Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 17:05

 

 

NOTE D’INFORMATION

 

 

Bangui, le 18 novembre - La Minusca reste engagée à renforcer la situation sécuritaire à Bangui, d’où le lancement par son Etat-Major conjoint a lancé, lundi dernier, de l’opération “liberté de mouvement” au quartier Fatima, dans le 6eme arrondissement de la capitale. L’annonce faite ce mercredi 18 novembre à Bangui, au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la Minusca par son Porte-Parole Vladimir Monteiro.

 

L’objectif de l’opération “Liberté de mouvement” est de lever les barricades illégales qui ont été érigées dans le quartier de Fatima depuis les évènements du 26 septembre afin de restaurer la liberté de mouvement des populations et de sécuriser cette zone. Cette opération fait partie du mandat de la MINUSCA de contribuer à la sécurisation et à la stabilisation de Bangui pour que tous ses habitants, quelque soient leurs quartiers, puissent y circuler librement et en toute sécurité. Le Porte-Parole a ajouté que cette opération devrait se poursuivre dans toute la ville de Bangui et n’est, en aucun cas, dirigée contre la population et a rappelé  la totale impartialité de la MINUSCA dans la mise en œuvre de son mandat de protection de la population civile. 

 

Sur ce point, le Porte-parole de la Minusca a rappelé l’annonce, par le porte-parole du Secrétaire général, du prochain redéploiement temporaire et le transfert immédiat de quelques 300 membres du personnel de la Force de réaction rapide de l’ONUCI à la MINUSCA. Le Secrétaire général devrait soumettre une demande dans ce sens au Conseil de sécurité. Ces casques bleus sénégalais devraient être déployés en Centrafrique pour une période d'environ huit semaines. Ce déploiement traduit les efforts continus entrepris par les Nations Unies destinés à accroître ses capacités en Centrafrique et mettre en oeuvre son mandat. Cette présence va notamment permettre à la Mission de faire face aux défis immédiats, en particulier la sécurisation du processus électoral dans le pays. 

 

Quant au processus électoral, le Porte-Parole a fait savoir que jusqu’au mardi 17 novembre, 11 candidats avaient déposé leur candidature pour les présidentielles (pas de candidature féminine) alors qu’ils sont 67 pour les élections législatives, dont quatre femmes. L’ANE a également déjà publié la liste des bureaux de vote sur l’ensemble du pays. Ainsi, l’ANE prévoit 5.596 bureaux de vote pour une population électorale inscrite s’élevant à 1.928.190 probables électeurs.

 

Toujours dans le cadre des actions de la stabilisation de la Centrafrique, le Porte-Parole de la MINUSCA, a révélé que des avancées dans le cadre du pré- DDR à Bangui et à Birao avec le profilage de nombreux combattants. Ces combattants enregistrés bénéficient des travaux à haute intensité de main d’œuvre et reçoivent une assistance alimentaire hebdomadaire.

 

Au niveau des droits de l’homme, le Porte-parole a indiqué que la MINUSCA avait vérifié et documenté à Bangui et dans l’arrière-pays, 33 cas de violations et d’abus des droits de l’homme qui ont touché 65 personnes dont 05 femmes et 6 mineurs. Des sources concordantes, les auteurs présumés sont, en plus des individus armés non identifiés, des groupes armés appartenant aux anti-Balaka, aux ex-Seleka (UPC, FPRC) et quelques agents de l’Etat de l’OCRB, des FACA et de la gendarmerie. 

 

De son côté, le Lieutenant Konseiga Salifou, Porte-Parole de la police de la Minusca, a fait savoir que malgré la situation sécuritaire qui reste préoccupante en Centrafrique, la composante Police de la MINUSCA et la Force Militaire de la MINUSCA, ainsi que la Force SANGARIS ont travaillé en collaboration avec les forces de sécurité intérieure Centrafricaines, dans le cadre de la protection des populations civiles et du renforcement des capacité des Forces de Sécurité Intérieure centrafricaine. C’est ainsi que la semaine dernière, 39 policiers et gendarmes centrafricains, dont quatre femmes, ont terminé avec succès, une session de formation qui leur a permis d’acquérir les connaissances nécessaires, pour la transmission du savoir, organisée par l’Etat-Major conjoint des opérations de la MINUSCA.

 

De son côté, le Porte-Parole militaire de la Minusca, le Lieutenant-Colonel Adolphe Manirakiza a pour sa part mentionné que les forces internationales continuent à faire des patrouilles dans tous les arrondissements et une attention particulière est actuellement portée sur les 3eme, 5eme et 6eme arrondissements. Des réunions sont régulièrement organisées avec les représentants de la population de ces zones, pour étudier ensemble avec les forces internationales les voies et moyens adéquats de leur protéger. Cependant, la force de la MINUSCA déplore par la voix de son Porte-Parole la mort d’un chauffeur tué par une balle tirée par des bandits armés  sur le convoi le 10 novembre dernier sur la route principale numéro 1, entre Bossembele et Boali. Un autre civil a été blessé. La force a riposté  à cette attaque et a appréhendé cinq bandits avec deux armes de chasse. Le même groupe de bandits a aussi tiré sur le convoi du 14 novembre 2015 sans faire de dégâts, mais l’élément d’escorte a arrêté quatre bandits et saisi sur eux une arme de chasse et deux  machettes.

L’OPERATION DE LA MINUSCA AMELIORERA LA SECURITE ET LA LIBRE CIRCULATION

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com