Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 18:31

 

 

 

 

Les opérations de recensement électoral se poursuivront jusqu’au 18 juillet à Bangui

 

http://rjdh.org  Par Judicael Yongo le 7 juillet 2015

 

La date des opérations d’enregistrement des électeurs pour les prochaines élections en République Centrafricaine prévue du 29 juin au 11 juillet 2015 pour la population de la capitale, a été finalement repoussée au samedi 18 juillet.

 

L’annonce a été faite le lundi 6 juillet dernier par l’Autorité Nationale des Elections (ANE) dans un communiqué de presse rendu public et signé du président de cette institution, Dieudonné Kombo-Yaya.

 

Les raisons de cette prolongation selon l’ANE, sont « le léger retard accusé dans le démarrage du processus des opérations d’enregistrement des électeurs de la capitale ».

 

Dans la conclusion du document, l’ANE appelle la population des huit arrondissements de Bangui en âge de voter à se rendre dans les centres d’enregistrement ouvert afin de se faire inscrire sur la liste électorale.

 

L’inscription sur les listes électorales, un succès dans le 4ème arr. de Bangui

 

http://rjdh.org  Par Gerard Ouambou le 7 juillet 2015

 

Les opérations de recensement ont connu de succès dans le 4ème arrondissement de Bangui. Du 02 au 07 juillet, environ 11. 000 personnes se sont inscrites. Tels n’est pas le cas du 6ème que le RJDH a sillonné ce matin.

 

L’Ecole Ndrès 1 où se trouve un centre d’enregistrement a ouvert ses portes tôt ce matin. Des soldats onusiens sécurisent les opérations et sont disséminés dans la cour de l’établissement.

 

Une trentaine de personnes font la queue pour se faire inscrire. A l’entrée de la salle, deux agents recenseurs s’occupent de l’enregistrement. A l’intérieur, un autre agent se charge de filmer et de remettre des documents aux inscrits.

 

La population se dit heureuse de l’acte posé en s’inscrivant. Elle apprécie la qualité du travail fourni par les agents recenseurs.

 

Quant aux agents recenseurs, ils déplorent le fait qu’ils n’ont pas un temps de pause alors qu’ils travaillent de 8h à 17h.

 

Contacté par le RJDH, le Coordonnateur de l’Autorité National Electoral du 4e arrondissement de la ville de Bangui précise que dans son arrondissement, actuellement, il n’y a que douze bureaux d’inscription pour douze centres d’inscription.

 

« A partir de demain, mercredi 8 juillet, le nombre de bureaux sera doublé c’est-à-dire de douze à vingt quatre. Par ailleurs, depuis le lancement du processus dans le 4e arrondissement de la ville de Bangui le 2 juillet jusqu’à la date d’hier 6 juillet, onze milles trois cent soixante quatorze (11.374) personnes se sont déjà inscrites sur la liste électorale ».

 

Des personnes déplacées votent  dans le 6ème arrondissement

 

L’une des zones les plus peuplées de la capitale Bangui, le 6ème arrondissement connait depuis 2 jours,  l’enregistrement de la population sur les listes électorales. Du quartier Nzangognan à Fatima en passant par les 92 logements où notre reporter s’est rendu ce matin, malgré l’absence des agents de la police de la Minusca sur les lieux, les habitants des quartiers du 6ème arrondissement se sont massivement mobilisés.

 

Notons également que les agents d’enregistrement font face à un afflux considérable des personnes déplacées internes.

 

« Ces personnes sont désormais des habitants à part entière du 6ème arrondissement. Nous sommes tenus de les faire inscrire sur la liste électorale », nous confie un agent recenseur.

 

Pour la journée du lundi 6 juillet, deux cent trente et sept (237) personnes dont quarante neuf (49) femmes se sont inscrites.

 

 

 

Deux morts et quatre blessés à Baboua, bilan d’une attaque des hommes armés non identifiés

 

http://rjdh.org  Par Job Mohouna le 7 juillet 2015

 

Deux morts et quatre blessés, c’est le bilan provisoire d’une attaque perpétrée le 03 juillet dernier au village Foro, une localité située à quarante-cinq (45) kilomètres de la ville de Baboua dans la Nana-Mambéré par des hommes armés non identifiés.

 

Selon une source de la gendarmerie de la ville de Baboua, « c’est aux environs de dix-huit(18) heures que les malfrats ont tiré sur une voiture en provenance de Garoua-Boulaï pour Bangui. Les victimes ont été transférées au centre hospitalier de la ville de Baboua  et de Beloko pour recevoir des soins médicaux».

 

Pour René Quentin Zemokoa, chef de centre par intérim au centre de santé de la ville de Baboua, «les victimes qui ont été transférées à l’hôpital, une personne présente une situation inquiétante et a été aussitôt évacuée Bouar».

 

Face à cette situation, le sous-préfet de la ville de Baboua se dit inquiet par rapport à l’insécurité qui continue de planer dans cette région. Il demande au gouvernement et aux forces internationales de sécuriser ces zones afin de permettre la libre circulation de la population.

 

 

 

Des hommes armés rodent autour de la ville de Djéma vers Obo

 

http://rjdh.org  Par Richardo Dimanche le 7 juillet 2015

 

Plusieurs hommes armés ont fait irruption au village Derbissaka, situé à environ 30 kilomètres de la sous-préfecture de Djéma, le samedi 4 juillet. Leur objectif est d’échanger avec les habitants des viandes d’éléphants contre les autres denrées alimentaires et les produits de première nécessité.

 

L’information est rendue publique pendant la réunion hebdomadaire de sécurité. Une source humanitaire a souligné que la présence des hommes armés inquiète les habitants de la localité. « La population du village Derbissaka a été victime de plusieurs cas d’agressions, de viols et d’enlèvements. Ils ont peur de voir des personnes en arme circuler dans la ville», a-t-elle relevé.

 

La même source a ajouté qu’aucune force de défense, de maintien de l’ordre et de paix n’est  visible dans cette localité. « La présence de ces hommes a été signalée pendant la réunion hebdomadaire de sécurité, le mercredi dernier. Les autorités communales déplorent la libre circulation des personnes en arme dans les villages », a-t-elle réitéré.

 

Un habitant de cette localité a fait savoir que le but de l’incursion de ce groupe armé dans le village est d’échanger avec les habitants quelques produits alimentaires et des produits de première nécessité contre les viandes d’éléphants à leur possession. « Malgré qu’ils ont exprimé des besoins, leur présence avec des armes en main,  inquiète la population », a affirmé cette source proche des autorités locales.

 

Les habitants des localités situées dans les régions reculées du Haut-Mbomou, ont été régulièrement victimes des exactions, pillages, viols perpétrés par des hommes armés assimilés à des braconniers.

Voir les commentaires

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com