Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 12:00
Samba Panza exige un mandat robuste

 

 

 

3 octobre 2015 (BBC Afrique)

 

La présidente centrafricaine a réclamé samedi un mandat robuste pour les soldats de l'Onu en RCA pour désarmer les groupes armés.

 

Catherine Samba-Panza a également réclamé un désarmement "complet" et " immédiat" des milices et des groupes rebelles.

 

"Tout le peuple centrafricain est convaincu de la nécessité de donner un mandat plus robuste aux forces de la Minusca et du désarmement complet et immédiat des forces non conventionnelles", a indiqué un communiqué de la présidente de transition lu à la radio nationale.

 

Le texte n'a toutefois pas donné de détails sur ce mandat "plus robuste" qu'elle envisage pour la Mission des Nations unies en Centrafrique.

 

Madame Samba-Panza a, par ailleurs, décrété trois jours de deuil national, en mémoire d'une quarantaine de personnes tuées au cours des affrontements violents à Bangui en début de semaine.

 

Les drapeaux seront en berne à partir de lundi.

 

Elle était rentrée précipitamment de l'Assemblée Générale de l'ONU à New York, en raison de ces violences, qui ont éclaté suite à l'enlèvement et au meurtre d'un conducteur de taxi-moto musulman.

 

Des dizaines de maisons avaient été incendiées, alors que des magasins et bureaux étaient pillés.

 

La présidente avait alors dénoncé une tentative de déstabilisation de son pays par les partisans de son prédécesseur, François Bozizé, renversé par la coalition rebelle Seleka en 2013.

 

Ces violences ont mis fin aux espoirs de tenir les élections présidentielles prévues dans le pays le 18 octobre.

 

Les commerces ont rouvert ce samedi dans la capitale où l'on constate un retour progressif au calme.

 

Toutefois, le couvre-feu instauré à la suite de ces violences reste en vigueur.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com