Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 15:36

 

 

 

http://rjdh.org/  PAR JUDICAEL YONGO LE 15 SEPTEMBRE 2015

 

La rupture des matières premières pour la fabrication de la bière locale commence à provoquer la réaction des consommateurs. Ils se plaignent de l’augmentation du prix et déplorent la rareté de ces boissons.

 

Les raisons de cette pénurie, selon le communiqué publié par la MOCAF,  sont liées au blocage des matières premières sur le corridor Cameroun-Bangui. Le document a par ailleurs précisé que la brasserie MOCAF a suffisamment de stock et que le prix d’une bouteille restera la même.

 

D’après  le constat fait par le RJDH qui a sillonné ce matin certains endroits de vente, le prix  a augmenté. La petite bouteille de Castel est passée à 500 FCFA au lieu de 400 FCFA. Cette augmentation est similaire pour les bouteilles de MOCAF. Les grandes bouteilles sont passées de 650 FCFA à 700 FCFA. La bouteille de booster est quant à elle rare dans certains lieux de vente.

 

« Les dépôts de vente sont obligés limitent le nombre de casiers à cinq par client. Et c’est ce qui réduit le nombre des consommateurs dans les buvettes », a relevé Maxime Nouya-Mandata, gérant de la buvette au quartier Seydou  dans le deuxième arrondissement de Bangui.

 

Justin Vivien Kaïmba, habitant le premier arrondissement,  qui trouve son loisir dans la bière déplore cette situation, « C’est un  secteur qui rapporte de l’argent  à la caisse de l’Etat centrafricain et si depuis quelques jours, les bières sont rares dans les buvettes, c’est un manque à gagner. »

 

Rose Ninga, une femme consommatrice se plaint quant à elle de l’augmentation du prix, « Dans le communiqué, MOCAF a bien noté que les prix des bouteilles ne doivent pas être en hausse, mais nous déplorons cette légère augmentation, car ça joue sur nos budgets ».

 

Le RJDH a tenté sans succès d’entrer en contact avec la brasserie MOCAF pour savoir à quand le ravitaillement des matières premières se fera.

La bière locale commence à se faire rare, les consommateurs s’inquiètent

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com