Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 16:00

 

 

06/10/15 (Agence Ecofin) - Le gouvernement doit saisir tous les diamants du sang, les vendre et utiliser l'argent dans l'intérêt public. La population centrafricaine doit pouvoir profiter de ses propres ressources naturelles. Tel est l’appel lancé, il y a quelques jours, par Lucy Graham, conseillère juridique au sein de l'équipe Responsabilité des entreprises en matière de droits humains d'Amnesty International, à l’endroit des autorités centrafricaines.

 

Le 30 septembre dernier, Amnesty international a rendu public un rapport dans lequel l’organisation a dénoncé l’achat du diamant centrafricain par des compagnies internationales qui ne se soucient pas du financement des groupes armés responsables de violation des droits humains dans ce pays.

 

Selon ce rapport, la Sodiam, le principal bureau d'achat de diamants pendant le conflit centrafricain, aurait constitué un stock de 60 000 carats de diamants valorisés à 7 millions $, a acheté et continue d'acheter des diamants ayant financé les anti-balaka, une milice d’auto-défense.

 

« A l'heure où le pays cherche à se reconstruire, les diamants doivent être pour lui une bénédiction, et non une malédiction», a ajouté Lucy Graham, poursuivant que « si des sociétés ont acheté des diamants du sang, il ne faut pas qu'elles puissent en tirer profit ».

A son avis, les compagnies diamantaires internationales doivent faire preuve d'une grande vigilance à l'égard des violations commises tout au long de leur chaîne d'approvisionnement, du travail des enfants aux pratiques fiscales contestables.

 

Aussi a-t-elle estimé qu’en se limitant uniquement aux diamants de la guerre, le Processus de Kimberley « occulte toutes les autres atteintes aux droits humains et pratiques peu scrupuleuses associées aux diamants ».

 

« Ceci est un cri d'alarme pour le secteur du diamant », a précisé Lucy Graham, relevant que les Etats et les entreprises ne peuvent plus utiliser le Processus de Kimberley pour rassurer les consommateurs en donnant un vernis éthique à leurs diamants.

 

Centrafrique : le gouvernement doit saisir tous les diamants du sang, selon Lucy Graham
Centrafrique : le gouvernement doit saisir tous les diamants du sang, selon Lucy Graham

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com