Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 01:42
Autres nouvelles nationales
Autres nouvelles nationales
Autres nouvelles nationales

 

 

Centrafrique : la présidentielle reportée à décembre

 

http://adiac-congo.com/  Samedi 17 Octobre 2015 - 15:38

 

Comme pressenties, les élections présidentielles et législatives initialement prévues pour le 18 octobre, ont été bel et bien reportées à décembre prochain voire début 2016, indique une source gouvernementale.

 

« L’idéal serait au mieux de faire le premier tour fin décembre 2015 et la période de vérification et des contestations éventuelle en 2016 », a fait savoir Saïd Panguindji, porte-parole du gouvernement, précisant que le pouvoir en place de transition restera aux commandes du pays jusqu’à la tenue de la présidentielle.

 

L’annonce intervient alors qu’un regain de violence a surgi à Bangui sur fond de conflit inter-religieux, et que les autorités de transition ne savent pas à quel saint se vouer pour sortir le pays d’une crise survenue après un coup d’Etat.

 

La semaine dernière, après une intrusion d’hommes armés, une personne a trouvé la mort et dix autres ont été blessées au quartier musulman PK5 de Bangui. Des milliers d’habitants ont fui le quartier et un calme précaire régnait dans la capitale. Ces derniers ont lancé des attaques contre le PK5 repoussées par des musulmans armés.

 

Ces affrontements ont fait au moins un mort et près de 10 blessés, selon une source hospitalière. Dans les deux cas, c’est l’assassinat d'un musulman dans le quartier du PK-5 qui a été à l'origine des heurts.

 

C’est le meurtre d’un usager de vélo-taxi qui a servi de détonateur à cette nouvelle explosion de violences dont la capitale centrafricaine est coutumière depuis deux ans.

 

Actuellement, un dixième de la population centrafricaine, soit environ 460 000 personnes, serait actuellement réfugiée à l’étranger, principalement au Cameroun, au Tchad, en République Démocratique du Congo et au Congo-Brazzaville.

 

Les violences qui ont éclaté en RCA rappellent que le désarmement du pays demeure un préalable à l’organisation de nouvelles élections.

 

Lundi dernier, la présidente de transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, a entamé des concertations avec les « forces vives de la nation » sur la situation sécuritaire et le choix de nouvelles dates de scrutins.

 

Yvette Reine Nzaba

 

 

Centrafrique: la France favorable à des sanctions à l’encontre de ceux qui menacent la paix et la stabilité

 

http://adiac-congo.com/  Samedi 17 Octobre 2015 - 16:20

 

Interrogé lors du point presse sur le boycott des Concertations politiques en Centrafrique et les violences et les propositions de la France au Conseil de sécurité en vue de l’adoption de sanctions à l’encontre de ceux qui menacent la paix et la stabilité et entravent le processus de transition politique dans le pays, le porte-parole du Quai d’Orsay, Romain Nadal,  est revenu sur l’annonce faite par Paris le 6 octobre « favorable à l’adoption de nouvelles sanctions du conseil de sécurité des Nations unies à l’encontre de ceux  qui menacent la paix  et entravent le processus de transition politique en Centrafrique ». Il  a ajouté que la France travaille en ce sens avec ses partenaires du Conseil de sécurité. Mais elle ne commente pas les travaux préparatoires à l’adoption des sanctions.

 

Noël Ndong

 

 

RCA: l'insécurité trouble le réapprovisonnement de Bangui

 

Par  17-10-2015 à 23:08

 

En Centrafrique, la situation sécuritaire dans les provinces bouleverse l'approvisionnement de la capitale en matières premières. L'insécurité perturbe les convois de marchandises en provenance du Cameroun. A Bangui certains produits manquent déjà.

 

Les braquages se sont multipliés ces dernières semaines sur l'axe Garoua Boulai-Bangui. Les commerçants, comme les camionneurs, n'ont plus confiance dans le contingent bangladais de la Minusca qui assure l'escorte du convoi hebdomadaire de marchandises en provenance du Cameroun.

 

Abdoul Salim est le porte-parole de l'association des commerçants du quartier du PK5, qui a pris une décision radicale pour réclamer la sécurité. « Cette semaine on a perdu plus d’une dizaine de véhicules avec toutes les marchandises. Nous avons décidé d’arrêter d’importer toute marchandise du Cameroun à Bangui, tant que les choses ne sont pas résolues », insiste-t-il.

 

Dans les allées du marché du PK5, beaucoup d'étals sont vides. Et pour cause, impossible de s'approvisionner en denrées de base comme la farine. Abdelazi est commerçant. « Le sel, on le vendait avant à 5 000, maintenant c’est à 7500. Y a plus de sel, même dans mon magasin, il n’y en a pas. Ça vient du Cameroun présentement. Dans Bangui, il n’y en a pas. Et puis il y a les cubes Maggi en rupture aussi. Tout est en rupture de stock. Le magasin est presque vide. »

 

La viande et le poisson sont aussi devenus des produits rares et chers à Bangui. Petit à petit, le trafic reprend sur les axes de l'intérieur du pays, mais les groupes armés ont profité de l'instabilité récente pour regagner du terrain.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com