Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 01:25

 

 

        

APA-Dakar (Sénégal) - 2015-11-09 18:20:28 Le chef d'état-major des armées de France, Pierre de Villiers, a préconisé lundi à Dakar, trois lignes de force contre le terrorisme dont une stratégie globale et le respect du droit international.


"Face à la propagation du terrorisme et aux modes d'attaques devenus variés et diversifiés, il faut trois lignes de force. La première porte sur la nécessité d'inscrire nos actions dans la durée, avec des moyens à moyen et long termes", a dit le général Pierre de Villiers.


Il prenait part au premier panel du forum international de Dakar sur la paix et la sécurité qui se tient les 9 et 10 novembre dans la capitale sénégalaise, en présence de plus de 1000 participants. 


"La deuxième ligne de force doit être le respect du droit international dans l'intervention contre les terroristes. Car le terrorisme se nourrit de la répression aveugle. Ne cédons pas à la violence. La dernière ligne de force doit nous pousser à élaborer une stratégie globale de lutte pour gagner non la guerre, mais la paix. Il ne suffit pas de gagner la guerre, mais la paix. Le cas libyen en est un exemple patent", a poursuivi le chef d'état-major des armées françaises.


Selon lui, ces lignes de force permettront de s'opposer à la propagation du terrorisme et construire une paix durable. "Ne baissons pas la garde et travaillons à une collaboration active de nos forces. Lorsque la force avance, la paix recule. Mais lorsque le dialogue avance, la paix vient à sa rencontre", a-t-il soutenu, plaidant aussi pour le partage de renseignements entre les armées. 


De l'avis d'Elisa Slotkin, assistante du secrétaire d'état américain à la Défense, "l'approche contre le terrorisme ne peut pas être que militaire" et il faut "l'implication des populations locales dans la lutte contre les réseaux terroristes".


"En Afrique, la situation aggravante de la présence des groupes terroristes est surtout due à la porosité des frontière et la pauvreté", a indiqué l'autre paneliste, Mongi Hamdi, envoyé spécial du Secrétaire général de l'Onu au Mali et chef de la Minusma.

Ce qui pousse Alioune Tine, directeur Afrique de l'ouest et du centre d'Amnesty international, à préconiser de " repenser le développement du continent et la répartition des ressources".


Il a souligné que les zones dans lesquelles les groupes terroristes s'installent sont totalement laissées en rade par les politiques publiques de développement. 

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=838295#sthash.DQjvwcFU.dpuf

Le chef d'état-major français trace trois lignes de force contre la propagation du terrorisme

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com