Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 01:57
lu pour vous : Centre-Afrique. L'école-nomade des enfants

 

 

 

http://www.letelegramme.fr/  31 octobre 2015

 

Pour Marie-Christine Courteille, âgée de 57 ans, « l'humanitaire pour l'humanitaire », ce n'est pas son truc. Née au Tchad, élevée à Bangui, en Centrafrique jusqu'à l'âge de 13 ans, l'enseignante en français installée à Plougasnou, « veut faire quelque chose pour le pays où [ELLE]a grandi ». En 2002, avec un collègue, elle crée l'association Zo Kwe Zo Education et lance plusieurs projets dans le pays. Mais en 2013, « face à la crise là-bas, j'ai à nouveau voulu m'investir ».

 

« Leur donner quelque chose auquel se raccrocher »


En septembre dernier, la Plouganiste, en année sabbatique a, une nouvelle fois, rejoint Bangui. « L'occupation par des groupes rebelles et la guerre civile laisse les enfants livrés à eux-mêmes », ajoute-t-elle. Écoles fermées, insécurité : « Il y en a beaucoup dans les rues, et j'ai voulu voir ce qui existait déjà pour aider les enfants ». Forte d'un réseau sur place qu'elle entretient depuis son enfance, Marie-Christine Courteille sait où elle va, et avec qui : « L'idée, c'est d'avoir une camionnette ambulante, pour aller là où s'agglutinent les enfants des rues. Je me suis aperçue que mon projet était attendu et mes interlocuteurs vont m'aider à le pérenniser ». À l'aide de supports pédagogiques, l'objectif serait de proposer des activités aux enfants « pour leur donner quelque chose auquel se raccrocher », explique-t-elle. Côté enseignants, à Bangui, nombre d'entre eux sont au chômage depuis la fermeture progressive des écoles, souvent détruites. « Les fonds serviront également à les recruter ».

 

Un financement participatif pour trouver les fonds



Si elle n'envisage pas de s'installer sur place, l'enseignante compte y retourner régulièrement pour suivre le projet. « L'objectif n'est pas de laisser perdurer ces écoles-nomades, j'espère qu'elles s'arrêteront le jour où il y aura un gouvernement stable... », souhaite-t-elle, pleine d'optimisme. En attendant, grâce au financement participatif, c'est bien avec sa camionnette école qu'elle espère rejoindre Bangui, le plus tôt possible. 


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/morlaix/centre-afrique-l-ecole-nomade-des-enfants-31-10-2015-10832630.php#R5qFpOsxVFqH0tJq.99  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com