Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 août 2015 4 13 /08 /août /2015 23:47

 

 

Fin des opérations de recensement sur la liste électorale dans la préfecture de Sangha Mbaere

 

http://rjdh.org/  PAR MARIETTE MOWÉ LE 13 AOÛT 2015

 

Le recensement  électoral  qui a débuté le 23 Juillet dernier a pris fin le dimanche 09 Aout 2015 dans la préfecture de la Sangha Mbaéré. Aucun  incident n’a été signalé lors de ces opérations dans la ville.

 

L’autorité sous préfectorale de Nola a fait savoir que ces opérations  devraient être clôturées le 05 Aout mais elles ont été prolongées  pour quatre jours par l’Autorité Nationale des Elections (ANE). Selon lui, « cette prolongation est demandée par des  personnes qui ont pris du retard sur le processus ».

 

Une réunion a été  tenue hier Mercredi 12 Aout par Jerry Abel  Tchade, préfet de la Sangha Mbaere. « Chaque équipe des opérations doit  remettre son  rapport de fin  d’activités  à l’ASP de Nola pour la synthèse générale », a confié une source locale.

 

Le processus du recensement  sur la liste électorale a débuté dans la préfecture de la Sangha Mbaéré le 23 juillet dernier. Aucun incident n’a été signalé.

 

 

L’insécurité perdure dans la préfecture de la Haute Kotto

 

http://rjdh.org/  PAR NARCISSE JAUBERT LE 13 AOÛT 2015

 

Un homme âgé de 54 ans nommé Roger Pierre Wounenga au quartier kpiango3 a été enlevé le jeudi 08 Aout 2015, par les hommes d’LRA  de Joseph Conny à kpo-kpo chantier situé à 90km de la ville de Bria, sur l’axe Yalinga  vient d’être relâché. C’est le dimanche passé que cet homme a été relâché par la même troupe à Ndjee.

 

 « J’ai quitté le chantier kpo-kpo pour venir a Bria, c’est arriver à 800 mètres que les éléments de la LRA m’ont arrêté et m’ont pris une somme de 400000frs, plus les diamants.  Ils nous ont ligotés et nous ont malmenés pendant  une heure avant de nous charger comme des véhicules pour transporter leurs bagages jusqu’à 144km de la ville de Bria à la rivière  Ndjee où se trouve le camp des hommes de la LRA » a t-il expliqué.

 

Un commerçant qui a requis l’anonymat appelle à la protection de toute la région « la haute Kotto n’est pas seulement Bria. Les forces Internationales  doivent être partout. La zone de Yalinga est riche mais cette zone a été abandonnée par le gouvernement », a souligné ce commerçant.

 

Selon les informations parvenues au RJDH, le maire de Yalinga a demandé pour la troisième fois, aux forces des Nations Unis à prendre des dispositions par aux troupes d’LRA de Joseph Kony qui font des ravages.

 

Plusieurs cas d’insécurité ont été enregistrés ces derniers temps sur l’axe Bria-Yalinga

 

 

Le Premier Ministre M. Kamoun dans la Sangha-Mbaéré pour le suivi des opérations électorales

 

http://rjdh.org/  PAR MARIETTE MOWÉ LE 13 AOÛT 2015

 

C’était mercredi à Bayanga que la mission gouvernementale dirigée par le premier ministre Mahamat Kamoun s’est déployée. Cette haute autorité gouvernementale est accompagnée dans cette mission par le ministre des transports Djoubaye Abazène, celle des eaux et forêt Isabelle Gaudeuille et un membre de l’ANE.

 

Le but de cette mission est de présenter les différentes personnalités qui feront partie d’une structure qui aura la charge de suivre les activités des opérations électorales. Cette structure est composée du préfet, du sous-préfet, les forces de la Minusca, les forces de défense et de sécurité, la justice et les présidents des Autorités Sous Préfectorale des Elections (ASPE).

 

Le chef du gouvernement a profité de l’occasion pour donner l’opportunité aux présidents des membres du démembrement. Le vice-président de l’ASPE de Nola Jean-Pierre Kondo a présenté les rapports des activités de recensement dans la ville de Nola et à Bayanga.

 

Dans ses explications, il a énuméré les manquements que la région a connus. Ces manquements sont entre autres, des centres qui n’ont de codes, de rupture de kits, le manque de moyen de déplacement, l’absence de certains agents dans les bureaux, le manque de collaboration entre la Minusca et l’ASPE pour l’acheminement des matériels.

 

Après la présentation de tous ces problèmes et manquements au premier ministre, celui-ci a réagi en disant que, « je vais plaider auprès de l’ANE pour que les centres qui manquent de code et matériels puissent avoir leur code et si possible prolonger l’enrôlement dans la région de quelques jours supplémentaires, pour permettre aux retardataires de se faire inscrire sur la liste électorale »

 

 

L’Union Européenne renvoie Me Nicolas Tiangaye à la Cour Constitutionnelle de Transition sur la clause d’inéligibilité

 

http://rjdh.org/  PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 13 AOÛT 2015

 

L’Union Européenne a renvoyé Me Nicolas Tiangaye à la Cour Constitutionnelle de Transition sur la question d’inéligibilité ou non des anciens acteurs de la transition. La réponse de l’Union Européenne fait suite à une requête que le président de la Convention Républicaine pour le Progrès Social (CRPS) a adressée à cette institution.

 

C’est par une correspondance datée du 31 juillet 2015 que l’Union Européenne a répondu à Me Nicolas Tiangaye suite à la requête que ce dernier a adressée à cette institution le 23 juin dernier. Dans sa requête largement publiée par la presse nationale centrafricaine, Me Nicolas Tiangaye avait donné son interprétation de l’article 106 de la charte constitutionnelle de transition qui stipule que « Le Chef de l’Etat de la Transition, le Premier Ministre de Transition, les membres du Gouvernement de Transition et les membres du Bureau du Conseil National de Transition sont inéligibles aux élections présidentielle et législatives organisées à l’issue de la transition ».

 

Relevant dans sa requête que, cette disposition ne visait que les acteurs encore en fonction, Me Nicolas Tiangaye demandait à l’organisation des Nations Unies, à l’Union Européenne et à l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) de désigner trois constitutionalistes de renommée internationale pour que ceux-ci se prononcent sur cette question.

 

Dans sa réponse signée du Directeur du département Afrique Koen Vevaeke, l’Union Européenne s’est déclarée incompétente sur cette question. Dans la lettre, cette institution a rappelé que « la communauté internationale dans le communiqué du Groupe International de Contact (GIC) du 27 juillet 2015 en soutenant l’opportunité politique de ne plus rouvrir cette question ».

 

Cette institution renvoie la question à la Cour Constitutionnelle de Transition et répond à Me Nicolas Tiangaye en ces termes « sur le plan juridique, nous estimons que la Cour Constitutionnelle de la RCA est compétente en la matière car, c’est la seule institution suprême autorisée à dire le droit constitutionnel dans votre pays ».

 

L’Union Européenne a-t-elle répondu au nom de l’Organisation des Nations Unies et de l’Organisation Internationale de la Francophonie ? Difficile de le dire avec exactitude. Mais dans la correspondance, l’Union Européenne a indiqué que la communauté internationale s’est exprimée à travers le Groupe International de Contact (GIC) dont font partie toutes les trois entités saisies par le président de la CRPS.  Mais à voir de prêt, il serait difficile voire impossible que cette position soit contredite par l’une des deux organisations internationales saisies par Tiangaye. Une source à la Minusca a confié au RJDH que la communauté internationale ne saurait entrer officiellement dans ce jeu d’interprétation car pour ce cadre de la Minusca, « il s’agit d’un combat perdu à l’avance ». 

 

Avec la réponse de l’Union Européenne, Me Nicolas Tiangaye, Crépin Mboli-Goumba, Joseph Bendounga et tous ceux qui pensent que les anciens acteurs de la transition ne sont pas concernés par l’article 106 de la charte constitutionnelle de transition, sont contraints d’attendre le verdict de la Cour Constitutionnelle de Transition.

 

L’arbitral international demandé par Me Nicolas Tiangaye n’a pas été obtenu. D’ailleurs même si cela était fait, c’est incongrue de penser que l’avis d’un collège de constitutionalistes soient-ils de renommée internationale,  puisse s’imposer à la Cour Constitutionnelle de Transition d’un pays souverain

 

Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com