Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 02:25

 

 

 

27/08/2015 à 0:30 (AFP)

 

Le nouveau chef de la Mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca), Parfait Onanga-Anyanga, a affiché mercredi "sa fermeté" afin de "mettre hors d'état de nuire" les groupes armés qui poursuivent leurs violences, au cours de sa première conférence de presse à Bangui.

 

"La fermeté de nous assurer que tous les groupes néfastes seront mis hors d'état de nuire est incontestable. Et c'est bien dans ce cadre que nous évoluerons", a-t-il déclaré.

 

Le Gabonais Parfait Onanga-Anyanga remplace le Sénégalais Babacar Gaye, renvoyé le 12 août par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon après une série d'accusations d'abus sexuels contre des mineurs commis par des Casques bleus en Centrafrique.

 

"Notre présence est multiforme, nous ne faisons pas que du militaire. Nous faisons aussi du politique, du social et nous utilisons la totalité des moyens à notre disposition pour le désarmement", a expliqué le nouveau chef de la Minusca.

 

"L'objectif fondamental est bien la paix et la stabilité dans votre pays. C'est l'objectif qui nous anime et sur lequel nous allons travailler sans complaisance. Et il faudrait que ce soit absolument clair", a-t-il ajouté.

 

Sa conférence de presse intervenait quelques jours après des violences communautaires dans la ville de Bambari (centre), qui ont fait au moins 20 morts et une vingtaine de blessés. Les affrontements et leur cycle de représailles avaient débuté le 20 août entre les miliciens chrétiens anti-balaka et les ex-rebelles musulmans de la Séléka, qui s'affrontent régulièrement dans cette ville.

 

"Nous sommes préoccupés par la situation dans cette partie de votre pays, à Bambari. J'ose espérer que dans les temps à venir, nous irons  vers un dénouement qui nous permettra précisément de réaliser l'objectif qui est de la stabiliser", a poursuivi le chef de la Minusca.

 

Le renversement en mars 2013 du président François Bozizé par une rébellion à dominante musulmane, la Séléka, a plongé l'ex-colonie française dans sa plus grave crise depuis son indépendance en 1960, déclenchant des tueries de masse entre communautés musulmanes et chrétiennes (notamment les milices anti-balaka).

 

Chassée du pouvoir en janvier 2014 par une intervention militaire internationale (française et onusienne), la Séléka avait installé son état-major à Bambari, depuis lors régulièrement secouée par des violences intercommunautaires.

 

AFP

 

NOTE INTRODUCTIVE A LA CONFERENCE DE PRESSE

 

DU

 

REPRESENTANT SPECIAL DU SECRETAIRE GENERAL DES NATIONS UNIES POUR LA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

 

ET

CHEF DE LA MISSION MULTIDIMENSIONNELLE INTEGREE DES NATIONS UNIES POUR LA STABILISATION EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

 

PARFAIT ONANGA-ANYANGA

 

[MERCREDI 26 AOUT 2015]

 

Je suis heureux de me trouver ce matin en face de vous pour l’exercice rituel de la conférence de presse. C’est la première fois que je vous rencontre et voudrais donc vous saluer individuellement et collectivement.

 

 Comme vous le savez, je suis arrivé vendredi dernier et ai eu l’honneur d’être reçu successivement par la Cheffe de la transition, Son Excellence Madame Catherine Samba Panza, le Président du Conseil National de Transition Monsieur Alexandre Ferdinand Ngendet et le Premier ministre Son Excellence Mahamat Kamoun.

 

 J’ai également rencontré le Ministre des Affaires Etrangères Samuel Rangba.

 

Je vous remercie de votre présence car je connais l’importance des médias dans une société et particulièrement dans un pays en transition comme le vôtre. J’arrive à une période charnière de l’histoire de la Centrafrique et de l’évolution de notre Mission. Je m’engage à fructifier l’héritage de mon prédécesseur le Général Babacar Gaye à qui je rends un hommage appuyé. A la suite du Secrétaire général Ban Ki-moon, je voudrais saluer le professionnalisme et l’intégrité morale du Général Gaye qui a quitté ses fonctions au nom du principe de responsabilité institutionnelle cher à notre institution.

 

 Le meilleur hommage que je puisse lui réserver, c’est de tenir haut le flambeau de l’Organisation. A cet égard, il nous faudra redoubler d’efforts pour relever les nombreux défis auxquels le pays fait face.

 

 Le premier défi pour nous tous est d’accompagner le peuple centrafricain sur le chemin d’une paix durable à travers une réconciliation véritable et une cohésion sociale réussie. Accompagner les Centrafricains sur ce chemin impose au personnel civil et militaire de la MINUSCA un comportement exemplaire et même un rôle de modèle, conforme aux principes et valeurs qui font des Nations Unies une organisation respectable et respectée. C’est le second défi et je lui accorde une importance spéciale.

 

 Je veillerai tout particulièrement à la discipline et à la bonne conduite dans les actions quotidiennes de chacun et de tous. Nos actes individuels conditionnent notre réussite collective.

 

Le mauvais comportement d’une minorité ternit les résultats des sacrifices de la majorité qui fait son travail avec passion, dévouement et talent.

 

 La Politique de tolérance zéro en matière d’exploitation et d’abus sexuels doit être la clé de voûte de la protection des populations civiles, l’âme de notre mandat. Cette raison d’être doit nous guider dans nos relations avec ceux que nous sommes venus aider. Pour le Secrétaire général, cela veut dire mettre fin à la complaisance et à l’impunité. Protéger les civils est sacré et doit constituer un sacerdoce pour ceux qui en sont investis. Dans cette mission difficile mais exaltante, l’appui des Etats, surtout les pays contributeurs de troupes, est indispensable afin que la responsabilité qui nous incombe et l’autorité investie aux Etats membres forment un bloc cohérent pour prévenir et sanctionner les abus.

 

 A toutes les autorités de la transition, j’ai réitéré l’engagement des Nations Unies à ne ménager aucun effort pour traduire en succès les efforts de sortie de crise actuellement en cours notamment en appuyant le processus électoral pour des élections libres, justes et inclusive, ouvertes et transparentes.

 

 J’ai aussi insisté sur la cohésion sociale et la réconciliation nationale, éléments indispensables pour l’édification d’un Etat fort et d’un développement durable. Les récents affrontements intercommunautaires à Bambari et à Bria sont à eux seuls un immense défi que nous tous, responsables gouvernementaux comme représentants de la communauté internationale, devons  relever avec sagesse et détermination. Main dans la main, nous devons œuvrer à mettre immédiatement un terme aux violences que rien ne saurait justifier.

 

Personne ne doit compromettre les acquis du Forum de Bangui, notamment le Pacte Républicain et l’Accord de principe sur le DDRR signé, le 10 mai dernier, entre le Gouvernement et les groupes armés.

 

 En ce qui la concerne, la MINUSCA va prendre toutes ses responsabilités et est encouragée par les initiatives du Gouvernement pour faire baisser les tensions entre les différentes communautés.

 

 La RCA ne peut s’offrir le luxe d’une guerre ethnico-confessionnelle au moment où tout est fait pour sortir de la crise. Ce qui s’est passé la semaine dernière et même au début de cette semaine renforce ma conviction sur l’urgence de trouver rapidement les moyens de restaurer la coexistence pacifique entre populations pour éviter toute instrumentalisation de l’identité confessionnelles ou communautaire.

 

Les priorités de la MINUSCA restent les mêmes, à savoir protéger les populations civiles, contribuer au rétablissement de l’autorité de l’Etat et appuyer le processus politique vers la fin de la transition et la restauration de l’ordre constitutionnel et la mise en place de nouvelles institutions à travers des élections démocratiques.

 

 Tout ce qui précède concourt à la sortie de crise. J’ai senti la volonté de chacun et de tous mes interlocuteurs à Bruxelles, Paris, Libreville et à Oyo, de réussir ce pari avant la fin de l’année. Je m’emploierai de toutes mes forces à aider à traduire cette volonté et cette détermination dans les faits.

 

Centrafrique: le nouveau chef de la mission de l'ONU se veut ferme face aux groupes armés

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com