Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 15:32

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 Ce Samedi 26 Septembre 2015, le lâche assassinat d’un jeune conducteur de moto taxi a déclenché des représailles suivies d’une montée de violence aveugle ayant entrainé  mort  d’hommes, blessures graves sur plusieurs dizaines de personnes et destruction de biens dans plusieurs quartiers de Bangui. Ceci devant l’immobilisme légendaire des autorités de la Transition et la nonchalance débonnaire des forces multinationales de la Minusca.

 

Je condamne avec la plus grande fermeté ces actes de violence tout en présentant aux victimes et leurs familles mes condoléances attristées et ma compassion la plus sincère.

 

Ces violences puisent leurs origines dans la politique de l’impunité et de la prime aux crimes pratiquée depuis Janvier 2014 par Madame Samba Panza et son gouvernement. Cette même politique a engendré un climat de défiance et de manque de confiance entre Centrafricains aussi bien qu’envers les institutions de l’Etat censées protéger le citoyen et assurer une justice pour tous.

 

Je demande à Madame Samba Panza d’écourter au plus vite sa visite aux Nations Unies à New York et de rentrer au pays afin de prendre rapidement en main cette situation si grave comme l’exige son rôle de Chef de l’Etat et de Mère de la Nation.

 

Au gouvernement de Transition, je demande l’ouverture rapide d’une large enquête devant conduire, pour une fois, à la condamnation de toutes les personnes impliquées de près ou de loin dans ces actes de barbarie qui remettent en cause la fragile reprise d’un climat de paix et de fraternité entre les fils et filles de Centrafrique.

 

A la Minusca, je rappelle ce que tous les Centrafricains se demandent : Etes-vous en RCA pour assurer la paix et la sécurité, ou pour croiser les bras devant les actes de violence qui se déroulent devant vos yeux ? Dans ce dernier cas, il apparait plus qu’urgent de (re)donner du service à nos soldats et tous ces vaillants fils du pays qui demandent depuis longtemps leur enrôlement au sein d’une armée républicaine, garant de la paix et de l’unité nationale.

 

Vive le Centrafrique uni et indivisible.

 

Gaston Mandata N’Guerekata

Le candidat Gaston Nguérékata condamne le regain de violence à Bangui

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com