Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 22:44

 

 

 

http://www.la-croix.com/  26/11/15 - 16 H 48

 

La Centrafrique est la destination la plus risquée du voyage du pape en Afrique. Un dispositif mêlant force nationale et internationale a été mis en place.

 

QUE SAIT-ON DU DISPOSITIF DE SÉCURITÉ ?

 

Pour des raisons de sécurité, le dispositif précis mis en place par les forces armées pour assurer la sécurité du pape n’est pas communiqué. « On ne vous dira ce que nous avons mis en place qu’après le voyage du pape », répond un responsable de la communication de l’armée française. Cependant, les grandes lignes de ce dispositif sont connues. Le pape aura son propre dispositif de sécurité rapprochée, assuré par le Vatican, comme dans tous ses voyages. Des responsables sont venus à plusieurs reprises à Bangui. « Ils étaient plus nombreux et sont restés plus longtemps en RCA que dans les autres pays visités par le pape », confie un membre de l’Église catholique.

 

QUE VONT FAIRE LES CASQUES BLEUS ?

 

Ce voyage s’effectue avec l’accord et sous la protection des Casques bleus engagés en Centrafrique, la Minusca. « Nous allons mobiliser nos forces engagées à Bangui et nous recevrons un renfort extérieur », explique un officier. Au total, il y aura au moins 4 000 Casques bleus déployés à Bangui, avec des blindés. La Minusca assurera également une couverture aérienne permanente de la capitale. Cette force sera surtout chargée de filtrer les personnes, de contenir tout débordement de la foule et d’assurer la maîtrise du terrain aux forces de l’ordre.

 

QUE VONT FAIRE LES CENTRAFRICAINS ?

 

Entre 300 et 500 policiers et gendarmes seront mobilisés. Ils seront chargés d’ouvrir le convoi pontifical, d’observer et de surveiller la foule dans les deux grands lieux de rassemblement : la cathédrale et le stade Barthélemy Boganda. « Nous chercherons les individus suspects, les personnes qui représentent un risque pour ce voyage », explique un officier de la gendarmerie.

Sur le long du trajet emprunté par le pape, 2 000 scouts seront déployés pour constituer un cordon de sécurité entre la foule et le convoi pontifical. Ils ont reçu une formation spéciale pendant deux jours sur la gestion de la foule et sur la manière de la contenir.

 

QUE VA FAIRE SANGARIS ?

 

La force armée française a pris ses distances avec le voyage du pape. « La sécurisation de ce voyage est dévolue à la Minusca, elle se conduira sous sa responsabilité. Pour notre part, on se tient prêt à l’aider comme force de réaction rapide. C’est notre mandat : être un appui opérationnel de la Minusca. », explique le commandant Adrien, de Sangaris. Avec 900 hommes déployés dans le pays et des moyens limités, Sangaris n’a pas le volume pour assurer la sécurité de tous les Centrafricains. « S’il y a un problème, nous répondrons présent », peut-on entendre du côté de l’état-major de l’armée française. À l’évidence, les unités présentes à Bangui seront en alerte maximum et Paris devrait affréter un Falcon médicalisé à l’aéroport de Bangui pour évacuer le pape, au cas où.

 

LAURENT LARCHER

Pour la sécurité du pape en Centrafrique, l’ONU s’est fortement engagée

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com