Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 17:18

 

 

Le HCR exprime de profondes inquiétudes sur l’exclusion des réfugiés du processus électoral

 

http://rjdh.org  Par Naïm-Kaélin Zamane le 13 juillet 2015

 

Il s’agit du Coordonnateur humanitaire, du Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) et de toute la communauté internationale qui expriment de profondes gratitudes concernant la décision du Conseil National de Transition d’exclure les réfugiés des différents scrutins en Centrafrique. Ils s’inquiètent également du potentiel impact de cette décision sur la réconciliation et la cohésion sociale dans le pays.

 

Pour Aurélien Agbénonci, coordonnateur humanitaire, la crédibilité et le caractère inclusif du processus électoral ne sont pas à négliger quant aux impacts de la décision du CNT. « J’attire l’attention de tous sur les conséquences d’une telle exclusion sur la crédibilité et le caractère inclusif des prochaines élections que nous souhaitons tous, transparentes, libres, inclusives et ouvertes à toutes et tous», a dit Mr Agbénonci.

 

Les réfugiés et les personnes déplacées représentent selon le Coordonnateur humanitaire un électorat considérable. Leur retour est volontaire, « Le retour des réfugiés dans leur pays d’origine est strictement volontaire et ce principe ne peut être violé. Il est vrai que le processus de réconciliation est amorcé mais la décision du retour relève des réfugiés eux-mêmes».

 

Le vote des réfugiés a été au centre des débats de la session extraordinaire du Conseil National de Transition convoquée du 24 au 30 juin dernier et consacrée à l’examen des amendements au Code Electoral. Lors de la cérémonie de clôture du 30 juin, le président du CNT, Alexandre Ferdinand Nguendet rendait publique la position des parlementaires de transition sur le vote des réfugiés, « La conclusion du Conseil National de Transition, après débat, est qu’il faut sursoir au vote de ceux-ci (réfugiés, ndlr) et le Conseil National de Transition exhorte le gouvernement à réunir les conditions pour le retour de ces compatriotes ».

 

Depuis décembre 2013, environ 25% de la population centrafricaine a été déplacée à l’intérieur du pays et plus de 460 000 se sont réfugiés au Cameroun, au Congo, en République démocratique du Congo (RDC) et au Tchad. Les débats de leur participation au processus électoral se ravivent alors que le recensement électoral entame sa dernière semaine dans la capitale et est prévu pour prendre fin le 27 juillet.

 

 

L’Unicef et ses partenaires évaluent les activités du premier semestre

 

http://rjdh.org  Par Line Péguy Gondje le 13 juillet 2015

 

La revue semestrielle 2015 du programme de coopération RCA/Unicef s’est déroulée ce lundi 13 juillet à l’hôtel Ledger Plaza à Bangui. Le mobile de la journée est de passer en revue les progrès sur l’amélioration de la sécurité, la situation des enfants et les travaux effectués au cours de l’année 2015 afin de faire un bilan général.

 

Cette réunion a regroupé tous les ministères, les organisations non gouvernementales nationales et internationales et le système des Nations-Unies. Chaque organisation a présenté les activités qu’elle a menées pendant le semestre afin d’évaluer les résultats.

 

Le Directeur régional de l’Unicef basé à Dakar a salué les avancées positives en RCA après la crise et souligne que, « chaque famille et toute la population centrafricaine ont besoin de l’appui de ses partenaires pour le développement du pays ».

 

Le coordonnateur résident du système des Nations-Unies Aurélien Agbénonci,  a fait savoir que cet atelier permet de « donner des réponses aux nombreux défis Centrafricains, je suis aussi très fière du forum de Bangui et du travail effectué par l’Unicef et la Minusca pendant cette période. La voix des enfants n’avait pas été oubliée au forum à travers l’organisation du forum des enfants ».

 

Il a appelé le gouvernement et les organisations à soutenir le développement d’urgence et la protection de l’enfant qui reste, selon lui, un problème fondamental dans un esprit d’équipe et d’engagement.

 

Le représentant  de l’Unicef en Centrafrique Mouhamed Moustapha Malick Fall, a demandé à ce que l’accent soit mis sur la sécurité. « L’amélioration de la sécurité, des travaux sous l’angle de la paix et de la cohésion sociale reste à faire », a-t-il dit.

 

Le ministre de l’éducation Nationale, Eloi Anguimate, en lançant les travaux a reconnu les conséquences de cette crise sur les enfants mais pour lui, les travaux de cette revue vont permettre de faire le point de tout ce qui s’est passé.

 

« Les conséquences de la crise sur les enfants et les femmes sont alarmantes. Beaucoup reste à faire dans le domaine de la santé, de la malnutrition, de l’éducation, de l’insécurité. Les travaux d’aujourd’hui permettent de faire le bilan des réalisations, de sortir les forces et les faiblesses et de faire des réajustements », selon le membre du Gouvernement.

 

Selon le rapport des ONG humanitaires, environs deux millions de personnes dont en majorité des enfants et des femmes ont encore besoin d’aide en Centrafrique.

 

Nouvelles nationales sur RJDH

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com