Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 16:59
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL

 

 

 

Regain de tension à Bambari

 

http://www.radiondekeluka.org/  vendredi 21 août 2015 13:40

 

Bambari, capitale de la Ouaka est sous tension depuis jeudi, 20 août 2015. L’assassinat d’un jeune musulman par des présumés anti-balaka sur l’axe Bambari-Simbolo est à l'origine de ces nouvelles violences qui auraient fait une dizaine de personnes tuées et plusieurs autres blessées. En représailles, des jeunes musulmans armés s’en sont pris à des civils non musulmans  


Des sources locales parlent d’au moins une dizaine de morts, plus de 5 blessés dont des agents du CICR agressés sur le terrain. Mais l’association des jeunes musulmans de la Ouaka estime pour sa part que ces violences ont fait deux morts et des blessés en plus du jeune homme tué. 


Ce vendredi, des barricades ont été érigées dans certaines zones à majorité non musulmane. Les manifestants réclament l’arrestation et la traduction en justice du général Ali Ndarass, chef du groupe rebelle de l'Unité du Peuple Centrafricain (UPC) accusé d’avoir mené les représailles aux côtés des jeunes musulmans armés. 

Sous couvert de l'anonymat, un habitant joint par Radio Ndeke Luka témoigne : « la population a érigé des barrières devant la Cour d'Appel jusqu'à la sortie de la ville pour prouver son mécontentement à l'opinion internationale, l'ONU et le gouvernement qui protègent Ali Ndarass et ses complices qui viennent de tuer pour la 5ème fois les populations de Bambari sans être inquiétés ».

Cet habitant précise par ailleurs que « si Ali Ndarass n'est pas arrêté, les populations boycotteront le processus électoral dans la localité ».


Le Capitaine Mahamat Nedjad Ibrahim, porte-parole de l’UPC rejette ces accusations expliquant que son mouvement s'est interposé entre les deux camps pour éviter un drame : « nos officiers sont blessés par nos frères de la communauté musulmane parce qu'ils se sont interposés. Le 03 décembre déjà, l'UPC a évité un massacre entre les deux communautés et c'est la même chose qu'elle a faite hier et cela est témoigné par la Minusca ».


Alors que Bambari se relève progressivement d’une crise qui a remis en cause les relations entre les communautés, Oumar Tidjiani, conseiller juridique de l’association des jeunes musulmans de la Ouaka appelle au calme : « il y a des jeunes qu'on n'arrive pas à contrôler. Au niveau de la communauté islamique, c'est notre rôle de tout mettre en œuvre pour calmer la tension malgré le drame ». 

 

 

Des leaders de la jeunesse de Boeing se disent favorables à la paix

 

http://rjdh.org/ PAR GERARD OUAMBOU LE 21 AOÛT 2015

 

Trente jeunes leaders issus des associations et du groupe armé Anti-Balaka de quartier Boeing s’engagent à œuvrer pour la cohésion sociale et la gestion des rumeurs. Ceci, suite à une causerie éducative organisée le  jeudi 20 août par la plateforme des leaders des jeunes des confessions religieuses avec l’appui de l’ONG internationale  Search for Commond Ground.

 

Selon Christian Saint Clair Yado, Chargé de communication de la plateforme, l’objectif de cette activité est« d’appuyer les initiatives de résolution de conflit et renforcer les capacités des jeunes du quartier Boeing situé dans la commune de Bimbo 4 à promouvoir la paix, le pardon et la non-violence dans leur zone ».

 

Lors de cette rencontre, plusieurs  thématiques ont fait l’objet de débat. Il s’agit entre autres de  la gestion des conflits, de la gestion des rumeurs, des concepts de paix, de pardon et de tolérance. A l’issue du débat, le bureau ad hoc de l’antenne de la plateforme des leaders des jeunes des confessions religieuses du quartier Boeing a été mis en place.

 

Zokuézo, participant à la causerie se réjouit de l’initiative et demande aux Anti-Balaka de coopérer pour que la paix revienne en Centrafrique. Siriri, un autre participant compte sensibiliser le quartier sur la gestion de rumeurs.

 

« Les participants ont reçu un nouveau nom représentant les valeurs de la paix en Centrafrique, pour que chaque jour ce nom puisse les rappeler des valeurs qu’ils ont perdues » a précisé Christian Saint Clair Yado, Chargé de communication de la Plateforme.

 

La journée de  samedi 22 août sera consacrée dans la matinée au nettoyage du cimetière des musulmans de Bangui situé au quartier Boeing et les après midi à une émission publique sur le terrain de l’école Kpangaba.

 

 

Fin des épreuves de bac 2015, des cas de fraudes décelés au centre n° 8

 

http://rjdh.org/ PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 21 AOÛT 2015

 

Les épreuves écrites de baccalauréat ont pris  fin ce vendredi 21 août. Au centre n°8 abrité par le lycée Marie Jeanne Caron des cas de fraudes ont été enregistrés. Un fait déploré par la présidente du centre,  Dethoua Yandjima Louise Mariette. Elle a signalé l’arrestation des deux surveillants impliqués dans cette affaire.

 

« Dans mon centre c’est tout un tas de problème depuis le début jusqu’à la fin. Certains surveillants se donnent de luxe d’écrire à la place des certains candidats et nous avons surpris deux » a fait savoir Dethoua Yandjima Louise.

 

Les candidats, dit la présidente,  ont amené leurs cahiers, des livres, des exercices corrigés que « nous avons mis la main dessus. Cette situation témoigne la non préparation des candidats pour ces examens et ce qui est vraiment grave pour les futurs cadres de ce pays ».

 

Dethoua Yandjima Louise  a par ailleurs salué la collaboration qui existe entre le jury et les candidats pour déceler les surveillants qui étaient à l’origine de fraude dans ce centre.

 

Au centre n°1 de l’école Benz-vi, après l’incident d’hier, les candidats ont repris ce matin la composition de la dernière matière dans un climat de sérénité. Un constat fait par le président du centre,  Marcel Kembé.

 

Du côté de centre n° 7 au lycée d’application de l’école normal supérieur que composent les candidats de la série C, Docteur Gadao Gilbert, président du centre, a apprécié le déroulement des examens du début jusqu’à la fin. Il souligne ensuite le cas d’une vingtaine de candidats libres qui ont abandonné la course après avoir composé la première épreuve.

 

« Les candidats sont de la série scientifique, ils sont bien disciplinés et cela m’a vraiment réjoui. Mon seul souhait est de voir ces candidats réussissent à leur examen. C’est pourquoi je leur souhaite bonne chance » a-t-il souhaité.

 

Les candidats de la série A4′ ont terminé les épreuves le jeudi. Ce vendredi c’est le tour de ceux de lycées scientifiques et autres séries.

 

 

L’ANJFAS met un dispositif de « veille communautaire » sur la qualité des services dans les formations sanitaires

 

http://rjdh.org/  PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 21 AOÛT 2015

 

L’association Nationale des Jeunes femmes Actives pour la Solidarité (ANJFAS) a publié son premier rapport sur les dispositifs de « veille communautaire » sur la qualité des services dans les formations sanitaires (FOSA). Selon l’ANJFAS, plusieurs manquements sont relevés  dans la prise en charge des patients dans ces FOSA.

 

Cyriaque Ngombe, Coordonnateur des projets à l’ANJFAS revient sur la nécessité de ce dispositif. « On s’est rendu compte qu’au niveau national d’après les données en matière de santé, 50 à 70 % de la population ne fréquente pas les centres de santé. C’est pour cette raison que nous avons lancé ce travail pour permettre à la population d’avoir accès à ces centres de santé et de bénéficier normalement des soins », a justifié Cyriaque Ngombe dans une interview accordée au RJDH.

 

L’évaluation a touché cinq  centres de santé de la capitale.  Selon Cyriaque Ngombe, il y a plusieurs raisons qui empêchent la population à avoir accès aux centres de santé. « Il y a des raisons liées à la qualité des services, à la gestion des intrants, au manque d’information sur la prestation de service, à l’accueil ».

 

Cyriaque Ngombe a noté que les centres de santé ciblés ne sont que pilotes. « C’est un nouveau dispositif et pour commencer, il faut démarrer quelque part. Nous intervenons dans ces FOSA dans le cadre de la prévention de la transmission du VIH parents-enfants (PTPE). Mais nous comptons poursuivre dans d’autres FOSA pour permettre à la population d’avoir un accès aux services de ces centres de santé », a-t-il ajouté.

 

« L’ANJFAS a,  à la suite de cette supervision intégrée initié une activité qui consiste à faire la mobilisation de masse des femmes enceintes autour des FOSA afin de déployer une unité de dépistage au cas la FOSA d’accueil ne parvient pas à faire le dépistage », a relevé Cyriaque Ngombe.

 

Cette activité a démarré au Centre de santé de Yapélé dans le 2e arrondissement  de Bangui, vendredi 21 aout où plus de 60 femmes ont répondu pour se faire dépister.

 

Le dispositif de veille communautaire dans les FOSA a été mis en place en juillet dernier. C’est son premier rapport qui vient d’être publié

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com