Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 22:42
Un casque bleu et sept civils tués en République centrafricaine

 

 

 

BANGUI, 11/11/2015 à 21:1311 (Reuters) - Un casque bleu et sept civils ont été tués mardi en République centrafricaine lors d'affrontements dans un camp de déplacés, a déclaré mercredi le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Deux visiteurs musulmans qui s'étaient rendus dans l'enceinte du camp de Batangafo, à 400 km au nord de Bangui, ont été tués dans un accrochage avec des membres de milices chrétiennes anti-balaka, a dit une porte-parole du HCR, Dalia al Achi.

 

D'anciens rebelles de la Séléka ont pénétré par la suite dans le camp pour venger ces meurtres, ouvrant le feu et incendiant plus de 700 abris. Cinq personnes ont péri dans cette attaque, et 5.500 autres résidents du camp ont pris la fuite, a ajouté la porte-parole. Les casques bleus, qui ont une base à proximité du camp de Batangafo, ont échangé des coups de feu avec les anciens rebelles et un soldat de la Minusca (Mission des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique) a été retrouvé mort, ont fait savoir les services du secrétariat général de l'Onu.

 

Le HCR n'a pas su dire dans l'immédiat si ce casque bleu comptait parmi les cinq décès qu'il a comptabilisés. La République centrafricaine, majoritairement peuplée de chrétiens, est en proie à des troubles depuis que les rebelles de la Séléka, musulmans, se sont emparés du pouvoir en mars 2013.

 

Le pays, où des institutions de transition ont par la suite été mises en place, est secoué depuis septembre dernier par une recrudescence des violences entre milices qui a fait au moins 90 morts à Bangui, la capitale, malgré la présence de troupes françaises et de casques bleus. Ce climat d'insécurité a conduit les autorités de transition à annoncer mardi le report au 27 décembre des élections législatives et présidentielle. Il jette aussi un doute sur la venue du pape François ce mois-ci dans le pays.

 

(Sebastien Lamba, avec Makini Brice à Dakar; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

CP/SPK#057/2015

 

LA MINUSCA ENQUÊTE SUR DES ALLÉGATIONS D’ABUS ET D’EXPLOITATION SEXUELS

 

 

11 novembre 2015 – La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) a été informée ce mercredi de possibles cas d’abus et d’exploitation sexuels qui auraient été commis par certains de ses éléments de la Force. 

 

Suite à ces allégations, la MINUSCA a décidé de dépêcher sur place dès ce jeudi une équipe multidisciplinaire, dont fait notamment partie le commandant de la Force, pour enquêter sur ces faits, sensibiliser les troupes impliqu​ées et prendre immédiatement des mesures préventives et disciplinaires. Plus généralement, cette mission prendra des mesures concrètes pour lutter contre l’indiscipline au sein de la mission.

 

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en République centrafricaine, Parfait Onanga-Anyanga, sévèrement condamné ces allégations et réitéré sa détermination de voir la justice se pencher sur chaque cas et que des mesures rapides et appropriées soient prises au cas où ces allégations étaient avérées. Tout en reconnaissant le courage des troupes de la MINUSCA qui mettent leur vie en danger pour protéger la population civile centrafricaine avec des moyens limités et dans des conditions difficiles, le Représentant spécial souligne qu’il suffit d’un seul incident peut ternir l’image des Nations Unies. Finalement, il regrette ces allégations en dépit de la politique de transparence et de tolérance zéro et de tous les efforts de la MINUSCA pour prévenir, rapporter, enquêter et rendre des comptes.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com