Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 17:43
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL

 

 

 

Les Nations-Unies opposées à une 3e transition en Centrafrique

 

http://www.radiondekeluka.org/   mercredi 9 septembre 2015 12:26

 

Le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies, Hervé Ladsous, n'est pas passé par quatre chemins pour dire non à un nouveau report du calendrier électoral en République Centrafricaine. Alors que le pays s’achemine vers un nouveau report des élections législatives et présidentielle, dont le premier tour est prévu au 18 octobre 2015, la communauté internationale oppose une fin de non recevoir. 


« Nous sommes clairement sur la dernière ligne droite. Ces élections doivent se tenir à bonne date, avant la fin de l’année et correctement », a martelé Hervé Ladsous à l'occasion de la conférence de presse qu'il a animée hier mardi à Bangui.


Selon l'onusien, « les autorités de transition, y compris au sommet, ont donné l’assurance que ces échéances seront tenues ». Les questions liées au projet de Constitution et à la participation des réfugiés au vote étant résolues, Hervé Ladsous a déclaré «qu’il n’y aura pas de troisième transition ». L'envoyé spécial de Ban Ki-moon a rappelé l’existence d’un calendrier confirmé par la Médiation, les pays de la région et les autorités du Conseil de sécurité qui prévoit la fin de la transition le 30 décembre 2015. 


La décision d'Hervé Ladsous vient mettre un terme à la proposition faite par certains acteurs politiques qui demandent le report de ces scrutins au motif que les conditions financières, matérielles et sécuritaires rendent impossible le respect de l’actuel calendrier électoral.

 
Du côté de l’Autorité Nationale des Elections (ANE), le président Dieudonné Kombo-Yaya, a annoncé un glissement de la date initiale des élections sans pour autant donner une date précise. Hervé Ladsous et sa suite ont eu une séance de travail ce 8 septembre avec les responsables de l’ANE, avant de visiter le Centre de Traitement des Données des Élections. 


Le secrétaire général adjoint de l’ONU aux opérations de maintien de la paix a annoncé l’octroi à l’ANE d’une enveloppe de 1 million de dollar (587.904.000 francs CFA) de la part du Fonds de la consolidation de la paix des Nations Unies, en appui au processus électoral.

 

 

Un homme arrêté après avoir interdit à ses adeptes de s’inscrire sur la liste électorale à Kabo

 

http://rjdh.org/  PAR JAPHET BEOROFEI LE 9 SEPTEMBRE 2015

 

Un jeune homme, d’une trentaine d’années, qui se dit prophète de Dieu a demandé aux membres de son église de ne pas aller se faire enregistrer. Informées, les autorités administratives l’ont arrêté et transféré à Bangui.  

 

 « Il s’agit d’un certain David Koudou, qui travaillait pour une structure humanitaire avant d’être licencié. Il a  fini par créer un groupe de prière qui est devenu une église.  Pendant que nous faisons le recensement électoral, il a ordonné à ses adeptes à ne pas se faire enregistrer », a expliqué  Jérôme Gouma,  sous-préfet de la ville de Kabo.

 

Selon l’autorité administrative, le prévenu a été convoqué à la sous préfecture de Kabo pour des explications. Puis la hiérarchie à Bangui a été informée et a décidé de son arrestation et son transfèrement.

 

Jérôme Gouma a aussi souligné que David koudou a semé beaucoup de troubles dans la ville de Kabo ainsi que dans certains foyers. « Les hommes et les femmes qui sont membres de ce groupe doivent se divorcer de leur conjoint ou conjointe et les enfants ne doivent plus obéir à leurs parents. Ses adeptes ont  abandonné leur famille, maison et autre pour suivre leur Dieu ». 

 

Cette arrestation intervient au moment où les opérations de recensement électoral ont pris fin dans la sous préfecture de Kabo

 

 

Le personnel soignant de l’hôpital Élisabeth Domitien exige le départ de la Directrice

 

http://rjdh.org/  PAR AUGUSTE BATI-KALAMET LE 9 SEPTEMBRE 2015

 

Le personnel de l’hôpital Maman Élisabeth Domitien de Bimbo exige le départ de la directrice et menace suspendre le service minimum. C’est la suite au mouvement de grève de ces agents de santé qui réclamaient le paiement de dix mois d’arriéré de salaire. La persistance de cette manifestation inquiète la population de cette localité.

 

C’était le  17 août dernier que les agents de santé de ce centre sont entrés en grève. Après une négociation avec la directrice de cette institution sanitaire, ils ont repris le travail dans l’espoir d’avoir gain de cause.

 

Ces manifestants ont témoigné ne pas avoir une suite favorable et ont décidé de manifester leur mécontentement. « Si les dix mois ne seront pas versés, nous allons procéder à la suspension du service minimum », menace  Evariste Missibé, délégué du personnel de l’hôpital Mama Élisabeth Domitien.

 

Parmi les revendications des manifestants l’on note  le départ de la directrice de l’hôpital. « Nous suggérons que la directrice parte parce qu’elle n’est pas en mesure de nous donner une suite favorable. Cette fois-ci, nous sommes déterminés, nous tenons sur notre décision. Dans un délai de trois jours, tout service minimum sera suspendu » a-t-il ajouté.

 

Un autre agent de santé a relevé quant à lui que quelques agents ont rencontré des difficultés au foyer suite à ces arriérés de salaire. « Les responsables des maisons mises en location, viennent réclamer les arriérés de loyer. A cela s’ajoutent les frais de scolarité qui ne sont payés et bientôt la rentrée scolaire », a énuméré une sage femme. « Le salaire est un droit », a-t-elle relevé.

 

Ce mouvement est déploré par les habitants de Bimbo. Interrogé par le RJDH, une habitante a relevé des répercussions négatives qui sont déjà enregistrées. « Ce centre de santé est le plus proche de la population de Bimbo et les environnants. Nous sommes les victimes de cette suspension de travail. Les centres ont été  enregistrés ».

 

Contactée par le RJDH, la directrice du centre hospitalier n’est pas disponible pour donner sa version des faits

 

 

La ville de Batangafo a reçu 157 déplacés au début du mois de septembre

 

http://rjdh.org/  PAR SANDRINE MBAGNA LE 9 SEPTEMBRE 2015

 

157 nouveaux déplacés ont été enregistrés au début du mois de septembre dans la ville de Batangafo. Ces personnes habitant les zones périphériques, sur l’axe Kabo et Bouca,  ont fui les exactions pour se réfugier sur le site des déplacés de la ville.

 

Selon les témoignages recueillis, ces déplacés internes ont fui les exactions des hommes armés. La population accuse les ex Séléka et aux éleveurs peulhs armés d’être à l’origine de ces exactions.

 

Les 157 ménages viennent s’ajouter aux autres déplacés qui vivent sur le site des déplacés de Batangafo. Selon nos informations, il y a aujourd’hui 588 personnes enregistrées sur ce site par une structure humanitaire.

 

Ce mouvement de population sur l’axe Bouca-Batangafo a paralysé le ravitaillement de la ville de Batangafo en manioc. L’impraticabilité de cet axe a eu aussi des répercutions sur le prix de vente du manioc.  La demi-cuvette qui se vendait à 2500 FCFA coûte maintenant 3500 FCFA.

 

Ces personnes déplacées bénéficieront d’une prise en charge dans les prochains jours

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com