Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 16:01
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL

 

 

MSF suspend une campagne de vaccination suite au braquage de son équipe à Paoua

 

http://rjdh.org/  PAR NAÏM-KAÉLIN ZAMANE LE 15 SEPTEMBRE 2015

 

Tout est parti du braquage à main armée d’un véhicule de MSF qui se rendait le 14 septembre dans l’un des sites de vaccination dans la Sous-Préfecture de Paoua. C’est suite à ce, « grave incident », selon MSF que la vaccination préventive multi-antigène de masse, débutée le 29 août 2015, « a dû être suspendue ».

 

Dans un communiqué de presse publié le 15 septembre 2015, le Chef de Mission MSF, Ernesto Herrera, tout en exprimant« notre profonde inquiétude et indignation face à ce type d’incident »,  a noté que «  des actes criminels comme celui-ci ont de lourdes conséquences sur l’accès aux soins essentiels de la population ».

 

Il a rappelé dans le document que « MSF a pour unique objectif de répondre aux besoins médicaux et humanitaires des populations à qui elle apporte son aide. MSF appelle tous les groupes armés de RCA à respecter la sécurité  des civils et du personnel sanitaire et humanitaire – tant centrafricain qu’international. Cette condition absolue permet la délivrance de notre aide, la conduite de nos activités et l’accès aux soins de la population centrafricaine ».

 

Sans indiquer le montant, le communiqué a relevé  la question d’une somme d’argent récupérée par les malfrats« Alors que l’équipe MSF circulait sur l’axe Paoua-Bozoum, des individus armés ont intercepté leur véhicule et dérobé le peu d’argent à bord ».

 

La campagne de vaccination interrompue devrait permettre aux « enfants âgés de moins de 5 ans (de se faire) vaccinés contre pas moins de 9 maladies infantiles et bénéficient, en plus, de mesures de santé préventives comme le déparasitage ou encore la distribution de moustiquaires ».

 

La Sous-Préfecture de Paoua fait partie des régions de la République Centrafricaine qui n’ont pas connu de problèmes sécuritaires durant les dernières crises. Pour preuve, musulmans et chrétiens y vivent encore et toujours en symbiose

 

Clôture des opérations électorales à Bria centre

 

http://rjdh.org/ PAR NARCISSE JAUBERT LE 16 SEPTEMBRE 2015

 

Les inscriptions sur la liste électorale dans la ville de Bria centre ont pris fin  ce mercredi 16 septembre. Cependant, dans les autres régions de la préfecture de la Haute Kotto, l’enregistrement traine encore.

 

Débuté depuis  le 19 août dernier à Bria, les agents enregistreurs ont totalisé 22 jours pour faire les enregistrements. « Pour des raisons techniques, les inscriptions vont prendre fin d’ici le 25 septembre dans les zones périphériques », a confié un membre de l’autorité sous préfectorale pour les élections à Bria.

 

Selon la même source, le problème de paiement des frais des agents enregistreurs est la cause principale du retard accusé lors de ces enregistrements.

 

Les opérations de recensement dans la région se déroulent sous la protection de  la Minusca.

 

La destruction des tuyaux entraine la pénurie d’eau potable à Bouar

 

http://rjdh.org/  PAR SANDRINE MBAGNA LE 16 SEPTEMBRE 2015

 

La dégradation des canaux d’eau de la Société de distribution d’eau en Centrafrique (SODECA), entraine la pénurie d’eau potable dans la ville de Bouar. Un agent de cette société a annoncé la réhabilitation de ces tuyaux dans les mois prochains.

 

D’après le constat fait par le RJDH, les secteurs les plus touchés sont  les quartiers Herman, Camp de Roux et Haoussa.  Les ménagères s’alignent par centaine devant un point d’eau pour se ravitailler. Certaines, pour éviter des disputes,  sont obligées d’aller loin pour puiser l’eau de source située à plus de 2 ou 3 Kilomètres.

 

Roger Gabaye  au service commercial de la Sodeca a annoncé qu’ « une nouvelle pompe commandée en Europe et financée par l’Unicef sera bientôt à la disposition de la Sodeca pour qu’elle puisse relancer la distribution de l’eau pour toute la ville ».

 

« L’équipe des travaux de plomberie est déjà en route pour la ville de Bouar. Avec les efforts déployés par le chef de projet intérimaire de la Sodeca, ce service sera opérationnel d’ici début octobre prochain pour y remédier», a-t-il prévu.

 

Ces tuyaux ont été détruits lors des travaux de réhabilitation de route. Une activité menée à l’époque par la  société Satom.

 

Des Casques bleus accusés d'actes de pornographie

 

http://www.radiondekeluka.org/  mercredi 16 septembre 2015 13:17

 

Des soldats du contingent camerounais de la Minusca détachés dans la sous-préfecture de Batangafo, préfecture de l'Ouham, dans le nord de la Centrafrique, sont soupçonnés d'être coupables d'actes de pornographie. Les images de leurs forfaits sillonnent la ville à travers des téléphones portables. Les autorités sous-préfectorales annoncent ouvrir une enquête pour vérifier l'exactitude des images. 

L’affaire fait un véritable boom à Batangafo. Sur les téléphones portables, les ébats sexuels de ces casques bleus camerounais avec des filles de Batangafo, dont certaines sont des femmes au foyer, sont visibles, à en croire nombreuses sources sur place. 


L’affaire a explosé en public dès que le 1er contingent accusé d’être à l’origine de ces forfaitures a été relevé. Les motivations réelles de ces actes ne sont pas connues, mais les conséquences commencent à se faire ressentir. A titre d'illustration, une scène de divorce dans un foyer est signalée dans la ville. Certains hommes, dont les femmes sont suspectées d’être les « actrices principales » de ces scènes de pornographie, sont devenus la « risée » des habitants. Jusque-là, aucune des « actrices » n'a encore avoué les faits.


Jointe par Radio Ndeke Luka, une autorité locale annonce l'ouverture d'une enquête qu'elle diligente elle-même et qui qui suit son cours. Il est question d’écouter les « actrices » suspectées pour vérifier si c’est réellement elles qui apparaissent dans les séquences fragmentées de ce film pornographique en circulation dans la ville.

Pour l'heure, l'affaire fait des remous et les relations entre la population locale et les nouveaux soldats onusiens de nationalité camerounaise, qui ont remplacé le contingent ''spécialisé'' dans la pornographie, risquent de devenir invivables.

A Bangui, il n'y a encore pas de réaction, ni de la Minusca, ni des autorités gouvernementales de transition, à ce nouveau soupçon d’abus sexuel. 


Cette nouvelle accusation vient s'ajouter aux 17 cas d’allégations d’exploitation et d'abus sexuels commis par le personnel de l'ONU en Centrafrique.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com