Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 22:09

 

 

 

http://rjdh.org/  PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 24 AOÛT 2015

 

Un nouvel affrontement a opposé les éléments des ex-Séléka aux Anti-Balaka hier 23 Aout 2015 dans la ville de Bambari. Le bilan n’est pas encore connu. D’après une source locale, la ville est sous contrôle de Ali Darass de la Séléka. Une situation qui a amené les habitants à rejoindre les camps des déplacés. Une mission gouvernementale s’est rendue ce matin à Bambari pour décanter la situation.

 

La mission gouvernementale est composée du ministre de la sécurité publique Said Panguendji, du ministre résident de la Ouaka et de celle de la réconciliation nationale Florence Lydie Ndouba. L’objectif de cette mission, selon des sources proches de la primature, est d’écouter les parties en conflit et de trouver des terrains d’entente.

 

Une rencontre entre les membres de cette délégation, les leaders religieux et les groupes armés.  L’abbé Félicien Indimoyo, chancelier de l’évêque de Bambari ayant pris part à cette réunion, a fait savoir au RJDH que toutes les sensibilités étaient représentées sauf les anti-Balaka car ces derniers ne sont pas visibles dans la ville après l’affrontement d’hier.

 

Un élément de la Séléka a fait savoir que la tension a été provoquée par certains évadés de la prison de Bangui  qui ont rejoint la ville de Bambari. « Auparavant, il y avait une entente entre les éléments de la Séléka et les Anti-Balaka, mais il y a 14 éléments des Anti-Balaka qui ont rejoint la ville de Bambari, ils ont contourné la base des Minusca pour nous attaquer et nous avons réagi pour riposter », a-t-il expliqué lors de cette réunion.

 

Comme voie de ramener la paix dans la ville de Bambari, la population présente à cette réunion a décidé de mettre en place un comité de sensibilisation auprès des habitants pour dénoncer les auteurs des crimes. Ce comité doit regrouper les deux partis en conflit c’est-à-dire les Séléka et les Anti-Balaka,  a-t-on appris des sources locales.

 

Les quartiers Bornou, Haoussa et Kidikra sont sous contrôle des éléments des ex-Séléka depuis hier, « 90% de la population ont regagné les sites des déplacés fuyant les exactions car la ville est sous contrôle de Ali Darass », a déclaré un habitant sous l’anonymat joint par le RJDH.

 

« Les ex-Séléka font la patrouille et Ali Daras est toujours présent dans la ville», a-t-elle souligné.

 

Les barrières érigées ne sont pas encore enlevées, et la mission ministérielle a déjà quitté la ville de Bambari pour Bangui. Les activités restent toujours paralysées après l’affrontement d’hier.

 

 

Calme précaire à Bambari après 5 jours de tension

 

http://www.radiondekeluka.org/   lundi 24 août 2015 13:30

 

Cinq jours après les affrontements inter-communautaires qui ont fait plus d'une douzaine de victimes, plusieurs blessés dont deux humanitaires du CICR (Comité International de la Croix Rouge), un calme précaire règne à Bambari, ville encore paralysée et vidée d'une bonne partie de sa population. 


Selon les informations reçues ce matin, plusieurs centaines de personnes ont regagné les 4 anciens sites des déplacées de ladite ville afin de se mettre à l'abri d'autres représailles. Toutefois, en cette matinée du 24 août 2015, la tension a baissé et ce, sans un consensus entre les belligérants. Les barricades érigées par une partie de la population au quartier Kidikra sont, selon certaines sources, « totalement démantelées par les soldats de la Minusca appuyés par les éléments de l'UPC », précisant par la même occasion que « les éléments de l'UPC, ex seleka sont très visibles dans ce quartier  sinon une partie de la ville ». 

Ce que dénonce les responsables Antibalakas de Bambari qui y voient une sorte de « parti pris » des soldats de la Minusca.Marcellin Orobo, porte parole des anti balaka de ladite ville explique : « nous avons donné consigne de ne pas toucher à la Minusca. On s'est retiré leur laissant la possibilité de faire cette opération mais ce qui est étonnant, c'est que l'équipe de la Minusca est mélangée avec celles de Ndarassa, une force non conventionnelle, ce qui nous inquiète ».

Du côté de l'UPC, le colonel Daouda renchérit que l'UPC « est une force conventionnelle envoyée à Bambari en tant que commandement de la 5ème région militaire de la République Centrafricaine par un décret présidentiel ».

Même si la réaction du gouvernement centrafricain est toujours attendue depuis le déclenchement de cette crise, les responsables de la Minusca, accusés de « partie pris », déclarent avoir envoyé une mission à Bambari et qu'ils réagiront à leur retour. 

Du côté du CNT – le parlement provisoire, le président de cette institution, Ferdinand Alexandre Nguendet – lui-même originaire de Bambari, est sorti de sa réserve : « Devant la gravité des faits, le Conseil national de transition dénonce cette violence aux relents communautaires et appelle les populations de Bambari au calme ». 


«  ...rien, absolument rien ne peut justifier de tels actes de violences dans un contexte où le peuple centrafricain tout entier aspire à la paix et à la réconciliation entre les communautés », a par ailleurs ajouté Alexandre Ferdinand Nguendet.


C'est depuis le 20 août 2015 que la Capitale de la Ouaka est secouée par des scènes de violences après l'assassinat sur l’axe Bambari-Simbolo d'un jeune musulman par des individus armés assimilés aux anti-balaka. Une situation qui a mis le feu aux poudres faisant une douzaine de personnes, tuées ainsi que plusieurs autres blessés.

Une mission gouvernementale à Bambari après un nouvel affrontement entre Séléka et Anti-Balaka

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com