Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 12:08
Bloc-notes par Makombo, Bamboté

 

 

Amour du Peuple aimons-nous-mêmes.

                  Le Drapeau de la Souffrance du Peuple

                   Le Drapeau du Peuple de tout prendre en mains,

 

 

                   1

 

L’écrivain suédois Henning

Mankel vient de mourir l’Afri-

que perd un ami irremplaçable.

Il soutenait toutes les causes justes.

Il avait embarqué à deux reprises

dans ces convois maritimes desti-

nés à apporter aide à la Palestine.

Dans ses écrits récents il dénonçait

les manœuvres d’un pur colonialis-

me de la part des Chinois sur le

Continent Afrique.

J’avais en tête de correspondre par

écrit avec Monsieur Mankel. Ne

remettons jamais ce qui nous tient

à cœur. Adieu monsieur le frère

l’ami immortel.

 

                   2

 

Depuis 1925 les compagnies du

système colonial jusqu’aujourd’hui

en 2015 auront abattu près de 3 mil-

lions d’hectares de la Deuxième

Forêt au monde située chez nous

En Afrique Centrale, causant un

tort irréparable à la planète

entière, est en premier lieu, à

nous-mêmes Africains !

En 2015 ce pillage ouvert aux

Italiens, Libanais, Chinois aux Fran-

çais aux tout venants étrangers exploiteurs

même aidants nous empêchant de nous

prendre en main cela éternellement

sans contrôle de notre part ne nous

abandonne que dans la pauvreté

abjecte des villes et des campagnes

sans avenir.

Les voleurs installés dans notre

maison Afrique ont-ils jamais intérêt

à ce que aucun de nos gouverne-

ments se mette en marche ? Comme

l’auraient souhaité Boganda, Lu

Mumba, Sankara, payés en retour

par la mort héroïque et par la pour-

suite de cette pauvreté rampante

du Peuple.

Si en son temps, André Gide

l’auteur du Voyage au Congo pou-

vait dénoncer le Colonialisme et

l’impérialisme de Victor Hugo et

de Jules Ferry, aujourd’hui, en

2015, les médias français en majorité

cultivent l’art de voir en nous

Africains leurs figures des Bran-

quignoles plutôt que des Égaux

pillés qui demandent Justice

à haute voix même en français.

Je ne cite pas ici les criminels

intellectuels qui appellent aux meur-

tres, qui voient des dictateurs africains

partout même ceux qui servent

de faire-valoir au pillage de notre

territoire africain aboutissant à notre

dénuement actuel.

                  

3

 

Humanité, nous en sommes

Réduits, pillés, pauvres, malades

à l’état de paillassons noirs.

Pour ce qui concerne notre Répu-

Blique Centrafricaine, notre Ou-

Bangui Chari le bien nommé

depuis les années 1900-1930 toujours libéré

par les Bedeya et par les autres de

ce Peuple de la Résistance, la crise

de 2013 nous a montrés unis

montrant de ce fait notre Humanité

Centrafricaine, universelle noire.

 

                   4

 

La transition en cours en 2015 ? Mu-

chiavili n’aurait pas imagi-

né mieux un système de colo-

nialisme permanent depuis le par-

tage de l’Afrique à Berlin en 1881

seule l’exploitation de mes pos-

sessions compte je prends pour

exemple fini les trois millions d’hectares

de la forêt du Gabon, du Kongo, du Kameroun  

de Centrafrique, le 2ième poumon de la Terre.

L’exploitation elle n’en finit

pas avec la transition qui octroie

en 2015 270 000 hectares 3%

du territoire national aux Français

c’est ainsi depuis et cela sans fin que notre

pays se voit arracher son patrimoi-

ne de diamants d’or, de pétrole

de terre par les Chinois, les Italiens

les Libanais, les Marocains et

que bientôt les niqab sous la pres-

sion de l’Arabie saoudite seront

obligatoires pour les femmes bantoues.

La transition gouvernementale n’offre

t-elle pas notre Jeunesse vaillante à

la politique systématique du colonialis-

me chinois en tant qu’instrument

de pénétration et d’appropriation c’est-

à-dire de vol contre un pour

cent ? ce nombre s’accapare tout partout

c’est tout.

Nos gouvernements sont aux mains des bandits

 

                   5

 

À mon avis, seul le Président

David Dacko en son temps unique

d’épanouissement de la République Centrafricaine

n’a pas été acheté. L’idée de

la jeunesse pionnière n’était

pas la bonne car elle intégrait

un élément étranger à la Centra-

frique tout comme un certain

collectivisme sous la direc-

tion de Ange Patassé à la tête

du département de l’Agriculture

en 1966 intégrait cette idée-là.

 

                   6

 

Aucune expérience de nos gouvernements

n’a abouti favorablement jusqu’ici.

Un journaliste M. Porcella avait

dit un jour que nous étions com-

me des ânes destinés à cogner

notre crâne contre des rochers

cela à perpétuité. Jamais les colo-

nialismes dont ils sont tous liés con-

tre nous pour nous piller nous

appauvrir, voir crever nos

mères filles en couches, nos

enfants souffrant de malnu-

trition en guenilles abattant

le moral de la Population vail-

lante la traumatisant par des

coups d’état des déportations,

des élections truquées des prési-

dents déjà prisonniers incapa-

bles mendiants d’un compte

bancaire de la Centrafrique

à l’étranger jamais les colonialistes

ne lâcheront leur proie leur viande noire

cela depuis 1881. Au mieux assis à

côté de nous ils nous boycottent toujours à jamais

 

                   7

 

Il me paraît utile de souli-

gner ici que le système politique

du gouvernement n’est pas l’essen-

tiel. Machiavili dupe les aveu-

gles qui l’ont suivi jusqu’ici.

L’essentiel le voici. Malgré tous

les coups assassins, le Peuple Centra-

fricain garde sa résistance.

(Malheur au Peuple mendiant dont

la résistance a subi les brisures).

L’essentiel c’est notre Phi-

losophie Bantoue.

Elle est le reflet de notre Terre de tout

notre Patrimoine sacré hérité de

nos Ancêtres, de leur expérience

de prudence dans notre Existence.  

L’essentiel c’est de toutes nos Lan-

gues diverses la Langue Sangho

nationale.

Dans notre Langue maternelle faisons donc

le bilan de nos richesses intellectuelles

et matérielles aussi, de nos croyances

et notre sens de représentation

sinon représentativité

notre gouvernement sera le bilan

des besoins du Peuple qui les

aura planifiés lui-même par ce fait même.

Au Peuple Centrafricain de combler

ses besoins merci à notre Peuple

 

                   8

 

Peuple en arme : " car lorsque

des tyrannies s’installent, elles

essaient de désarmer le Peuple

d’abord" :Ben Carson, Candi-

dat républicain à la présidence

des États-Unis AFP Washington

9 octobre 2015

 

                   9

 

"Petit piment " roman d’Alain

Mabanckou Éditions du Seuil

Paris. Sûrement de nationalité

française pour pouvoir publier

dans cette drôle de francophonie

à trois vitesses. Un nègre blanc

m’a dit récemment : Il fait rire

les blancs pour les misères de l’Homme

noir fomenté pour une grande

part par son exploitation et par

son système de destruction bénéficiaire.

Sans recul Mabanckou c’est en tout et

pour tout le contraire d’un Henning

Mankel âme libre, immortelle.

Il élève l’Homme noir.

 

                   10

 

Ils sont là dévorés par les métropoles

Europe, Amérique, Chine Inde

Jamais une parole de vérité

car il s’agit de continuer de

manger les cadavres des assassinés.

Depuis 1925 vous avez broûté

3 millions d’hectares de nos forêts !

Silence. Bouches pleines cousues

sur les acajous des sangs

des corps africains.

Centrafricains Africains ! Bâtissons les

nos métropoles en Afrique

Centrafrique Aux Centrafricains

L’Afrique aux Africains

 

                   11

 

À ce jour des violences faites à nos

sœurs nos femmes et à nos enfants

par des soldats étrangers ? Silence ! Bouche cousue

Silence ! Trois millions d’hectares détruits

de nos forêts le deuxième poumon

de la Terre pour le moins : Silence Bouche cousue

des soi-disants gouvernements. Silence.

Nous Africains du Kameroun

Du GaBon, du Kongo de, la Centrafrique

Nous Africains ! nous sommes bons à être

assassinés à la scie circulaire tronçonnés

par la faim. Tous ces colonialistes assassins

ne nous parlent pas en vérité. Ils ne nous répondent

pas. L’Homme noir ils le dépouillent de son patrimoine

ancestral c’est tout.

Frère Africain ! à toi dans ton camp dans ton camp ton champ

Au peuple africain de combler ses besoins.

Hommage au Peuple Centrafricain

Merci Au Peuple africain

 

16 octobre 2015                             MAKOMBO BAMBOTÉ  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com