Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 21:33
La sécurité se détériore dangereusement au Burundi

 


La communauté internationale s'inquiétait mardi de la détérioration alarmante de la situation sécuritaire au Burundi. Cette réaction fait suite à la tentative d'assassinat d'un défenseur des droits de l'Homme et au meurtre du général Adolphe Nshimirimana.

Figure respectée de la société civile, Pierre-Claver Mbonimpa était mardi dans un état stable, blessé d'une balle au visage, tirée la veille par des hommes à moto à Bujumbura alors qu'il rentrait à son domicile. "Les examens médicaux ont confirmé que la balle qui l'a touché à la mâchoire est bien ressortie, (...) mais il reste hospitalisé pour le moment", selon l'une de ses proches.


L'incident a été immédiatement condamné: attaque "honteuse contre un homme qui a travaillé sans relâche pour protéger les droits des autres", selon Amnesty International. Human Rights Watch (HRW) se disait "choqué" de cette tentative de tuer "l'un des activistes les plus éminents du Burundi, un des rares à avoir choisi de rester" au pays.



Dimanche, le général Nshimirimana, homme fort de l'appareil sécuritaire burundais et très proche du président Pierre Nkurunziza, avait été tué à Bujumbura dans une attaque à la roquette. La mort de ce cacique du régime, ancien compagnon d'armes de Nkurunziza au sein de la rébellion hutu, a constitué un choc pour le camp présidentiel et fait craindre une vengeance à grande échelle contre les opposants au régime, de la part notamment de la ligue de jeunesse du parti au pouvoir CNDD-FDD, qualifiée de milice par l'ONU.


Détérioration de la sécurité


Mardi soir, des tirs d'origine inconnue ont longuement retenti dans un quartier contestataire de Bujumbura, où le calme est ensuite revenu, selon un habitant. Le porte-parole du CNDD-FDD Gélase-Daniel Ndabirabe a par ailleurs accusé mardi l'opposition de mener un "plan d'assassinat sélectif" de ses militants, au lendemain de l'assassinat d'un responsable de la formation présidentielle dans une commune rurale.


L'Union européenne a déploré mardi une "détérioration rapide de la situation sécuritaire", appelant une nouvelle fois les protagonistes de la crise burundaise "à faire preuve de retenue et chercher la voie du dialogue". Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a exprimé sa "grande inquiétude" devant "la détérioration continue de la situation sécuritaire (...) après une période électorale marquée par la violence et la violation des droits de l'Homme".


(ats / 04.08.2015 22h19)

 

 

Un colonel burundais abattu dans une fusillade

 

APA-Bujumbura (Burundi) - 2015-08-04 18:10:30 - Un colonel de l'armée burundaise a été abattu mardi matin lors d’une fusillade qui a éclaté entre les militaires et un groupe d’ hommes armés au bord d’ une voiture au quartier ‘’Asiatique’’ dans la ville de Bujumbura, a appris APA sur place.


La victime appartenait au camp de Kayanza (Nord du pays), selon la police qui a laissé entendre que les malfaiteurs seraient des bandits armés.


Par ailleurs, un représentant du parti au pouvoir le CNDD-FDD en zone urbaine de Kanyosha, M. Come Harerimana a été tué ce mardi par des personnes non identifiées.

Dans cette zone urbaine de Kanyosha, dans le quartier de Musama certaines maisons appartenant à des militaires étaient ceinturées tôt ce matin. Selon ces informations les forces de l'ordre étaient en train de chercher un militaire chauffeur qui conduisait un véhicule de l'armée de type pick up à bord duquel se trouvaient les assassins du lieutenant général Adolphe Nshimirimana tué dimanche matin à Kamenge.

Les différents témoins de cet assassinat ont indiqué que les assassins se trouvaient à bord d'un véhicule de l'armée burundaise de type pickup.


Dans la zone urbaine de Cibitoke (Nord de la capitale) on note également une personne tuée et un policier blessés dans la nuit de lundi à mardi. Durant cette nuit, des tirs d'armes à feu et des explosions de grenades ont été entendus dans différentes parties de la capitale. Trois véhicules ont été également incendiés.

Interrogée à ce sujet, la police burundaise a indiqué que ce sont des malfaiteurs encore inconnus qui tiraient et lançaient des grenades.


Face à ce regain de tension, la peur de lit sur tous les visages, les personnes qui se sont entretenues avec APA ne cachent pas leur inquiétude face à la violence dans laquelle sombre le pays.


‘'Ce ne sont plus seulement les jeunes du parti au pouvoir, les +imbonerakure+ qui détiennent les armes'', déclarent la peur au ventre des habitants de la capitale.

‘'Après les manifestations pacifiques qui ont été sérieusement réprimées, nul doute que certains manifestants se sont procurés des armes'', déplorent-ils.

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=830442#sthash.a8HFLm9z.dpuf

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com