Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 18:47
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Mgr Dieudonné Nzapalainga dénonce et propose le report des élections en Centrafrique

 

http://rjdh.org/  PAR NAÏM-KAÉLIN ZAMANE LE 7 SEPTEMBRE 2015

 

Mgr Dieudonné Nzapalainga a réagi à l’actualité centrafricaine. Il a appelé les autorités de la transition et la communauté internationale à prendre leurs responsabilités dans les violences de Bambari et a proposé le report des élections, compte tenu des difficultés rencontrées. Des réactions livrées au RJDH le week end dernier.

 

A la question de savoir si la plateforme regrette le regain de tensions à Bangui et en province, Mgr Dieudonné Nzapalainga a réagi en dénonçant. « Il faut que les autorités de ce pays prennent leurs responsabilités pour atténuer la souffrance des populations. La communauté internationale aussi qui est venue a également une responsabilité à prendre pour que la violence ne puisse pas être exponentielle mais réduite le plutôt possible. Or, on a l’impression parfois où on est passif ou on est incapable », explique-t-il.

 

Sur le processus électoral confronté au refus des hommes politiques et du gouvernement d’y prendre part, le prélat a souligné que si « l’ANE, chargée d’organiser des élections, nous dit qu’il n’est pas possible d’aller aux élections, il ne sert à rien de courir pour avoir plus tard des frustrations, des injustices où nous allons nous enfoncer davantage.».

 

Il propose une concertation beaucoup plus large pour définir un nouveau calendrier. « Il faut se mettre ensemble et définir un nouveau calendrier Je demande à ce que nous soyons réaliste, en regardant les choses, en les analysant pour nous dire que si nous n’avons pas tous les moyens, il va falloir que nous puissions honnêtement, raisonnablement et humainement reporter afin d'avoir des élections de sortie de crise », développe-t-il.

 

Le regain de tensions dans le centre de la RCA et le processus électoral sont deux sujets brulants de ces derniers jours.

 

 

L’insécurité perturbe le déroulement des opérations de recensement à Bakouma

 

http://rjdh.org/ PAR JEAN-MARI ANDIBIKOUNDA LE 7 SEPTEMBRE 2015

 

Les opérations du recensement électoral ne sont pas encore effectives à Bakouma, selon  Jean Noel Kinazounda, président de l’autorité sous préfectorale des élections. Une situation qu’il  déplore et évoque l’insécurité comme l’une des raisons de ce retard.

 

C’est depuis le  21 août dernier que la  formation des agents recenseurs a pris fin dans cette région. « Ce retard d’enregistrement est lié  à l’insécurité qui perdure sur l’axe Bangassou Bakouma. La plupart des matériels sont restés à Bangui », a relevé Jean Noël Kinazounda.

 

Sur 65 centres d’enregistrement que compte la sous préfecture de Bakouma, deux seulement sont opérationnels. La plupart des centres est  implantée au centre Nzacko et Bakouma centre.

 

« Une partie des formulaires d’inscription, déployée par l’équipe de formation, a servi l’enregistrement de quelques électeurs dans les villages  Zabin et Kitigra et ont le 1er Septembre.

 

Des cas d’agressions perpétrés par des hommes armés ont été signalés dans cette région. le dernier cas remonte au mardi 1er septembre où des hommes en arme, qui ne sont pas identifiés, ont aussi ouvert le feu sur des passants aux  villages périphérique de Bakouma

 

 

Des partis et associations politiques discutent de l’après 30 décembre

 

http://rjdh.org/  PAR NAÏM-KAÉLIN ZAMANE LE 7 SEPTEMBRE 2015

 

En République Centrafrique, la transition est censée prendre fin le 30 décembre 2015 avec l’organisation entre temps des élections législatives et présentielle. Des scrutins intenables selon les partis, associations politiques et personnalités politiques indépendantes qui ont initié depuis le samedi 05 septembre un schéma de sortie de crise. Un plan qui prévoit la refonte des institutions de la transition d’ici le 30 décembre prochain.

 

Le plan a fait l’objet d’une rencontre avec la presse ce 07 septembre 2015. Pour Elie Doté, ancien Premier Ministre et président du parti Kélémba, « il ne fait aucun doute, la transition est un échec. Les objectifs à lui assignés n’ont pas été réalisés. Le constat est fait par tout le monde et que les élections ne pourront avoir lieu aux dates indiquées. Raisons pour lesquelles, nous avons réfléchi et sorti ce schéma de sortie de crise ».

 

Crépin Mboli-Goumba, ancien Ministre d’État et président du Parti Africain pour la Transformation Radicale et l’Intégration des États lui a emboité le pas. D’après l’avocat, « j’ai été ministre d’un gouvernement d’union nationale. Nous avons été poussés à la démission parce que l’on nous reprochait d’avoir échoué. C’est le même cas de figure aujourd’hui : les mêmes causes produisent les mêmes effets ».

 

Il y a polémique sur le maintien ou non des acteurs actuels de la transition après le 30 décembre. Enoch Dérant Lakoué du Parti Social Démocrate (PSD), estime que les acteurs actuels pourront être éligibles pour la suite de la transition. « La dernière prorogation de la transition a fait mention d’ultime prolongation parce qu’aucune disposition de la Charte Constitutionnelle ne gère la suite de la transition. La transition sera donc achevée. Les personnes qui l’ont géré peuvent demander de nouveau le suffrage du parlement à venir pour pouvoir revenir aux affaires », souhaite-t-il contrairement à Bengué Bossin qui émet une restriction pour la cheffe de l’État de transition. « Les partis politiques peuvent être candidats ainsi que la société civile mais sauf Catherine Samba-Panza », dit-il.

 

L’Alliance des Forces Démocratiques pour la Transition, (AFDT) comprenant les poids lourds de la politique centrafricaine n’est pas signataire du document du schéma de sortie de crise.

 

 

Victoire des Fauves: de la liesse au drame

 

http://rjdh.org/  PAR ANNETTE MAÉLAINE MALEBINGUI LE 7 SEPTEMBRE 2015

 

Plusieurs cas d’accident de circulation, ont été enregistrés le dimanche 6 septembre après la victoire des Fauves de Bas Oubangui sur l’équipe de la République Démocratique du Congo. Un match qui s’est soldé par deux à zéro en faveur des Fauves.

 

D’après le constat fait par le RJDH dans  les grands hôpitaux de la place ce matin, plusieurs blessés ont été enregistrés. Il s’agit pour la plupart des accidents de taxi-moto. De l’hôpital Amitié en passant par l’hôpital communautaire, puis le centre Médecins Sans Frontière (MSF) de l’hôpital général, plusieurs  cas d’accident ont été relevés, avant, pendant, et après le match d’hier.

 

 « La journée d’hier était très pénible. Nous avons enregistré plusieurs cas de blessés graves et légers. Nombreux sont ceux qui étaient sur les engins à deux roues », a témoigné  un personnel soignant de l’hôpital Amitié.

 

Même son de cloche au niveau de  l’hôpital communautaire de Bangui et le centre MSF. «  Effectivement nous avons reçu hier des cas d’accidents de route, par rapport à ce match de football. Nous avons envoyé les données au niveau du directeur général, qui malheureusement n’est pas sur place », a noté le surveillant général de l’hôpital communautaire de Bangui.

 

Placide Ulrich Bondadé, rencontré dans la rue déplore la manière dont les banguissois ont exprimé leur joie hier.

 

« Oui c’est vrai, nous devons manifester pour la victoire des fauves. Mais à mon avis, ce n’est pas de cette manière.  Car aujourd’hui, plusieurs personnes se retrouvent à l’hôpital. En plus, les  femmes qui incarnent des êtres sacrés, ont exposé leur nudité dans les rues de la capitale. Ce n’est pas normal», a-t-il déploré.

 

Une autre source souhaite que «  les forces de l’ordre prennent très prochainement des dispositions afin d’éviter ce genre de choses. Nous devons être dignes et manifester en personne responsable».

 

Malgré ces incidents, ce match a été un moment de rencontre entre les chrétiens et les musulmans. Ces derniers étaient massivement présents au stade pour le match.

 

Le match  qui a opposé les fauves de la République Centrafricaine (RCA) et les Léopards de République Démocratique  du Congo (RDC), était le match Allé du tournoi qualificatif de la CAN 2017 au Gabon

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com