Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 19:33
Nouvelles nationales sur RJDH et radio NDEKE LUKA

 

 

Le Centre de santé de Boguila bénéficie toujours de l’appui de MSF

 

PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 15 AOÛT 2015

 

Les Médecins Sans Frontières (MSF) réaffirment leur appui au centre de santé de Boguila. Cette réaction intervient suite à l’inquiétude de la population de cette région  sur la transformation de l’hôpital à un centre de santé.

 

Dr. Prince ALFANI, Coordinateur médical  adjoint de MSF Hollande à Boguila a  noté que son organisation continue à soutenir les activités médicales essentielles grâce à l’équipe locale et à une supervision à distance de l’équipe de détachés et d’expatriés.

 

« L’hôpital fonctionne désormais davantage comme un centre de santé. Les activités s’inscrivent sur la base des objectifs suivants : Assurer l’accès aux soins médicaux de base et aux activités de vaccination afin de réduire la mortalité dans les zones affectées par le conflit et pour les populations déplacées, garantir la prise en charge des patients atteints de VIH/sida, référer les patients vers les structures hospitalières de Paoua, Bossangoa ou Bangui si nécessaire, maintenir une surveillance du contexte humanitaire et des besoins médicaux », a dit Dr. Prince ALFANI.

 

Il a ajouté qu’au centre de santé de Boguila, MSF gère les consultations externes, la prise en charge ambulatoire des enfants souffrant de malnutrition, la maternité, la salle d’observation, la pharmacie, la prise en charge du VIH/sida et de la tuberculose, le laboratoire ainsi que les activités vaccinales.

 

Selon MSF, la première cause de morbidité et de mortalité à Boguila et dans les alentours est le paludisme avec plus de 70% de taux positifs. Chez les enfants de moins de 5 ans, le paludisme est accompagné de diarrhées et de troubles respiratoires.

 

« Le paludisme étant la principale pathologie, fournir un accès gratuit au dépistage et au traitement de cette maladie au niveau communautaire est une priorité. Une autre priorité consiste à assurer l’accès de la population aux soins hospitaliers en cas de paludisme sévère,  de pneumonie, de malnutrition sévère avec complications, d’accouchements compliqués, de chirurgie d’urgence ou d’autres complications nécessitant une prise en charge hospitalière », note MSF.

 

En avril 2014, un incident dramatique a eu lieu à l’Hôpital de Boguila causant la mort de dix-neuf Centrafricains dont trois collaborateurs MSF. Cet incident avait ralenti les opérations dans cet hôpital avant d’être transformé à un centre de santé.

 

 

Une inondation à Bangassou fait des sans abris

 

http://www.radiondekeluka.org/   samedi 15 août 2015 15:16

 

Plus de 96 ménages dans le 2ème arrondissement de Bangassou se retrouvent sans abris après la pluie qui s'est abattue dans la nuit du 12 au 13 août 2015 dans cette localité. 

Les habitants des quartiers Maliko 2, Yapélé, Kôbô et Mboutou sont plus touchés par cette situation et vivent depuis lors dans des conditions difficiles et appellent à l'aide.

Selon les informations données par le correspondant de Radio Ndeke Luka à Bangassou, c'est « l'absence des canaux d'évacuation des eaux dans cet arrondissement qui est à l'origine de ces dégâts dans le 2ème arrondissement de Bangassou où plusieurs maisons sont fissurées, d'autres écroulées et des eaux stagnent à certains endroits ».


Face à cette éventualité, la population continue de se mobiliser pour creuser des canaux afin d'évacuer les eaux. De l'autre côté, les volontaires de la Croix Rouge locales recensent les victimes afin de leur venir en aide. 


Alors que la pluie fait des dégâts énormes à Bangassou, une fillette de 3 ans s'est noyée ce vendredi, 14 août 2015 dans la rivière Kadéï à Sosso-Nakombo. Une pirogue avec 8 passagers s'est renversée et la petite de 3 ans malheureusement s'est noyée et à ce jour, son corps demeure toujours introuvable. 


Le correspondant de RNL à Berbérati a recueilli des informations selon lesquelles,   la pirogue à l'origine de cette noyade « est plus petite et ne pouvait contenir autant de personnes ».

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com