Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 17:27
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Barrières demantelées sur l’axe Bangui-Boali

 

http://rjdh.org/ PAR NOURA OUALOT LE 22 OCTOBRE 2015

 

La circulation est rétablie sur l’axe Bangui-Boali. Les  barrières érigées sur ce tronçon ont été démantelées par les éléments Bangladeshis de la Minusca.

 

« C’est pendant les récents troubles que les Anti-Balaka ont érigé des barrières depuis PK12 jusqu’à Boali. Mais actuellement la seule barrière est celle de Boali-poste. De Boali-poste à Bangui, il n’y a plus de barrières », a témoigné Ibrahim Ernest, président de la jeunesse de Boali.

 

La circulation sur cet axe après les récents évènements est problématique. La Minusca, lors de sa dernière conférence hebdomadaire avait expliqué que les Anti-Balaka qui érigeaient ces barrières s’en prennent aux voitures sans escorte. Et quand il y’a passage des convois, ils se démasquent, se confondent à la population civile, ce qui pose problème concernant l’enlèvement de ces barrières.

 

Les casques bleus déployés dans le secteur ont pu débarricader la voix. Cette action intervient quelques jours après la réaction de la vice-présidente du conseil national de transition, qui avait déploré l’absence des forces conventionnelles sur cet axe.

 

 

Des déplacés de Bangui réclament le désarmement et la libre circulation

 

http://rjdh.org/ PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 22 OCTOBRE 2015

 

Les déplacés du site de la paroisse Saint Sauveur ont réclamé ce jeudi 22 octobre 2015 des actions de désarmement afin de permettre leur retour dans les quartiers. Ceux du KM5 ont tenu les mêmes propos et souhaitent la libre circulation. C’est à l’issue de la visite de Stephen O’Brien, Coordonnateur des Secours d’urgence et Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires dans ces site des déplacés.

 

C’est dans une ambiance pleine de réclamations que Stephen O’Brien, Coordonnateur des Secours d’urgence et Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires a été reçu dans le site des déplacés de Saint Sauveur.

 

Tous s’accordent sur deux points: désarmement et retour au domicile. « Nous n’allons pas toujours continuer à vivre dans ces conditions. Assistance alimentaire oui mais nous voulons le désarmement des groupes armés afin de faciliter notre retour. Près de deux ans sur les sites, c’est trop », a déclaré une femme déplacée sur le site de Saint Sauveur.

 

Cette visite n’est pas seulement marquée par des réclamations du côté des déplacés du Saint Sauveur mais également par celles des habitants du KM5. La libre circulation, l’arrêt des violences, l’éducation des enfants sont entre autres des points forts exprimés par des leaders et autorités municipales du 3e arrondissement de Bangui.

 

Ibrahim Hassan est le chargé de communication de la Coordination des Organisation Musulmanes de Centrafrique. « Nous sommes dans une prison à ciel ouvert. Nous avons reçu des déplacés de Boda, Carnot, Yaloké et des huit arrondissements de Bangui. Sur le plan humanitaire, c’est difficile. Nous voulons la libre circulation car, nous sommes coincés dans un espace d’à peine 2 kilomètres carré», a-t-il insisté.

 

Stephen O’Brien a rassuré les déplacés que leurs préoccupations seront remontées à un haut niveau mais qu’ils doivent garder l’espoir et cultiver la paix, l’amour et le vivre ensemble.

 

La visite est également marquée par la rencontre avec la Croix-Rouge Centrafricaine. Son président, le Pasteur Antoine Mbao-Bogo justifie ce qui a poussé Stephen O’Brien à rencontrer sa structure. « Nous ne faisons pas de distinction parmi les victimes de la crise. Nous sommes un acteur clé de la gestion de la crise en Centrafrique. Les volontaires de la Croix-Rouge ont été très actifs pour secourir les personnes touchées par la crise», a justifié le président de la Croix-Rouge Centrafricaine.

 

La série de visites de Stephen O’Brien, Coordonnateur des Secours d’urgence et Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, entamées depuis mercredi à Dékoa a pris fin sur le site de la Mosquée Centrale où des échanges avec l’Imam ont été à huit clos.

 

Le Coordonnateur des Secours d’urgence et Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires est en mission en Centrafrique pour évaluer la situation humanitaire.

 

 

Human Rights Watch déplore l’évasion des prisonniers et appelle les autorités à protéger les civils

 

http://rjdh.org/  PAR VIRGINIE BERO LE 22 OCTOBRE 2015

 

L’évasion d’environ 600  détenus de la prison de Ngaragba, le 28 septembre, constitue un grave revers dans la lutte contre l’impunité en Centrafrique, a fait observer Human Rights Watch, dans un communiqué de presse rendu public ce mercredi 22 octobre.

 

D’après Human Rights Watch, cette évasion s’est faite avec la complicité de certains gardes pénitentiaires, malgré l’opposition des forces internationales. « Certains gardiens de la prison et des militaires de l’armée nationale ont facilité ces évasions en ouvrant la grille principale de la prison, peut-être parce que certains des détenus étaient des militaires. »

 

Selon le communiqué, « le rétablissement d’une prison en état de fonctionner, où des conditions d’incarcération de base sont respectées, devrait constituer une priorité urgente pour l’ONU et pour le gouvernement provisoire. »

 

Dans le document, Human Rights Watch, a retracé le bilan des derniers affrontements survenus le 26 septembre dernier, qui selon cette structure internationale,  a fait 31 civils morts.

 

« Dans leur grande majorité, ces meurtres ont été commis par des membres de groupes armés d’auto-défense musulmans, bien que des membres armés du groupe anti-balaka composé majoritairement de chrétiens et d’animistes ont également incité aux violences et y ont participé, combattant parfois contre les groupes musulmans », indique le communiqué.

 

Comme solution, Lewis Mudge, chercheur à la division Afrique à Human Rights Watch, qui a effectué une mission en Centrafrique après ces violences a fait savoir que « le gouvernement provisoire devrait s’assurer que ses gendarmes et ses militaires aident à la protection de tous les civils, chrétiens et musulmans, et ne contribuent pas aux violences. »

 

Et que ce cycle de meurtres et de représailles ne pourra être stoppé que lorsque leurs responsables seront amenés à rendre des comptes devant la justice, « les portes des prisons resteront fermées et les combattants seront désarmés. »

 

Le communiqué de Human Rights Watch est rendu public au moment où plusieurs des points sécuritaires abordés font l’objet d’interpellation du Premier ministre de la transition devant les Conseillers Nationaux de Transition.

 

 

Les enfants déplacés de la mosquée centrale reçoivent le vaccin contre la rougeole

 

http://rjdh.org/  PAR BABIKIR OUSMANE LE 22 OCTOBRE 2015

 

L’ONG  Médecins Sans Frontières (MSF) Belgique poursuit sa campagne de vaccination sur les sites des déplacés. Dans la matinée du 22 octobre, plus de 300 enfants ont été déjà vaccinés sur le site de la Mosquée centrale. Cette activité qui se  poursuit a pour but de protéger les enfants de 6 à 10 ans contre la rougeole.

 

 « L’objectif est dans un premier temps d’augmenter la couverture vaccinale, car dans certains quartiers de la ville de Bangui, la couverture vaccinale contre la rougeole est de 34 à 40%. Donc, c’est encore moins suffisant pour nos enfants », a souligné Fortuné Odjo, Chef d’équipe mobile n° 5 MSF.

 

Cette campagne, selon Fortuné Odjo, n’est pas la riposte à une épidémie mais c’est une prévention. « La cohorte des enfants de 6 mois à 10 ans dans les sites des déplacés augmente le risque en épidémie de rougeole. Donc cela se fait dans les sites des déplacés dans un premier temps et sur les enfants aux alentours des sites des déplacés», -a-t-il dit.

 

Halimé Mahamat, dont l’enfant vient d’être vacciné se réjouit de la campagne initiée à leur endroit. «Je suis très contente, parce que c’est depuis plusieurs moments que nos enfants n’ont pas été vaccinés. Nous avons passé deux ans sur le site, nos enfants sont exposés à des maladies. J’appelle les autres mamans à emmener leurs enfants pour se faire vacciner », a-t-elle lancé.

 

Cette campagne de vaccination a débuté depuis le début de cette semaine sur les sites des déplacés de la ville de Bangui. Sur le site de Don-Bosco dans le 8ème arrondissement, 1460 enfants sont vaccinés et 300 enfants depuis ce matin sur le site de la mosquée centrale.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com