Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 02:29

 

 


A l’heure où les trois chefs religieux centrafricains (Monseigneur Dieudonné NZAPALAINGA, l’imam Oumar KOBINE LAYAMA et le Pasteur Nicolas GUEREKOYAMNE-GBANGOU) reçoivent le prix Sergio VIEIRA DE MELLO à Genève pour leur plate-forme interreligieuse pour la paix (Interfaith Peace Platform) créé en 2013, en plein conflit centrafricain, des hommes, sans foi ni loi, s’opposent toujours à la paix dans notre pays !

A l’heure où le FPRC, réuni à Kaga Bandoro, décide d’abandonner la lutte armée et de s’engager dans l’action politique, des électrons libres du FPRC, sans conscience et sans scrupule, continuent de semer la terreur dans notre pays ! 

A l’heure où j’écris ces mots, Haroun GAYE fait encore partie de ces hommes qui ne sont ni des défenseurs de la paix, ni des hommes promis à un destin politique mais qui continuent à lutter sauvagement contre la réconciliation de notre peuple ! 


Haroun GAYE, un danger constant pour les musulmans de Centrafrique
Tout le monde connaît Haroun GAYE. Dans les médias, les superlatifs ne manquent pas pour le décrire, certains le qualifient de tortionnaire, de truand, de meurtrier, de mécréant, de sanguinaire, de criminel quand d’autres lui attribuent des qualificatifs tout aussi élogieux : falsificateur, menteur, manipulateur, analphabète et demeuré. Mais une chose est sûre, personne ne se trompe sur la personnalité de cet homme qui représente un véritable danger pour la communauté musulmane et qui apparaît maintenant comme le mouton noir du FPRC ! 

Souvenez-vous, après le départ de la Séléka, Haroun GAYE s’est réfugié dans le 3ème arrondissement de Bangui pour, selon lui, organiser la résistance et la défense des musulmans mais également pour les « venger » ! 

Privé des subsides de Nourredine ADAM, son prestigieux modèle dans le domaine des exactions et des délits en tous genres, il a d’abord commencé a faire régner la terreur en volant les vivres destinées à la population musulmane, en faisant du racket auprès des petits commerçants, en dévalisant les stocks de nourriture et en percevant l’impôt au nom de l’Etat. 

En dictateur de pacotille, beaucoup plus intéressé par son pouvoir personnel que par le soutien à la communauté musulmane, il a ordonné de battre les femmes qui portaient des pantalons et il a pourchassé avec une violence sanguinaire les musulmans modérés du 3ème arrondissement. Après avoir séquestré le maire BALLA DODO, parce qu’il distribuait des tee-shirts en faveur de la paix, il s’est opposé à notre Imam Omar KOBINE LAYAMA, suspecté de ne pas défendre les intérêts des musulmans centrafricains.

Par des procédés aussi douteux qu’inefficaces, Haroun GAYE a voulu faire pression sur la CICA (Communauté Islamique Centrafricaine) pour que l’Imam Omar KOBINE LAYAMA soit définitivement écarté de notre communauté. Il ne supportait pas qu’un digne représentant de l’Islam puisse tenir des propos de paix. 


Je vous demande de vous rappeler ces mots prononcés par notre Imam, un vrai défenseur de la paix et un homme qui jouera un rôle essentiel dans l’avenir de notre pays : « si nous voulons la paix, il faut être impartial et condamner toutes les exactions », « Nous n'avons rien à voir avec eux (les musulmans qui veulent la guerre) ! Ils promettent de venger les musulmans, mais de quoi parlons-nous ? Nous musulmans ne réclamons pas la vengeance, Dieu nous recommande d'être des acteurs de la paix. »

Haroun GAYE, un opportuniste dangereux


Profondément blessé de n’avoir pas pu arriver à ses fins, Haroun GAYE a eu l’idée de créer la COMUC (Coordination des Organisations Musulmanes de Centrafrique) et l’ORJEMUSCA (Organisation de la jeunesse Musulmane de Centrafrique), deux coquilles vides sensées représenter les musulmans de notre pays mais qui en réalité rassemblent des meurtriers impliqués dans les massacres de chrétiens en 2013, dans les incidents du 20 août 2014, opposant l’EUFOR à un GAM (qui ont couté la vie à 5 militaires) et plus récemment dans les incidents qui ont eu lieu dans la nuit du 1er au 2 août 2015 à KM5 !

Dans ces nébuleuses mafieuses où la violence cotoie la haine, nous retrouvons des noms tristement célèbres : Nourredine ADAM, Haroun GAYE, Hamit TIDJANI, Moustapha INOUA, Ousmane MAHAMAT OUSMANE, Mahamat FADOUL… la « dream team » des profanateurs de la paix en RCA ! 

Comment Haroun GAYE peut-il prétendre défendre les musulmans en agissant comme un dictateur sanguinaire et un adepte de la terre brûlée ?

 
Nous, musulmans, devons continuer à nous opposer à Haroun GAYE et à ses sbires, comme nous l’avons déjà fait à plusieurs reprises. N’oublions pas que, lors du lancement des opérations électorales à l’Ecole Koudouko, ce sont des musulmans qui se sont interposés entre un groupe violent dirigé par Haroun GAYE et M. MALINAS. Ces musulmans courageux ont certainement sauvé la vie de l’ambassadeur de France !

Maintenant, les musulmans doivent prendre conscience qu’Haroun GAYE et sa bande de fanatiques sont les fossoyeurs du processus de paix en Centrafrique et qu’ils sont les premiers ennemis de la communauté musulmane. Rassurez-vous, la roue tourne et Haroun, ange maléfique ou démon tyrannique, sera bientôt isolé militairement et politiquement…


Haroun GAYE, un « électron libre » qui joue contre le FPRC


En ce moment, à Kaga Bandoro, les responsables du FPRC sont réunis pour réfléchir à l’avenir de leur mouvement qu’ils veulent inscrire dans une logique politicienne. Ils ont compris que la lutte armée ne les conduira à rien et amènera notre pays au chaos. Mais une question se pose pour les dirigeants, que doivent-ils faire d’Haroun GAYE et de sa troupe de meurtriers ? 

On ne devient pas humaniste ou modéré du jour au lendemain surtout dans le cas d’Haroun GAYE ! Comment régler le « problème Haroun GAYE » sans mettre en péril l’avenir politique du FPRC ? Comment vouloir retrouver une légitimité sur le sol centrafricain tout en laissant ses propres hommes continuer a faire régner la terreur au sein de la communauté musulmane et de la grande communauté centrafricaine ?

Nous le savons tous, Haroun GAYE ne déposera pas les armes car il n’a ni le courage, ni l’envergure, ni l’intelligence d’un homme politique. Haroun GAYE est un mécréant sanguinaire et analphabète incapable de s’exprimer autrement qu’en faisant parler les armes ! Les membres du FPRC le savent et maintenant ils se méfient de cet individu violent, malhonnête et manipulateur qui veut jouer sa propre partition au sein du FPRC, sans se soucier du danger qu’il fait courir à son mouvement.

Le problème Haroun GAYE dépasse largement les frontières de notre pays. En dehors de la MINUSCA qui le pourchasse pour qu’il soit traduit devant la justice de notre pays, la communauté internationale se penche également sur son cas… Le 5 août 2015, le Département d’Etat Américain aux Droits de l’Homme a rendu public le rapport 2014 sur les Droits de l’Homme en République Centrafricaine dans lequel apparaissent toutes les formes d’exactions commises dans notre pays (violences, atrocités, privations arbitraires ou illégale de la vie, etc.). Dans ce document qui est unanimement reconnu comme une référence sur la situation des droits de l’homme dans le monde, les exactions d’Haroun GAYE sont en bonnes places et ce meurtrier apparaît clairement dans la liste des ennemis publics de notre pays. 

Comment le FPRC peut-il s’engager dans l’action politique en gardant en son sein un meurtrier pointé du doigt par la communauté internationale toute entière ? La réponse est simple et elle germe actuellement dans le cerveau des membres du FPRC : Haroun GAYE doit être écarté « manu militari » du mouvement et être remis aux autorités judiciaires. Mais il ne serait pas le seul, d’autres noms circulent à Kaga Bandoro et la chasse aux sorciers mécréants ne fait que commencer ! Elle sera fatale aux ennemis de notre pays !

Cerné de toutes parts, acculé dans son terrier de KM5, planqué comme un pestiféré, Haroun GAYE ne manque pas de culot. Selon ses dires, il serait « prêt à dialoguer avec les autorités de RCA sur les motifs de son arrestation », « prêt à se livrer aux médias pour dénoncer les procédures d’arrestations arbitraires en Centrafrique » mais il « n’apprécierait pas d’être arrêté comme un malfrat » !

Monsieur GAYE a des exigences, Monsieur GAYE se considère comme un honnête homme, Monsieur GAYE est un homme épris de justice… Mais de qui se moque-t-on ?

Détrompez-vous chers lecteurs, Monsieur GAYE est le fossoyeur de l’Etat centrafricain, Monsieur GAYE est l’ennemi des musulmans, Monsieur GAYE est l’ennemi de son propre parti !

Tremble Haroun, bientôt tu seras seul, lâché par tous ! La justice de ton pays t’attend de pied ferme pour te faire payer tes actes criminels !

 

Abdoulaye NGAMENDE

Tribune libre : Haroun GAYE, un danger pour les musulmans et une brebis galeuse pour le FPRC

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com