Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 18:01
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL

 

 

Le commandant de la gendarmerie de Bria déplore l’insuffisance en homme et en matériel

 

http://rjdh.org/  PAR NARCISSE JAUBERT LE 4 SEPTEMBRE 2015

 

Le nombre réduit des gendarmes  à la  brigade territoriale  de Bria constitue un danger  pour la population, selon le commandant de la Brigade Char fabien Victorien. Selon la même source, ces hommes éprouvent des difficultés pour assurer la sécurité des habitants et mener des investigations.

 

Pour toute la ville et les zones environnantes, il n’y a que dix gendarmes. Deux assurent la sécurité à la maison d’arrêt. La Brigade territoriale de Bria est aussi dépourvue des moyens logistiques, selon le commandant.

 

 « La ville de Bria est une zone moderne et très sensible, il est important  que la  gendarmerie soit  composée de trente éléments pour son service afin de bien intervenir dans la ville et dans les villages environnant » a suggéré le commandant de brigade.

 

Ce même constat a été fait au niveau de la brigade minière et au commissariat de police de Bria. C’est un seul élément qui travaille au commissariat de police et un seul à la brigade minière, selon une source porche de la police.

 

Les agents de police judiciaire et les gendarmes qui sont affectés à Bria ont refusé de regagner leur poste. La gendarmerie et le commissariat se trouve dans l’insuffisance des éléments.

 

 

Ali Darass relevé de la région militaire n°7 depuis mars 2014

 0

http://rjdh.org/ PAR NAÏM-KAÉLIN ZAMANE LE 4 SEPTEMBRE 2015

 

Depuis le 20 mars 2014, Ali Darass a été relevé de ses fonctions de chef de la région militaire n°7. Le décret signé par Cathérine Samba-Panza présidente, André Nzapayéké premier ministre et Timangoua, ministre de la défense nationale abrogeait celui pris par Michel Djotodia. La copie de la décision a été présentée au RJDH par un Conseiller à la présidence, qui n’a pas souhaité être cité.

 

La décision ne mentionne pas les raisons de l’abrogation du décret de nomination de Ali Darass aux fonctions du chef de la région n°7 mais rapporte seulement ses différentes dispositions. Ali Darass ainsi que tous les autres chefs des régions militaires de la RCA, nommés par Michel Djotodia ont été relevés dans la même décision.

 

La découverte de ce document par le RJDH met ainsi terme aux débats suscités par la présence de Ali Darass à Bambari dans la Ouaka. En rappel, suite à la demande du Chargé d’Affaires américain, David Brown aux forces internationales présentes en Centrafrique d’ « arrêter et ou d’écarter Ali Darass », le Représentant par intérim du Secrétaire Général des Nations Unies et Chef de la Minusca, M. Parfait Onanga-Onyanga a indiqué que « la responsabilité confiée à Ali Darass par les autorités centrafricaines » est en vigueur.

 

Ali Darass est l’un des généraux de l’ex-séléka. Après la démission de son leader principal, Michel Djotodia en janvier 2014, il a créé l’Union pour la Paix en Centrafrique, UPC qu’il dirige depuis Bambari et ses environs.

 

 

Une nouvelle altercation entre Séléka et Anti-Balaka signalée à Bambari

 

http://rjdh.org/ PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 4 SEPTEMBRE 2015

 

Des détonations d’armes ont été entendues dans la journée de ce vendredi 4 septembre à Bambari.  De sources locales cet incident, qui a opposé les hommes de Ali Darras et les Anti-Balaka au quartier Kidigra, a fait des victimes.  Au moment où cet article est mis sous presse, une accalmie est constatée, la présence de ces ex Séléka est signalée dans ce secteur.

 

D’après les faits rapportés, le vol d’une moto appartenant à un  jeune musulman au quartier Kidigra aurait déclenché cette violence. « Les Anti-Balaka ont tenté de voler la moto à un jeune, qui  s’est échappé et  a alerté les éléments de Ali Darras, ces derniers ont fait des tirs dans le quartier », a relaté un instituteur joint par le RJDH.

 

« Les ex-Séléka voulaient récupérer  la moto par la  force  en faisant des tirs de sommation. Des personnes qui se trouvaient, devant le siège de la Caritas, ont reçu des balles » a-t-il expliqué.

 

Les activités ont été perturbées. Les habitants  craignent une nouvelle attaque des éléments de l’UPC qui sillonnent la ville.

 

Depuis le 28 août, les éléments de Ali Darras, un officier de la Séléka et les Anti-Balaka se sont affrontés dans la ville de Bambari. Des affrontements qui ont fait des morts et des déplacés. Cette tension est enregistrée 24 heures après une réunion de réconciliation tenue dans la ville de Bambari.

 

 

L'Autorité Nationale des Elections appuyée par la France

 

http://www.radiondekeluka.org/  vendredi 4 septembre 2015 12:36

 

La France vient d'accorder ce 3 septembre 2015 à l'Autorité Nationale des Elections (ANE) une aide budgétaire de 2.000.000 euros soit environs 1.200.000.000 francs CFA. La convention de décaissement a été paraphée par le ministre centrafricain des Finances et du Budget, Assane Abdallah Kadre, le Chargé d'Affaires de l'ambassade de France à Bangui, Romain Vuillaume, le président de l'Autorité Nationale Elections (ANE), Dieudonné Kombo-Yaya, les représentants de l'Agence Française de Développement (AFD), du PNUD et de la Mission onusienne en Centrafrique, Minusca.


Le ministre Assane Abdallah Kadre explique les démarches qui ont abouti au décaissement de cette tranche de financement.


« En début d'année lorsque nous avons adopté le budget, la France nous avait accordé 6.000.000 d'euros (3.900.000.000 F CFA). Lors de mon passager au Trésor Français à Paris, j'ai demandé qu'il puisse racler les fonds du tiroir pour m'aider parce que les 6.000.000 d'euros ne sont pas suffisants. Deux mois après, ils m'ont appelé pour me dire que finalement ils ont accepté d'augmenter de 2.000.000 d'euros (1.200.000.000 F CFA) ».

 
L'enveloppe va permettre à l'institution chargée de l'organisation des élections présidentielle et législatives en République Centrafricaine de résoudre les problèmes qui se posent au niveau de la réalisation des opérations électorales. 


« Avec ces 2.000.000 d'euros, nous sommes passés de 6.000.000 à 8.000.000 euros (5.200.000.000 F CFA). Dans le budget nous avons inscrit 1.250.000.000 F CFA pour appuyer le processus électoral. Donc les 2.000.000 euros sont affectés directement aux opérations électorales », a précisé le ministre des Finances.

La signature de la convention de décaissement permet en même temps d'être conforme aux procédures et de suivre les dépenses qui doivent être prises en compte par rapport aux 2.000.000 euros.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com