administratif de Bangui

 

http://rjdh.org  Par Aggée Yagoua Gueret le 18 décembre 2015

 

Huit dossiers sur dix des candidats traité hier par le tribunal administratif, ont été repêchés par cette institution. Le verdict a été rendu public le jeudi dernier.

 

Ils sont plus d’une vingtaine de candidats recalés  à assister à cette audience. Dans son délibéré, Nadine Pingama Modo, présidente du tribunal administratif, a signifié qu’après la publication de la liste des candidats aux élections législatives par l’Autorité Nationale des Elections(ANE), les candidats recalés ont saisi le Tribunal Administratif pour statuer sur leurs dossiers. «  Aujourd’hui, nous avons tenu la première audience pour statuer sur la première partie des contentieux électoraux en matières législatives », a-t-elle précisé.

 

Pour elle, le Tribunal Administratif a examiné plus d’une dizaine de dossiers dont deux dossiers ont été rejetés et les autres validés selon  les investigations  menées  auprès de l’ANE.  « On a retrouvé les preuves et les pièces qu’il fallait pour permettre à ces candidats de se présenter  aux élections législatives, c’est pourquoi, nous avons reconduit ces candidats là », a-t-elle dit.

 

Les candidats reconduits se disent satisfaits et pensent que la décision du tribunal administratif va leur  permettre de revenir dans la course aux prochaines législatives.

 

Maradona Kenam, l’un des candidats reconduits salue la position du tribunal « je remercie la justice de mon pays  qui a rendu  ce verdict,  car elle a fait le travail du droit » a-t-il signifié.

 

Notons que 406 candidats rejetés ont saisi le tribunal administratif habileté à se prononcer sur cette situation.

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com