Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 00:08

 

 

Un président nègre blanc entouré de Blancs

pour gouverner la Centrafrique noire pour

l’empêcher de penser par elle-même

de quelle nationalité est le président candidat ?

 

La République Centrafricaine réu-

nit toutes les ressources pour

bâtir un pays fort paisible

grâce au travail de ses fils et

filles

voici notre immense territoire

partout arrosé pour la petite agri-

culture de nos Ancêtres que les

dits civilisés découvrent maintenant

qu’il ne faut pas couper les arbres

en vain

Le Peuple Centrafricain sait qu’il

est couvert d’or et de diamants

du Soleil des eaux de sa terre

d’un bout à l’autre par sa

force debout à travers le colonialis-

me rampant nous parlons Sangho

notre Langue de développement

d’un État Bantou modèle en

Afrique et dans le monde

 

La crise de 2013 a montré notre

Résistance unie qui forme un

Peuple fort sur notre territoire

La Résistance est la juste ressource

de notre gouvernement

malgré leur délabrement dû à

la guerre et aux gouvernements

nègres blancs imposés, il revient

aux régions de se prendre en

mains comme gouvernement local

de toujours avec la petite agriculture

voici donc l’orientation dans

le monde entier de notre Pensée

Bantoue noire

 

Le colonialisme ne tolère pas

que l’Homme noir pense et

pratique lui-même sa pensée

propre

le colonialisme préfère voir les po-

pulations noires le cerveau noué

dans la misère pour voler nos

terres sciemment.

Ils viennent chez vous. Vous ani-

maux ne trouvez pas d’accueil

chez eux dehors sous les métros

sans cœur ni volonté du bien

le Colonialisme toujours aux aguets

a bondi sur la crise de 2013

principalement afin d’empê-

cher la Résistance de se réaliser

en tant Homme noir qui change

le monde par sa civilisation

brisée et aussi son espoir

de cet immense territoire afri-

cain comme le pauvre innom-

brable asiatique, le colonialisme

ne voit que son garde manger

 

la censure de l’esprit bâtisseur

africain avec le pillage systématique

de son patrimoine amènent au

chômage endémique au larcin

des climats d’incertitude et

de brigandages dans les mentalités

du sud au nord de l’Afrique

 

En République Centrafricaine, la crise

de Mars 2013 a permis au colo-

nialisme d’accourir en décembre

avec des troupes non pa-

triotiques des étrangers dont des

violeurs homosexuels de la jeunesse

innocente et des jouisseurs des bordels

dignes apport du colonialisme

à la femme centrafricaine à

l’âge de procréer

on lui ôte son armée nationale

de façon qu’elle ne se défend pas

on lui pille son or ses diamants

comme on oppose l’embargo sur les

armes de tutelle usurière

cette corruption continue avec une

transition délibérément sans pou-

voir encadrée à Bangui par ce

gouverneur et à l’ONU par des

diplomates français

 

le Colonialisme nous a massacré

étêté les Autorités Morales depuis

1881 jusqu’à ce jour 2015, il au-

ra encore massacré Boganda, Lumumba,

Sankara, NKru ma, main-

tenu le Peuple noir proche de la

bestialité de son intention, jamais

il n’a demandé pardon, ni ne

s’est excusé

 

 

En République Centrafricaine, par la

bouche de quelques faux-penseurs

non créateurs africanistes, on

a tenté de prétendre pour paver

la voie à la tutelle que notre Sainte

Terre sous nos pieds depuis des

millénaires n’est pas nôtre.

c’est sans compter le coup de gour

din du Peuple noir dont ils ne

connaissent pas les tréfonds de

l’âme des débuts du Monde

des pratiques

par la faute et erreur de leur faux

gouvernement de nègre blanc au

doigt et à l’œil de leur politique de

surveillance de commandement à

la Romaine, le Peuple Centrafricain s’est

fendu en deux antinomique ?

vaniteux en vain, avez-vous

nommé jamais l’arbre à pala-

bres à travers les guerres ? et

son rôle d’union de paix ?

le colonialisme nous exploite

à mort nous désorganise c’est

pour sans doute que notre

Résistance nous tienne vivant

plus nombreux aujourd’hui

en conséquence de la faute du

colonialisme, suite à ces cri-

mes graves parmi le Peuple

centrafricain la Résistance de

part et d’autre des dégats regret-

tables des combats fraticides

nous savons tous, anti-Balaka

et Séléka auraient topé là

pour la Paix au Pays de Cen-

trafrique.

A notre rôle pacificateur, le Colonia-

lisme préfère de loin le sien plus

diviseur plus dominateur, des

deux tribunaux de son cru

ils ont pour destin de briser d’a-

bord la Résistance légendaire de notre

Peuple noir en prenant leur temps

cinq ans renouvelable de tutelle

colonialiste fabrique de nègre blanc

inoffensif et psychiatrique.

Au lieu que le Peuple panpan, arti-

san, berger soit déjà rendu au

travail dans l’ensemble de son ter-

ritoire pour leurs électrons à la fran-

çaise, la République Centrafricaine

se voit imposer des dettes de plus

de cent 100 millions de dollars

afin que le FMI, la Banque Mon-

diale d’autres créanciers cachés

endettent encore plus notre Pays

comme dans le passé depuis l’indépen-

dance en 1960

le Peuple noir devient de plus en plus

pauvre désarmé par ce travail de

sape de pillage du patrimoine

africain par la Colonialisme

prédateur des Résistances

intégrités des Bantous noirs

Demandons au Colonialisme de-

vant quel tribunal jamais et sous

quelle dénomination il a été con-

damné pour ses meurtres, ses cri-

mes de guerre, crimes contre l’Hu-

manité, contre l’esclavage, contre

l’exploitation à mort des gens des

terres, des forêts, des eaux, de l’a-

venir saboté du Continent noir

et devant quel Peuple noir, a-t-il

jamais demandé pardon en lar-

mes, lui Colonialisme, qui pré-

side d’office les tribunaux prison

pour nègre blanc colonisé sans

état d’âme. C’est payant de les juger

les nègres blancs principalement.

Sur les 100 millions de dollars

soi-disant destinés aux élections prési-

dentielles ce qui permettrait d’em-

prunter donc de nous endetter no-

tamment afin de payer les fonc-

tionnaires seulement avec l’habituel-

le corruption des détournements

des trous insondables depuis 1960

mais pour ces élections on n’a

pu s’endetter à hauteur de

25 millions de dollars, pourquoi

donc suggère un intéressé à un

poste politique de strapontin

ne pas déjà entamer les manoeu-

vres ? De corruption habituelle.

ces élections demeurent une tri-

cherie colonialiste qui d’abord

endette la majorité noire de la

population centrafricaine, laquelle

depuis des siècles nourrit en son

sein son mode d’élection par

région ce qui ne lui coûterait pas

les yeux de la tête, oblitérant l’a-

venir de l’État Centrafricain

mais le Colonialisme vaniteux

impose une opinion que son

mode de scrutin serait le meil-

leur étant des plus sucrés pour

les entreprises de Françafrique

et autres capitalistes.

Le Colonialisme s’assied sur le

mode de scrutin des Citoyens noirs

la majorité de ce Pays de Centrafri-

que, Autrement dit cette majorité des

travailleurs qui font la République

centrafricaine n’a pas la parole

cela depuis 1881 date du

partage de l’Afrique entre les

Européens à Berlin Allemagne

Vu que la Pensée noire africaine

à été emprisonnée jusqu’aujour-

d’hui en 2015

la tricherie électorale ça n’est pas

ça des élections. Lorsque l’on procla-

me déjà la victoire en se préten-

dant du côté de l’internationale

socialiste sans un programme

aucun se penchant sur les inté-

rêts prioritaires du Peuple noir

censuré, volé, méprisé, foulé

au pied colonialiste depuis 1881

de quel côté des puissances pré-

datrices est-on ? de l’Europe et

de la Chine oppresseuses. Du côté

d’abord de l’argent ruisselant

des pouvoirs des corruptions et

vite gagné (en prison le Peuple)

Le Colonialisme aura fabriqué

suffisamment les psychologiques

nègres blancs selon Frantz Fa-

non! Les élections présidentielles

n’existent pas en réalité, cette

tricherie étrangère contre leur Peu-

ple. L’essentiel ne se trouve pas

inclus dans un programme de

gouvernement relevant du Peuple

Mais la gouvernance plait aux

maîtres à qui le noir joue au

blanc caméléon pour être choisi

à la queue leuleu

À la queue de cette bête méprisée.

Les présidents africains n’entrent

pas dans l’Histoire blanche. Les

huissiers choisis parmi les gens

de la danse de la Saint-guy gardent

la porte, assassinent le Peuple dans

la boue, gardent la porte ouverte

vers l’immense garde-manger

pour étranger seulement, l’ar-

gent.

Lorsque des français de France

ouvrent des comptes en France pour

soutenir un candidat soi-di-

sant digne de représenter la Ré-

publique Centrafricaine, est-on assu-

ré de sa nationalité réelle ?

sinon que la Population noire

citoyenne a un mot Mouzou

voukou nègre blanc pour cela. Une

faune. La majorité étrangère

continue de gruger la majorité noire.

 

BAMBOTÉ MAKOMBO

 

écrivain

Un président nègre blanc entouré de Blancs  pour gouverner la Centrafrique noire  par Bamboté Makombo

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com