Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 11:59

 

 

Viols d'enfants en Centrafrique: "échec flagrant" de l'ONU, selon des enquêteurs

 

18/12/15 (AFP)

 

Un groupe d'experts indépendants a dénoncé jeudi un "échec flagrant" de l'ONU dans la gestion des accusations de viol d'enfants par des soldats français et africains en République centrafricaine.

 

"Le résultat final a été un échec flagrant de la part de l'institution à réagir à ces accusations de manière significative", souligne le rapport d'un groupe de trois experts présidé par la juge canadienne Marie Deschamps.

 

"La manière dont des agences de l'ONU ont réagi à ces accusations a été entachée de graves défauts", ajoute le texte.

 

Le rapport d'une centaine de pages, qui était très attendu, fait état de dysfonctionnements au sein de l'institution internationale, sur place à Bangui ainsi que de la part de hauts responsables à Genève et à New York après la révélation de l'affaire.

 

Il critique en particulier l'ancien chef de la mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca), le Sénégalais Babacar Gaye, qui a démissionné en août.

 

Il critique aussi des responsables de l'Unicef à Bangui et du Haut commissariat pour les droits de l'homme de l'ONU pour ne pas avoir transmis les accusations à leurs supérieurs hiérarchiques, ou ne pas avoir pris assez vite des mesures pour protéger ou aider les enfants.

 

"Les informations sur ces accusations sont passées de bureau en bureau (...) personne ne voulant prendre la responsabilité de traiter ces graves violations des droits de l'homme", affirme le rapport.

 

Dans un long communiqué, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, qui avait nommé le groupe d'experts en juin dernier, a "pris acte des conclusions générales du rapport" et a promis d'en tirer les conséquences "sans délai".

 

Il a exprimé "son profond regret que ces enfants aient été trahis précisément par les gens envoyés pour les protéger".

 

M. Ban rappelle aussi qu'il revient aux pays dont des Casques bleus fautifs sont originaires de les sanctionner, ce que "trop souvent", a-t-il dit, ces pays ne font pas ou pas assez vite.

 

"Beaucoup reste à faire, notamment de la part des Etats membres (de l'ONU) pour éradiquer ces odieux abus sexuels devenus trop fréquents, par des soldats et des civils de l'ONU ainsi que par des membres d'autres organisations de maintien de la paix", a estimé le Haut commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Zeid Ra'ad Al Hussein, dans un communiqué.

 

La justice française a entendu début décembre quatre militaires français sur des soupçons de viols d'enfants en Centrafrique en 2013 et 2014. En tout, quatorze soldats français étaient mis en cause, de même que des militaires de Guinée équatoriale et du Tchad.

 

L'opération française Sangaris, qui n'est pas sous commandement de l'ONU, avait été déclenchée en 2013 pour stabiliser la situation en Centrafrique, en proie au chaos et aux violences entre communautés chrétienne et musulmane.

 

L'ONU, critiqué pour sa gestion de ce scandale, avait ouvert une enquête et a édicté des recommandations pour améliorer sa réponse à de nombreux cas d'abus ou de harcèlement sexuels dans ses missions de maintien de la paix.

 

La commission d'enquête externe qui a publié le rapport était présidée par Marie Deschamps, ancienne juge à la Cour suprême du Canada. Ses deux autres membres étaient Hassan Jallow (Gambie), procureur du Tribunal international pour le Rwanda, et Yasmin Sook, directrice de la Fondation pour les droits de l'Homme en Afrique du sud.

 

 

Par RFI Publié le 18-12-2015 Modifié le 18-12-2015 à 07:42

 

Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

 

Six mois après avoir été nommée à la tête de la commission indépendante chargée d’enquêter sur la gestion de l’ONU dans l’affaire des viols en Centrafrique, la juge canadienne Marie Deschamps a remis son rapport. Et il est accablant. L’ONU a failli au plus haut niveau à rendre compte des crimes commis par des soldats français et africains déployés en République Centrafricaine.

 

La juge canadienne avait dix semaines pour rendre son rapport. Il lui en aura fallu 15 de plus pour venir à bout de ce qu’elle a découvert. Elle décrit une organisation onusienne opaque et terrorisée des conséquences d’un tel scandale sexuel alors que l’ONU déployait sa mission de maintien de la paix en Centrafrique.

 

« La décision a été prise sur place à Bangui de conserver les allégations de façon confidentielle, explique-t-elle. En Mars, il y avait eu un problème avec le gouvernement du Tchad qui avait retiré ses troupes. Et le rôle de la France est très important en Centrafrique et on voulait éviter qu’il y ait une réaction politique aux allégations. »

 

A la place, les hauts responsables onusiens ont préféré se renvoyer de bureau en bureau le mémo de dix pages décrivant les crimes sexuels commis sur une dizaine d’enfants. Il a aussi atterri sur des boîtes mail sans même avoir été lu.

 

L’ONU a failli à sa mission première, écrit la juge, à savoir la protection des droits de l’homme et elle pointe du doigt les responsables, Babacar Gaye, l’ancien chef de la mission onusienne à Bangui débarqué au mois d’août dernier, l’UNICEF et le Haut commissariat aux droits de l’homme. Ban Ki-moon le secrétaire général, a pris acte. Il a dit son profond regret et promis d’en tirer les conséquences sans délai.

 

Allégations d'abus en Centrafrique : Ban Ki-moon promet des mesures

 

NEW YORK (Nations Unies), 18/12/15 (Xinhua) -- Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a promis jeudi d'examiner rapidement les recommandations d'un groupe indépendant d'experts qui a constaté que l'Organisation n'avait pas agi avec "la rapidité, le soin et la sensibilité requis" quand elle a été informée de crimes commis contre des enfants par des soldats - pas sous le commandement de l'ONU - envoyés en République centrafricaine pour protéger les civils.

 

"Le rapport décrit une Organisation des Nations Unies qui n'a pas su répondre de façon significative lorsqu'elle a été confrontée à des informations sur des crimes répréhensibles commis à l'encontre d'enfants vulnérables", a dit M. Ban dans une déclaration après avoir reçu le rapport de l'Examen externe indépendant de la réponse des Nations Unies aux allégations d'exploitation et d'abus sexuels en République centrafricaine, qui a été rendu public jeudi.

 

Le groupe d'experts chargé de cet examen a été établi en juin par le Secrétaire général pour examiner la réponse de l'ONU à ces allégations d'exploitation et d'abus sexuels par des membres de contingents militaires étrangers qui ne se trouvaient pas sous le commandement de l'ONU et pour évaluer l'adéquation des procédures en vigueur.

 

"Bien que les soldats qui ont commis des abus n'aient pas été sous le commandement des Nations Unies, le rapport montre que l'Organisation des Nations Unies, qui a révélé les abus, n'a pas ensuite traité cette affaire avec la rapidité, le soin ou la sensibilité nécessaires", a déploré le chef de l'ONU.

 

Selon le rapport, trois fonctionnaires de l'ONU ont abusé de leur autorité. Compte tenu de la gravité de ces conclusions, M. Ban a dit qu'il agirait rapidement pour déterminer les mesures qui pourraient être nécessaires.

 

"Pour respecter le principe fondamental de responsabilité, et à la lumière de l'historique des allégations d'abus sexuels par des troupes en République centrafricaine, y compris les actuelles allégations, j'avais déjà demandé à l'un d'eux - mon Représentant spécial pour la République centrafricaine - de démissionner", a-t-il déclaré, se référant au général Babacar Gaye.

 

Le rapport a également constaté que, alors qu'il y a eu des lacunes dans la performance de plusieurs autres fonctionnaires et de bureaux de l'ONU, ils n'avaient pas abusé de leur autorité.

 

Le Secrétaire général a déclaré qu'il avait l'intention d'examiner rapidement les recommandations du groupe d'experts et de prendre des mesures sans tarder afin de garantir que les problèmes systémiques, la fragmentation et les autres problèmes soient pleinement pris en compte. Il a souligné, toutefois, que certaines de ces recommandations exigeront l'implication et l'approbation des États membres.

Affaire des viols en RCA: rapport accablant sur la gestion de l’ONU
Affaire des viols en RCA: rapport accablant sur la gestion de l’ONU

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com