Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 17:41

 

 

 

Bambari : Catherine Samba-Panza rassure que les élections sont possibles avant la fin de l'année

 

http://www.radiondekeluka.org/   jeudi 30 juillet 2015 13:17

 

« Les élections sont possibles avant la fin 2015 », a déclaré Catherine Samba-Panza, Chef d’État de la transition en visite à Bambari – Capitale de la Ouaka ce jeudi, 30 juillet 2015. Un déplacement qui a pour objectif de restaurer l'autorité de l’État, favoriser la cohésion sociale au sein de la population et inaugurer quelques bâtiments administratifs réhabilités par les Nations-Unies dans cette localité.

  
Selon les informations recueillies par Radio Ndeke Luka, le Chef d’État de la transition a procédé ce matin à Bambari, à une double inauguration : celles des bâtiments de la Cour d'Appel et de la Mairie réhabilités par la Minusca. 


Au cours d'un meeting avec les populations, le Chef d'Etat de la transition s'est félicitée des « travaux abattus par les acteurs de la paix en faveur de la cohésion sociale à Bambari » avant de demander aux détenteurs d’armes et munitions de guerre de les restituer dans le cadre du processus pré DDRR.


Dans le même ordre d'idée, le président de la délégation spéciale de la ville de Bambari, Abel Madipada a déclaré que «  la ville de Bambari reprend son cours normal malgré quelques  poches de résistances ». Nonobstant cette situation, précise le Maire de Bambari, « plus de 40 milles personnes déplacées internes n'attendent que le désarmement annoncé lors du forum de Bangui pour regagner leurs domiciles ».


Justement à propos des armes, la ville de Bambari a été secouée à quelques heures de l'arrivée du Chef d’État de la transition par des tirs à l'arme lourde dont l'origine demeure encore inconnue. « Il y a eu ce matin des coups de feu un peu partout et on ne sait pas ce qui les justifie malgré l'arrivée du Chef d’État de la transition. La population terrorisée est obligée de rester à la maison», a déclaré sous couvert de l'anonymat, un témoin joint depuis Bambari par Radio Ndeke Luka. 


Toujours selon ce témoin, « Malgré les mesures de sécurité dans la ville de Bambari,  les peuhls de la ville – pour défier tout le monde - sont sortis hier se promener avec leurs armes ».


D'autres témoignages recueillis sur place font état de ce que les tirs qui ont débuté aux environs de 3h du matin proviendraient de la base des éléments de l'Unité pour la Paix en Centrafrique (UPC), du chef rebelle Ali Daras. Une accusation rejetée automatiquement par ce groupe rebelle : « C'est de l'ironie, du mensonge, nous avions - nous aussi écouté les tirs vers minuit. C'était trois tirs de sommation et puis c'est tout. On est en train de mener des investigations pour identifier ce malfaiteur qui voulait mettre en péril la visite de Mme la présidente », a déclaré le capitaine Ibrahim Ahamat Nidjad, porte parole de l'UPC.


Le 16 juillet dernier lors d'une rencontre avec le ministre résident de la Ouaka Joseph Agbo, les groupes rebelles présents à Bambari se sont engagés à ne pas perturber le déplacement du Chef d’État de la transition à Bambari.

 

 

 

Les collecteurs de Bria demandent la levée de l’embargo sur le diamant dans le Nord-est de la RCA

 

http://rjdh.org/  PAR NARCISSE JAUBERT LE 29 JUILLET 2015

 

Les collecteurs de diamant de Bria ont demandé la levée de l’embargo sur l’exportation du diamant en provenance du Nord-est du pays. Ces derniers ont lancé un message à cet effet, le lundi dernier.

 

Djoumadja, un des collecteurs de diamant à Bria, a déploré les difficultés qu’ils rencontrent pour gérer leurs activités depuis que le dimant est sous embargo.  « Les bureaux d’achat ont des problèmes d’exportation de diamants sur le marché mondial, afin de nous amener de l’argent. Ce qui freine les activités minières dans la préfecture de la Haute-Kotto et la région nord-est en général. Nous souffrons beaucoup de cette situation», a-t-il indiqué.

 

Ce dernier a lancé un appel pour la levée totale de l’embargo. « Je pense que la ville de Bria est une ville de la RCA. Si on a levé ailleurs, c’est mieux  de penser à nous qui sommes de ce coté, parce que nous souffrons beaucoup. Il faut que les autorités plaident pour la levée de cet embargo parce que c’est la population qui souffre » a-t-il noté.

 

Robert Morgodé, préfet de la Haute-Kotto a indiqué que cet embargo qui pèse sur le diamant ne fait que freiner ce secteur économique du pays. Ce dernier dit ne pas comprendre que l’embargo sur les diamants ne soit levé que de manière partielle. Pour cette autorité, les victimes de cette décision sont les civils et non les groupes armés.

 

Simon Bouyolo,  chef  de service préfectoral des mines à Bria, dénonce la présence des ex-Séléka dans les zones minières. Pour lui, c’est cette présence  qui constitue le principal blocage à l’heure actuelle.

 

L’embargo sur le diamant centrafricain a été partiellement levé le 26 juin 2015 lors de la conférence du processus Kimberley.

 

 

Un centre d’enregistrement à Bozoum vandalisé par deux hommes

 

http://rjdh.org/ PAR ALBON JUNIOR NAMKOMONA LE 30 JUILLET 2015

 

Deux personnes en arme blanche, ont vandalisé ce jeudi 30 juillet 2015 dans un centre d’enregistrement installé à l’école jardin d’enfant de la ville de Bozoum. L’acte s’est produit pendant les opérations d’enrôlement des électeurs sur les listes électorales. Ils ont pris des appareils avec les boitiers et les batteries qui permettent la prise des images.

 

Selon une source locale, quatre cent-dix-sept (417) images des personnes déjà enregistrées sur les listes électorales se trouvent dans les appareils emportés par ces deux hommes.

 

Enoch Bendounga, chef de ce centre explique que ces hommes ont affirmé avoir agi pour manifester leur mécontentement par rapport à leurs dossiers qui n’ont pas été retenus par l’Autorité Sous-préfectorale des Elections de Bozoum (ASPE) lors de recrutement des agents électoraux.

 

Cette source a fait savoir que « ces hommes ont promis poursuivre leurs actes dans tous les centres d’enrôlement de la ville de Bozoum afin de manifester leur mécontentement ».

 

Les éléments de la gendarmerie de la ville de Bozoum, après avoir été informés de la situation, se sont mis à la recherche de ces individus.

 

 

Une colonie de vacance en faveur des enfants traumatisés en préparation à Bangui

 

http://rjdh.org/  PAR ANNETTE MAÉLAINE MALEBINGUI LE 30 JUILLET 2015

 

L’ONG « Demain la vie » dans son programme de protection de l’enfance, organise du 1er au 29 août 2015 à la Faculté de Théologie Evangélique de Bangui (FATEB), la deuxième édition de la colonie de vacance, en faveur des enfants centrafricains, victimes des traumatismes liées à la récente crise.

 

Selon la coordonnatrice de cette ONG, Claudine Baganza-Dini, cette activité vise à favoriser le vivre ensemble, symbole de la réconciliation nationale. Elle appelle les parents à venir inscrire massivement leurs enfants à cette colonie.

 

Claudine Baganza revient sur les objectifs de cette colonie de Vacance. « Nous  avons décidé de l’organisation de cette colonie, pour favoriser le rapprochement  des enfants de diverses confessions religieuses, promouvoir les droits de l’enfant à l’éducation et aux loisirs, à la diversité linguistique, promouvoir la culture de la paix, la tolérance, la démocratie et le civisme, la prévention et la résolution pacifique des conflits » a expliqué cette dernière.

 

La coordonnatrice a aussi relevé les effets de la crise sur les enfants en ces termes, « les conséquences des conflits militaro-politiques ont fait à ce que les enfants de 5 à 17 ans, soient exposés aux traumatismes et avec comme conséquence, les risques d’accident graves. Nombreux sont ceux qui exercent des emplois dangereux. Des milliers parmi eux  participent aux conflits armés sans compter les victimes indirectes », a-t-elle justifié avant d’ajouter que d’autres sont soumis aux abus sexuels ou sont victimes de trafics.

 

Pour elle, ces enfants sont l’avenir de demain, et doivent profiter de leur enfance, pour contribuer au respect des valeurs  familiales, sociales et culturelles.

 

Elle a ajouté que  c’est aussi pour développer l’intérêt artistique, transmettre les valeurs culturelles, nationales et amener les enfants à adopter un comportement responsables que cette colonie est prévue.

 

Selon le programme,  au cours de cette rencontre,  les enfants auront l’occasion d’apprendre  et d’approfondir leurs connaissances dans divers domaines.

 

« Nous avons prévu des enseignements en ce qui concerne l’apprentissage et l’approfondissement des langues Sangô, Français, anglais et chinois. Des danses folkloriques, des sketches et comédies, des  contes africains et centrafricains, des dessins, des théâtres et des jeux concours sont aussi au programme. Il y’aura également des chansons de réconciliation, de paix ainsi que des sensibilisations sur la bonne pratique d’hygiène et de la santé de reproduction des jeunes », a-t-elle précisé.

 

L’ONG « Demain la vie », attend un changement positif dans le comportement de ces enfants, à la sortie de cette colonie. Elle appelle les parents à inscrire leurs enfants, afin de  leur garantir une rentrée scolaire sure.

 

Il s’agit de la deuxième colonie de vacance organisée par cette ONG nationale.

 

 

Nouvelles nationales sur RJDH et Radio Ndéké Luka
Nouvelles nationales sur RJDH et Radio Ndéké Luka
Nouvelles nationales sur RJDH et Radio Ndéké Luka
Nouvelles nationales sur RJDH et Radio Ndéké Luka

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com