Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 août 2015 2 11 /08 /août /2015 17:09
Nouvelles nationales sur RJDH et Radio Néké Luka
Nouvelles nationales sur RJDH et Radio Néké Luka
Nouvelles nationales sur RJDH et Radio Néké Luka

 

 

Bientôt le lancement des opérations du recensement électoral à Ndélé

 

http://rjdh.org/ PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 11 AOÛT 2015

 

L’inscription sur la liste électorale sera lancée le mercredi, 12 août dans la ville de Ndélé. De sources locales, les matériels sont déjà arrivés. Cependant à Batangafo, les activités sont tardent à commencer après la formation des agents recenseurs.

 

Selon nos sources, la population se dit  prête à aller se faire inscrire sur les listes électorales. Cela suite à une  campagne de sensibilisation lancée par le président de l’autorité sous préfectorale auprès des habitants.

 

De sources bien informées,  c’est depuis le samedi dernier que la formation des formateurs a commencé dans cette localité suivie de celle des agents recenseurs qui prendra fin ce mardi 11 août 2015.

 

A Batangafo, les gens sont toujours en attente des matériels électoraux. « La formation des agents recenseurs s’est déroulée du 1er  au 5 Juillet mais depuis aucun mouvement n’est fait jusqu’à lors. Les agents recenseurs sont obligés de regagner leurs villages car les matériels ne sont pas encore arrivés dans la ville »,  a fait observer un habitant joint par le RJDH.

 

Selon certains agents recenseurs, seuls les maires des communes sont restés dans les centres pour recevoir les matériels pour le démarrage de l’enrôlement. Une situation qui inquiète la population. Elle  demande au gouvernement de tout mettre en œuvre pour le recensement dans la ville.

 

Le recensement électoral continue toujours dans les provinces de la Centrafrique en dépit de quelques difficulties.

 

 

Plus de 47 000 bœufs vaccinés dans la préfecture de la Ouaka

 

http://rjdh.org/ PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 11 AOÛT 2015

 

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et l’Agence nationale pour le développement de l’élevage (ANDE) ont mené conjointement un programme pour vacciner plus de 47 000 bœufs contre la pleuropneumonie contagieuse bovine (PPCB) dans la région de Bambari, chef lieu de la préfecture de la Ouaka. Ces données ont été publiées dans un communiqué de presse de CICR.

 

Selon le document, cette opération, qui s’est déroulée sur deux mois, a bénéficié à plus de 3 500 familles, couvrant la quasi-totalité du secteur vétérinaire de Bambari. Le CICR a apporté  un appui technique mais aussi un soutien financier et matériel, notamment la construction de parcs d’attente dans les neuf sites de vaccination identifiés.

 

« Le plus grand problème est la PPCB qui a tué un grand nombre d’animaux parce qu’il n’y avait ni vaccins ni traitement disponibles. Sans cette vaccination, plus de 70 pour cent du bétail aurait péri », affirme Samuel Cadassou, délégué du CICR en charge des programmes d’assistance économique à Bambari.

 

D’après les propos de Aladji Abdou Ousmane, chef du village de Balessio, au Sud-est de Bambari,  rapportés dans le communiqué du CICR, cette campagne a aidé à préserver les animaux. «Nous sommes très contents car cette campagne de vaccination aide à préserver nos animaux. Le bétail est notre seule richesse et il nous permet de subvenir aux besoins de nos familles», a-t-ti-expliqué.

 

Depuis le début des violences en 2012, les services vétérinaires du pays ne fonctionnent plus, les éleveurs nomades et sédentaires n’ont pas accès aux soins vétérinaires et le bétail est exposé à de nombreuses maladies.

 

 

Un jeune homme blessé par balle à Obo, les éléments de la LRA sont mis en cause

 

http://rjdh.org/PAR RICHARDO DIMANCHE LE 11 AOÛT 2015

 

Un jeune homme a été blessé par balle par un groupe armé qui est assimilé aux rebelles ougandais de la LRA de Joseph Kony. C’est la victime elle-même qui a porté ces accusations.

 

L’acte s’était produit au village Badibiri, à quelques kilomètres d’Obo. Selon la victime, le groupe serait constitué d’une quinzaine d’hommes armés qu’il a pris pour  les rebelles de la LRA de Joseph Kony.

 

Ces hommes armés ont attaqué le village Badibiri, situé à 65 Km de la ville d’Obo, sur l’axe Bambouti le dimanche 09 aout 2015. D’après des informations, ces bandits étaient au nombre d’environs quinze personnes, positionnées à l’entrée de ce village.

 

Le jeune âgé d’une vingtaine, de retour du champ est tombé entre leur main. Le jeune garçon, voulant se sauvé a reçu une balle dans sa jambe droite. Aussitôt, la population avait réagi par des tirs de sommation en l’air, pour faire fuir ces rebelles.

 

Aucun cas d’enlèvement n’a été signalé après ces échanges de tirs mais ce sont des vivres qui se trouvent dans les champs qui ont été emportés par ces hommes armés.

 

La victime se trouve actuellement à l’hôpital pour des soins appropriés.

 

 

Rapt de Baboua, le gouvernement confirme la poursuite des négociations

 

http://www.radiondekeluka.org/  mardi 11 août 2015 13:23

 

Les négociations avec les ravisseurs du maire et du Sous-préfet de Baboua dans la Nana-Mambéré se poursuivent. Cette information a été donnée ce mardi, 11 août 2015 par Dominique Saïd Paguindji, ministre de la Sécurité Publique et porte parole du gouvernement Centrafricain dans une interview exclusive accordée à Radio Ndeke Luka (RNL). « … pour l'information de l’opinion publique nationale et internationale, le gouvernement a pris langue avec les preneurs d'otages, une mission gouvernementale s'est transportée dans la localité et des contacts ont été noués et les pourparlers se poursuivent en vue de la libération de nos concitoyens qui ont été malheureusement pris en otage », a déclaré le porte parole du gouvernement. 


Se refusant à tout commentaire afin de ne pas mettre « en danger la vie des compatriotes en captivité depuis 23 jours », le gouvernement, selon  Dominique Saïd Paguindji, refuse à son corps défendant d'en dire davantage « sur l'objet et les revendications de ce groupe » - auteur du rapt des personnalités ci-dessus nommées.


Même si le FDPC (Front Démocratique du Peuple Centrafricain) du Chef rebelle Martin Koumtamadji alias Abdoulaye Miskine dément être à l'origine de ces rapts, le porte parole du gouvernement confirme que c'est avec les éléments de ce mouvement rebelle que le gouvernement est en discussion. « Le dialogue est mis en place avec le FDPC, groupe rebelle proche d'Abdoulaye Miskine. A travers les contacts et les vérifications qui sont faites sur le terrain, les otages sont encore bel et bien en vie, ce qui enlève tout caractère de crédibilité aux revendications formulées par ce soi-disant Abacar », a conclu le ministre de la sécurité publique.


Le 23 juillet dernier, le Préfet de la Nana-Mambéré, Frédéric Ouagonda, avait précisé que « les ravisseurs sont identifiés, les autorités locales préfectorales ainsi que le gouvernement de la transition sont entrés en discussion afin d'obtenir la libération des otages qui sont toujours aux mains de leurs ravisseurs ». 

Au sein de la classe politique, le porte-parole de la coordination des associations et partis politiques Davy Yama, avait exigé des autorités centrafricaines ainsi que les forces onusiennes de mettre les bouchées doubles en vue d'assurer la sécurité sur le corridor Bangui-Douala, vital pour l'économie nationale. « Nous saisissons cette occasion pour demander au gouvernement et aux forces internationales de tout mettre en œuvre pour obtenir la libération de ces compatriotes et de tout faire pour intensifier les actions de sécurisation de ce corridor qui est vital pour notre économie nationale et sécuriser aussi l'ensemble du territoire national pour permettre la libre circulation des citoyens centrafricains ».

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com