Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 22:31
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Le découpage électoral apprécié différemment par la population de Paoua

 

http://rjdh.org/  PAR JUDICAEL YONGO LE 5 SEPTEMBRE 2015

 

Le découpage électoral des circonscriptions de Paoua, une satisfaction pour certaines personnes et une inquiétude pour d’autres. Cette réaction a été enregistrée après la publication du décret le 26 août dernier. Pour certains hommes politiques, le découpage a été bien fait tandis que d’autres ont contesté et craint une fraude pendant les élections.

 

« La sous-préfecture de Paoua est vaste et l’Autorité Sous-préfectorale des Elections de Paoua et le sous-préfet de la ville ont bien organisé pour faire le découpage en cinq circonscriptions au lieu de trois circonscriptions dans les années précédentes, et cela ne va pas constituer une inquiétude pour les élections dans la localité», a relevé Bravo Banaguene, représentant du bureau parti Centrafrique Nouvelle Elan.

 

Cependant cette appréciation n’est pas celle des autres partis politiques qui se sont réunis, d’après les informations reçues ce vendredi, par le RJDH, pour contester le découpage. Selon ces contestataires la ville de Paoua compte plus des électeurs.

 

«Ces derniers souhaitent le rétablissement de l’ancien découpage où la ville de Paoua centre regroupe les communes de Mia-pende, Bah-Bessar, Bahn Male et la commune de Mom et Bimbi qui constitue une seule circonscription », suggestion faite par une source locale.

 

Dans le découpage des circonscriptions, le 26 août dernier, la préfecture de l’Ouham-Péndé compte 15 circonscriptions électorales dont cinq circonscriptions de la sous-préfecture de Paoua.

 

 

Zeid Ra’ ad AL Hussein réaffirme la détermination des Nations Unies à lutter contre l’impunité en Centrafrique

 

http://rjdh.org/  PAR BABIKIR OUSMANE LE 5 SEPTEMBRE 2015

 

Zeid  Ra’ ad AL Hussein, le Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme,  a  réaffirmé la volonté de la communauté internationale à traquer les auteurs de crimes commis en Centrafrique. Il l’a fait savoir, le vendredi 4 septembre, lors de sa rencontre avec la presse, à Bangui.

 

« Les criminels et les meurtriers notoires doivent être traduits en justice. Quelque soit le groupe auquel ils appartiennent, enfin de mettre un terme à leurs déprédations et pour avoir un effet dissuasif », a dit l’émissaire onusien.

 

Zeid  Ra’ ad AL Hussein a par ailleurs dénoncé les allégations de viols mettant en cause, les soldats des Nations-Unies. Il a fait savoir que les enquêtes sont en cours  tout en rappelant que les impunités ne seront jamais tolérées.

 

C’est aux termes d’une mission de quatre jours en Centrafrique que le Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a rencontré la presse après avoir discuté avec les autorités de la transition.

 

 

Reprise des activités à Grimari après le retrait des éléments de Ali Darass

 

http://rjdh.org/  PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 5 SEPTEMBRE 2015

 

Les activités ont repris dans la ville de Grimari, après le retrait des éléments de l’Union pour la Paix en Centrafrique(UPC) de Ali Darass, le jeudi 3 septembre. Une information confirmée au RJDH par le sous préfet de cette localité, Ludovic Assana Yémbinale, qui appelle à une assistance humanitaire.

 

 «  Les habitants de la ville de Grimari ont quitté les sites pour regagner leurs domiciles, seuls les déplacés venus de Bambari qui se trouvent encore dans les sites. La circulation est libre,  l’ambiance a repris dans la ville », a constaté  Ludovic Assana Yémbinale.

 

Même si les activités ont repris la situation humanitaire reste inquiétante, selon le sous préfet. Il déplore les difficiles conditions de vie des déplacés de Bambari qui sont à majorité, des enfants séparés de leurs parents et les femmes enceintes sans aucune aide humanitaire.

 

« Nous avons fait appel aux humanitaires pour secourir ces déplacés. La réponse tarde encore.   Seule l’ONG Save the Children qui a amené des médicaments à ces déplacés et elle continue de sillonner les villages environnants »,  a souligné le sous préfet.

 

L’autorité administrative locale  a souligné aussi la présence des forces onusiennes dans la ville.

 

Les derniers troubles enregistrés dans la préfecture de la Ouaka a augmenté le nombre des déplacés dans cette localité.

 

 

L’insécurité perdure dans la sous préfecture de Bakouma

 

http://rjdh.org/  PAR JEAN-MARI ANDIBIKOUNDA LE 5 SEPTEMBRE 2015

 

Selon les informations reçues par le RJDH dans la ville, les exactions deviennent récurrentes. « Sur l’axe Ndéguilo, Bakouma et Bangassou, les habitants ne peuvent plus circuler librement à cause de l’insécurité. Ces hommes en arme, qui ne sont pas encore identifiés, ont aussi ouvert le feu sur des passants le 1er  septembre » a témoigné une source locale.

 

Face à cette situation, la population de Bakouma vit dans l’insécurité. Les opérations du recensement  électoral sont  bloquées, car la population a peur de circuler.

 

Le sous préfet de la ville de Bakouma Antoine Matongo lance  un appel au gouvernement et aux forces onusiennes pour la sécurisation de cette localité.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com