Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 16:49
Nouvelles nationales sur RNL et RJDH
Nouvelles nationales sur RNL et RJDH
Nouvelles nationales sur RNL et RJDH
Nouvelles nationales sur RNL et RJDH
Nouvelles nationales sur RNL et RJDH
Nouvelles nationales sur RNL et RJDH

 

 

Nouveau chronogramme électoral réaction du HCCT

 

http://www.radiondekeluka.org/ mardi 10 novembre 2015 13:19

 

Le Haut conseil de la communication de Transition (HCCT) se montre favorable au nouveau chronogramme électoral. L'instance de régulation des médias centrafricains apprécie à sa juste valeur le nouveau document publié lundi 9 novembre 2015 par l'Autorité Nationale des Elections (ANE). 


Le président du HCCT, José Richard Pouambi, déclare avoir été  associé aux travaux d'élaboration de ce chronogramme révisé jusqu'à sa publication.

 
« La décision a été prise en toute souveraineté. Je sais seulement que le Haut conseil de la communication, à l'instar des autres organes de gestion des élections, a suivi de bout en bout l'évolution de la situation puisque l'ANE rendait compte au fur et à mesure de l'évolution de la situation. Il arrive que nous participions à des réunions organisées par l'ANE, c'est pour cette raison que nous sommes parfaitement au courant de la date qui a été fixée par l'ANE. J'avoue que la date a été fixée en toute liberté, en toute souveraineté en fonction des paramètres techniques. Il n'y a eu aucune influence extérieure »


Selon José Richard Pouambi, « L'Autorité Nationale des Elections (ANE) est une institution indépendante qui ne reçoit d'influences d'aucune autre institution, ni de la part du Chef d’État, ni de la part du Premier ministre, ni de la part du Président du Conseil National de Transition ». 


Tension à Bambari


Pendant que les choses se précisent au sujet des élections, des affrontements ont éclaté ce 9 novembre 2015 à Bambari, chef lieu de la Ouaka. Ils opposent des Peuhls armés à des miliciens Antibalaka. Plus d'une dizaine de maisons sont incendiées dans la ville. D'après certaines sources locales, tout serait parti de l'attaque lundi à 10 km de Bambari sur l'axe Alindao, d'un camion escorté par les éléments de l'Unité pour la Paix en Centrafrique (UPC) d'Ali Ndaras, transportant des commerçants Peuhls en provenance d'un marché hebdomadaire.


« Lundi 9 novembre, trois véhicules ayant quitté le marché hebdomadaire de Bokolobo sont attaqués à 10 Km de Bambari sur la route d'Alindao par des Antibalaka. Trois personnes ont été tuées dont une femme, sept autres blessées et quatre enfants pris en otage. Un des véhicules a été incendié après que les marchandises aient été pillées. Ces Antibalaka sont allés au niveau de Akpé pour incendier leurs propres maisons afin de ternir l'image des sujets musulmans », a expliqué Oumar Tidjani, porte parole de la jeunesse musulmane de la Ouaka. 


Les responsables des Antibalaka de la région parlent, eux, d'éléments incontrôlés qui seraient à l'origine de l'attaque du camion. Ils attribuent l'incendie des maisons aux éléments de l'UPC. 


« Cette accusation est portée sur des Antibalaka non identifiés. Les combattants de l'UPC d'Ali Ndaras cantonnés dans le quartier Akpé ont seulement brûlé des maisons », a déclaré Marcelin Orogbo, secrétaire général de la coordination des Antibalaka de la Ouaka.


Cette énième tension a occasionné d’énormes dégâts matériels. Selon des informations, plus d'une dizaine de maisons sont déjà incendiées par ces hommes armés dans les alentours de l'hôpital régional de Bambari, obligeant la population à se réfugier à l'intérieur dudit hôpital. « Environ dix maisons ont été pillées et ensuite incendiées. Je ne peux pas donner un chiffre exact concernant les maisons éloignées de l'hôpital régional universitaire de Bambari. Les habitants sans abris ont trouvé refuge à l'hôpital », a expliqué sous couvert de l'anonymat un habitant joint au téléphone ce lundi.


La population, en détresse, lance un cri d'alarme aux autorités nationales et aux partenaires. « Je demande au Gouvernement, aux forces internationales et à tous ceux qui oeuvrent dans le cadre de la paix de ne pas oublier la population de la Ouaka », s'est lamenté cet habitant de Bambari.

 

 

Les conducteurs déplorent l’organisation sur le parking à Béloko

 

http://rjdh.org/ PAR FIRMIN YAÏMANE LE 10 NOVEMBRE 2015ACTUALITÉS

 

Les  conducteurs des véhicules du transport commun de l’axe Bangui- Garouamboulaye ont manifesté  le lundi 09 novembre à Béloko, ville frontalière. Ces derniers  déplorent l’alignement  anarchique des véhicules qui devaient se faire en tenant compte de l’ordre d’arriver des véhicules, à partir des bordereaux collectés par la douane.

 

Devant le parking  du bureau des recettes de Beloko, Aaron Sabe, délégué de ligne se dit  mécontent du système de convoyage des véhicules à partir de Beloko-Bangui, « Le convoyage  est mal organisé, ce qui fait trainer beaucoup d’entres nous. Nous sommes obligés de passer 1 à 2 mois à Beloko, sans argent  pour la restauration ni  l’hébergement ».

 

Par ailleurs Aoron Sabe souligne que le stationnement est parfois  monnayé par certains conducteurs. « Les chauffeurs qui ont passé plus d’un mois ne sont pas alignés pour le départ, par contre d’autres  qui viennent d’arriver sont  programmés. Ceci est perçu par certains comme de l’injustice ou de la corruption ».

 

« Sur les 80 véhicules, nombre exigé par les casques bleus qui assurent la sécurité, selon eux, la priorité est accordée aux cargaisons des produits périssables. La douane fait son travail sans discrimination, le receveur à plusieurs fois plaidé auprès de la force Onusienne pour l’augmentation des véhicules. Malheureusement la demande n’a pas eu gain de cause » a dit Rodrigue Beguon, inspecteur a la douane de Beloko.

 

Cette situation met les conducteurs du corridor Bangui-Garamboulai en difficulté, situation qui parfois  les oblige à s’endetter  pour pouvoir  survivre

 

 

Des maisons incendiées après le meeting de la COMUC au km5

 

http://rjdh.org/ PAR VIVIEN NGALANGOU LE 10 NOVEMBRE 2015

 

Des maisons sont encore incendiées au km5 après le meeting organisé hier par la  Coordination de la Communauté des Musulmans de Centrafrique (COMUC) dans le 3ème arrondissement de Bangui devant l’Agence d’Ecobank. Le nombre des maisons et kiosques incendiés n’est pas encore connu.

 

Selon les responsables de la COMUC, les jeunes désœuvrées sont à l’origine de l’incident qui a paralysé hier  le km5.« Nous œuvrons pour la paix et le retour de la sécurité et la cohésion sociale, mais des ennemis de la paix sont toujours prêts à boycotter nos actions », a dit l’un des responsables de ce groupe.

 

Quelques habitants du km5 affirment que des maisons sont encore brulées dans les quartiers Fodé et Kina. Aucun coup de feu n’a été entendu et les forces de l’ordre sont  absentes. « Les forces de la Minusca viennent momentanément patrouiller et restent sur la grande route », a relaté un habitant du km5.

 

Rappelons que l’assassinat des deux jeunes musulmans le 29 Octobre dans le 6ème Arrondissement de Bangui a mis le feu à la poudre. Plusieurs maisons ont été incendiées aux quartiers Cattin, Fatima, Bercy et une partie de Kpetene.

 

 

Retour au calme à Bambari après les incidents de la veille

 

http://rjdh.org/  PAR JUDICAEL YONGO LE 10 NOVEMBRE 2015

 

Un calme précaire est constaté dans la ville de Bambari suite aux affrontements survenus le lundi dernier entre des groupes armés non conventionnel au village Liwa, une localité à 10 kilomètres. Des pertes en vie ont été enregistrées et des maisons incendiées.


« Ce matin, les activités ont repris. Les commerçants ont ouvert les boutiques, la circulation a repris même si la peur se fait sentir au sein des communautés », a constaté une autorité locale jointe par le RJDH.

 

A l’origine des troubles de lundi, un véhicule de transport en commun a été la cible d’une attaque de groupe des hommes armés dont une personne a été tuée et plusieurs autre blessées. « C’est au village Liwa à environs 10 kilomètres de la ville de Bambari sur l’axe Alindao où des Anti-Balaka ont attaqué des véhicules de transport en commun appartenant aux ex-Séléka dont plusieurs cas de morts ont été enregistrés. 

 

Selon une source humanitaire à Bambari, il est difficile pour le moment d’établir le bilan des affrontements qui ont occasionné des pertes en vies humaines et matérielles, dans la ville de Bambari centre et au village Awatché, situé à 25 kilomètres sur l’axe Kouango car, les humanitaires ne se sont pas déployés sur les lieux. 

 

Face à ce regain de tensions, le préfet de la Ouaka Maturin Kanda-Séssé a expliqué que des actions de sensibilisation sont menées pour ramener la paix dans la région, «nous sommes toujours dans le cadre de sensibilisation des deux communautés ainsi que des groupes armés avec l’appui de la Minusca de Bambari afin qu’ils puissent se désarmer», a-t-il avancé. La minusca qui a été contactée à répondu n’avoir pas encore de données fiable à nous fournir.

 

 

Les déplacés du camp des Castors reçoivent des matelas et des moustiquaires

 

http://rjdh.org/  PAR AUGUSTE BATI-KALAMET LE 2 JUILLET 2015

 

- L’ONG Association missionnaire pour les gagneurs d’âmes (AMGA), une structure nationale chrétienne, a fait don de plus 300 matelas en mousse aux 300 déplacés du site des castors, dans le 3ème arrondissement de Bangui. Le but de cette action humanitaire est de faciliter le retour de ces personnes chez elles.

 

Plus de trois cent déplacés se sont rendus au siège de cette entité chrétienne, située au camp des castors dans le 3ème arrondissement. Des matelas d’une à deux places sont stockés sous un hangar. Chaque personne répondait  à l’appel du coordonnateur, afin d’y bénéficier.

 

Teddy-Arnauld Wouédane, coordonnateur de l’ONG AMGA, a fait savoir que le but de cet appui aux déplacés est de les aider à regagner les quartiers d’origine ou d’autres localités de leur choix.  Il s’agit aussi d’aménager les conditions des déplacés avant leur départ du site des castors, parce qu’ils ont perdu des biens pendant la crise militaro-politique.

 

 « Nous voulons rendre les conditions adéquates à ces personnes vulnérables. Nous allons leur donner aussi des moustiquaires imprégnées d’insecticide de longue durée d’action », a ajouté le coordonnateur.

 

La remise des matériaux de construction aux déplacés du site des Castors a été prévue. « , nous allons étendre notre activité auprès de ces personnes  en leur fournissant des matériaux de construction qui sont entre autres, des tôles, pour la réhabilitation de leur domicile détruit », a annoncé Teddy-Arnauld Wouédane.

 

Ursul-Paulin Bémondoloko, bénéficiaire d’un matelas se dit satisfaite de l’action humanitaire qu’a posée l’ONG AMGA. «  Nous allons passer une bonne nuit, sur un matelas de grande épaisseur. Les mots me manquent pour exprimer ce sentiment de joie, après la réception de cette couchette et une moustiquaire», a-t-il affirmé.

 

L’association missionnaire pour les gagneurs d’âmes (AMGA) est une organisation non gouvernementale créée en 1989. Elle œuvre dans le cadre de la lutte contre la corruption et  appuie les personnes en détresse. Cette ONG est appuyée par le gouvernement américain.

 

 

Le corps électoral convoqué par décret présidentiel en vu du référendum

 

http://rjdh.org/  PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 10 NOVEMBRE 2015

 

La cheffe de l’Etat de transition, Catherine Samba-Panza a pris, ce jour le décret convoquant le corps électoral en vu du référendum du 13 décembre prochain. Le décret a été lu à la télévision nationale par le ministre, conseillé en matière de communication à la présidence Mr Clément Thierry Tito.

 

C’est par décret n°15.401 Les électeurs centrafricains sont convoqués pour voter la loi fondamentale de leur pays. Selon les termes du document, la campagne relative au vote constitutionnel se déroulera du 02 au 11 décembre 2015.

 

Le corps électoral est convoqué par décret, 24 heures après le lancement officiel de la publication des listes électorales et de la publication du nouveau chronogramme électoral qui a fixé le vote de la nouvelle constitution au 13 décembre, le 1er tour des élections législatives et présidentielles le 27 décembre et le second tour au 31 janvier 2016.

 

Les électeurs quant à eux sont convoqués pour le référendum 33 jours avant le scrutin qui se tiendra le 13 décembre 2015. Après la convocation du corps électoral en vu du référendum, la présidente de la transition devra encore convoquer ce même corps pour le 1er tour des élections.

 

 

Les habitants du 1er arrondissement de Bangui, mécontents de non affichage de la liste électorale comme prévue

 

http://rjdh.org/ PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 10 NOVEMBRE 2015

 

Les habitants du 1er arrondissement de la ville de Bangui ont montré leur mécontentement ce matin suite à non affichage de la liste électorale par l’Autorité Nationale des Elections. Pour eux le lancement officiel de l’affichage de cette liste électorale a eu  lundi 09 Novembre 2015 à l’école Assana n’est qu’un scénario de l’ANE. Toutefois, ils se disent prêts pour accueillir cette liste qui leur permettra de connaitre leur position pour les prochaines élections.

 

 «  Je suis voisin de l’école Assana hier après le lancement j’étais passé pour vérifier mon nom, mais à ma grande surprise la liste n’est pas affichée et on se demande c’est dans quelle école Assana qu’ils ont affichée la liste » s’est interrogé Ndacko Freddy habitant du 1er arrondissement.

 

Bernardin Makela un autre voisin de cet établissement,  a  confirmé le lancement r en présence des corps diplomatiques et des responsables de l’Autorité Nationale des Elections. « Hier dans les après-midi, nous avons vu l’ambassadeur de la France avec des délégations y compris ceux de l’ANE, c’était le lancement de la liste électorale puisse que tout les médias ne parlent que de ça. Nous étions fiers de notre secteur car cela a commencé chez nous. Malheureusement la liste n’est pas effectivement affichée après le lancement », a-déploré Bernardin Makela.

 

« Nous avons fait le recensement depuis trois mois, et on attendait la publication de la liste électorale, que l’ANE nous dise pourquoi la liste n’est pas affichée alors qu’elle a demandé à la population du 1er arrondissement de venir vérifier les noms. Nous sommes là depuis le matin rien n’est affichée », a martelé David Bamango.

 

« Nous avons acclamé le travail de l’ANE suite à la publication du chronogramme électoral, mais on ne sait pas réellement ce qui s’était produit pour que la liste ne soit pas affichée, que l’ANE fasse de son mieux afin d’afficher le plus tôt possible la liste, car elle l’a déjà dit, si non cela prouve que y’a pas des choses sérieuses pour les prochaines élections que nous attendons à cœurs ouvert » a-souhaité Jephté Béléké.

 

La cérémonie de la publication de la liste électorale a eu lieu le lundi dernier. Selon l’ANE, Le temps prévue pour la publication sur toute l’étendue du territoire c’est  deux semaines

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com