Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 15:38

 

 

 

Réponse du Professeur Marcel DIKI-KIDIRI

 

Candidat aux élections présidentielles 2015

 

à Monsieur MAITAR Djim Arem


président de l’UNDPP.

 

 

Le 27 juillet 2015.

 

Cher MAITART,

 

Je déplore que vous considériez toute prise de position contraire aux vôtres comme une injure personnelle. Il y a une réalité sociopolitique qui nous interpelle tous en tant que Centrafricains et à par rapport à laquelle chacun a son opinion et c'est pourquoi cela devrait nous conduire à un débat d'idées public afin d'éclairer nos compatriotes. Cette réalité sociopolitique c'est le nombre pléthorique de partis politiques (plus de 70 semble-t-il à ce jour).

 

Est-ce le signe d'une démocratie débordante ou d'une crise de leadership aux confins de l'anarchie politique? Existe-t-il plus de 70 manières de vivre ensemble? 70 projets de société? 70 programmes de développement différents? Ne devrions-nous pas réfléchir tous ensembles à comment se rassembler autour de quelques lignes directrices marquant clairement des différences d'approches, des différences de pensées (LOIN d'une pensée unique!!!) afin de permettre aux Centrafricains de choisir entre tel ou tel ensemble de partis (ou des partis multi-tendanciels)?

 

 Nous n'avons que 4 millions d'habitants et nous avons plus de 70 partis dont une bonne quinzaine se disent "démocratiques". Même si les quinze se mettaient ensemble dans un grand parti démocratique, il reste encore de la place pour les autres de se retrouver autour d'autres points forts idéologiques comme le libéralisme, le patriotisme, le socialisme, le panafricanisme et bien d'autres idées encore! Au moins, notre Peuple aura le choix clair entre un petit nombre de propositions politiques bien délimitées avec des options nettement identifiées!  Vous avez le droit de penser différemment. J'attends que vous me démontriez que j'ai tort de vous croire incapables de regroupement autour du concept fondamental de démocratie. Vous avez encore raison sur un point, les injures ne sont pas des arguments politiques.

 

C'est pourquoi je ne répondrai pas à toutes celles que vous m'avez adressées et qui comportent beaucoup d'erreurs de jugement et d’allégations non fondées. J'espère que nous aurons l'occasion de débattre ensemble un jour publiquement sur cette question et que vous aurez de vrais arguments politiques à m'opposer si vous n'êtes pas toujours d'accord avec moi.

 

Bien à vous, cher compatriote!

 

Marcel DIKI-KIDIRI.

 

 

Droit de réponse de Marcel Diki Kidiri à Djim-arem Maïtart

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com