Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 23:56

 

 

 

http://www.radiondekeluka.org/  jeudi 10 septembre 2015 12:55

 

Trois personnes sont mortes et une vingtaine blessées dans une double attaque à la grenade qui a eu lieu dans la soirée du 09 septembre 2015 dans le 6e arrondissement de Bangui. Une attaque menée par deux hommes circulant à moto dans le secteur. 


« Hier aux environs de 18 heures, on a entendu les détonations d'une grenade, il y a eu des morts et des blessés qui ont été conduits à l'hôpital. Au niveau de la station, une autre grenade a encore été lancée, celle-ci n'a pas fait de victime. Peu de temps encore, une détonation de grenade a été entendue devant l'école Pétévo, en tout ils ont lancé 4 grenades », a déclaré un commerçant du marché Pétévo, témoin de l’événement. 


Selon les informations recueillies par Radio Ndeke Luka, les grenades ont explosé à deux endroits différents de cet arrondissement notamment au rond-point Pétévo pour la première et non loin d'une buvette située au quartier Fatima dénommée « Air  Force One » pour la seconde, plongeant les habitants dudit arrondissement dans la psychose même si les activités ont timidement repris dans le secteur. 


Checks-points

« Le dispositif sécuritaire sera renforcé dans toute la capitale par le rétablissement des checks-points », a déclaré le porte parole du gouvernement, Dominique Saïd Paguindji qui appelle par ailleurs les centrafricains à « dénoncer tout acte qui porterait préjudice à l'ordre public ».


Le porte parole du gouvernement met en garde contre la récupération politique de cet événement : « le contexte socio-politique du pays est tel que cet événement dramatique ne doit pas donner lieu à une instrumentalisation ou une récupération politique qui risquerait de faire dévier la nation toute entière du chemin de la réconciliation nationale » et d'ajouter que « tout sera mis en œuvre pour mettre la main sur les auteurs présumés de cet acte de barbarie digne d'un autre siècle ».


Dans un communiqué de presse rendu public dans la soirée du 09 septembre immédiatement après cette double attaque, la Minusca condamne l'acte. 


« La Minusca condamne fermement ces actes odieux et lâches qui ont causé la mort de deux personnes et fait de nombreux blessés. La Minusca exprime ses condoléances aux familles affectées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. La Minusca déplore que ces attaques surviennent à un moment où se note une amélioration de la situation sécuritaire à Bangui ainsi qu'une reprise des activités économiques », peut-on lire dans le communiqué de l'institution onusienne en Centrafrique.


Elle (Minusca) appelle la population des quartiers victimes de ces attaques « à ne point céder à la panique et d'éviter toute action susceptible d'exacerber les tensions ». Réaffirmant sa « détermination à combattre sans relâche tous ceux qui continuent délibérément d'entraver le processus de la paix en Centrafrique », la Minusca précise que « des enquêtes sont déjà ouvertes pour identifier les auteurs de ces crimes afin qu'ils répondent de leur forfait devant la justice centrafricaine ».

 

 

Centrafrique: embuscade contre des Casques bleus dans Bangui

 

10/09/15 (AFP)

 

Des policiers de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) sont sortis indemnes d'une embuscade jeudi à Bangui, qui a toutefois occasionné d'importants dégâts matériels, a annoncé la Minusca dans un communiqué reçu à Libreville.

 

"Cette attaque, qui est survenue alors que l’Unité de Police rwandaise de la Minusca effectuait une patrouille dans le quartier Gobongo, dans le 4e arrondissement de Bangui, a occasionné des dégâts matériels importants", ajoute le texte sans préciser la nature des dégâts.

 

Quelques heures auparavant, des tirs d’armes avaient été entendus dans le 1er arrondissement, à proximité de l’Etat-major conjoint du secteur de Bangui, et dans le 8e arrondissement où stationnent des policiers de la République démocratique du Congo, indique la mission onusienne.

 

Par ailleurs, toujours à Bangui, "plusieurs véhicules de la Communauté internationale, y compris de la Minusca, ont fait l’objet d’actes d’agressions violentes qui les ont sérieusement endommagés et mis en danger la vie des fonctionnaires se trouvant à leur bord", selon la même source.

 

La Minusca dit avoir "lancé des enquêtes pour identifier les auteurs de ces actes criminels afin qu’ils soient arrêtés et répondent de leurs forfaits devant la justice".

 

Deux civils ont été tués mercredi soir dans la capitale centrafricaine par des grenades lancées par des inconnus armés dans les quartiers Petevo et Fatima de la capitale centrafricaine, avait annoncé plus tôt la Minusca.

 

Condamnant des "actes odieux et lâches", la Minusca "déplore que ces attaques surviennent à un moment où se note une amélioration de la situation sécuritaire à Bangui ainsi qu'une reprise des activités économiques".

 

Le renversement en mars 2013 du président François Bozizé par la Séléka a plongé l'ex-colonie française, déjà très instable et l'un des pays les plus miséreux au monde, dans sa plus grave crise depuis son indépendance en 1960, déclenchant des tueries de masse entre communautés musulmanes et chrétiennes en 2013 et 2014, dont elle peine toujours à se relever.

 

Malgré une intervention internationale (opération française Sangaris et Minusca), des groupes armés sévissent toujours dans certaines parties du territoire et de très nombreuses armes de guerre - dont des grenades - circulent dans le pays. Le pape François doit s'y rendre fin novembre dans le cadre de sa première tournée africaine.

 

 

Centrafrique: deux tués à Bangui dans des attaques à la grenade

 

10/09/15 (AFP)

 

Deux civils ont été tués mercredi soir à Bangui par des grenades lancées par des inconnus armés dans deux quartiers de la la capitale centrafricaine, a annoncé jeudi la force de l'ONU en Centrafrique (Minusca).

 

"Des individus armés non-identifiés" ont lancé au moins deux grenades dans les quartiers Petevo et Fatima "qui ont causé la mort de deux personnes et fait de nombreux blessés", indique un communiqué de la Minusca.

 

Condamnant des "actes odieux et lâches", la Minusca "déplore que ces attaques surviennent à un moment où se note une amélioration de la situation sécuritaire à Bangui ainsi qu'une reprise des activités économiques".

 

"Des enquêtes sont en cours pour identifier les auteurs de ces crimes afin qu'ils répondent de leur forfait devant la justice centrafricaine", ajoute le texte.

 

Le renversement en mars 2013 du président François Bozizé par la Séléka a plongé l'ex-colonie française, déjà très instable et l'un des pays les plus miséreux au monde, dans sa plus grave crise depuis son indépendance en 1960, déclenchant des tueries de masse entre communautés musulmanes et chrétiennes en 2013 et 2014, dont elle peine toujours à se relever.

 

Le niveau des violences a depuis considérablement baissé. Mais des groupes armés sévissent toujours dans certaines parties du territoire et de très nombreuses armes de guerre - dont des grenades - circulent dans le pays et sont régulièrement utilisées pour des actes de banditisme.

 

 

Attaques à la grenade à Bangui, deux morts et des blessés

 

10/09/15 (Reuters)

 

BANGUI, (Reuters) - Un groupe d'hommes armés a mené des attaques à la grenade mercredi soir dans la capitale centrafricaine, Bangui, tuant au moins deux personnes et de nombreux blessés, ont rapporté les Nations unies et des habitants.

 

Les agresseurs, qui circulaient à bord de motos, ont lancé des grenades en direction de la foule à trois endroits différents du sixième arrondissement, dans le sud de la ville, ont précisé des habitants. "La Minusca condamne vivement ces actes odieux et lâches qui ont fait deux morts et de nombreux blessés", a déclaré mercredi soir la mission de l'Onu en République centrafricaine.

 

Un employé de l'ONG Médecins sans frontières (MSF) a parlé d'au moins 20 blessés dans ces attaques. Et selon un proche d'une victime, l'un des blessés a succombé après les attaques, ce qui porterait le bilan à trois morts.

 

(Crispin Dembassa-Kette; Eric Faye pour le service français)

 

 

Centrafrique: Dix blessés dans l'explosion de trois grenades dans le 6ème arrondissement de Bangui

 

10/09/15 (APA)

 

APA-Bangui (Centrafrique) - L’explosion de trois grenades dans trois endroits différents du 6ème arrondissement de Bangui, fief des milices chrétiennes anti Balakas, a fait une dizaine de blessés, dont quatre graves, dans la nuit du mercredi au jeudi.

 

Les grenades ont été lancées par des individus non encore identifiés qui circulaient à bord d'une moto, indique-t-on.

 

Les explosions ont eu lieu entre 19h00 et 20h00 (20h00 et 21h00 GMT) dans des endroits où se regroupent généralement les taxis-motos pour se reposer et se restaurer.

 

Les armes de tout calibre circulent librement dans le 6ème arrondissement de Bangui, majoritairement habité par les milices chrétiennes anti balakas.

 

 

NDLR : Tout cela aurait pu être évité si la Minusca prenait un peu ses responsabilités en faisant quelque peu recours à la force pour désarmer, ne serait ce que déjà dans certains quartiers de Bangui bien connus comme étant des repaires de détenteurs d'armes et des forces négatives qui narguent ouvertement les forces internationales et ceux qui veulent la paix. Comment peut on croire aux forces internationales si leur seule réaction vis à vis des auteurs de violences consiste seulement à publier des communiqués de presse pour condamner tel ou tel acte de violence commis par les bandes armées. Les discours de la Minusca deviennent de moins en moins audible de ce point de vue. C'est franchement pitoyable que du fait de son refus de procéder au désarmement de force, la Minusca en soit à présent réduite à comptabiliser  ses véhicules abîmés et ses casques bleus tués par des bandits de grands chemins et les ennemis de la paix. 

Double attaque à la grenade dans le 6e arrondissement de Bangui

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com