Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 23:43

 

 

 

Par RFI 05-06-2015 à 23:09

 

Une quarantaine d’élèves scolarisés au lycée Boganda dans le quartier Boy Rabe ont été blessés mercredi 3 juin à Bangui dans des échanges de tirs, alors que la Minusca intervenait pour récupérer un véhicule volé. Deux casques bleus ont également été blessés.

 

Mercredi 3 juin, la Minusca se rend dans le quartier de Boy Rabe, un fief anti-balaka situé sur l’axe nord de Bangui. Selon nos informations, les soldats veulent récupérer un véhicule volé par un membre influent des anti-balaka. Mais la situation dégénère. La Minusca explique dans un communiqué avoir essuyé des tirs nourris de criminels qui ont utilisé les élèves comme bouclier humain. Ceux-ci ont été immédiatement transportés vers les structures hospitalières. Certains sont blessés assez gravement.

 

Toujours dans ce communiqué, la Minusca se dit indignée par l’usage lâche par les criminels des écoliers comme bouclier, au détriment de leur droit à la vie. La mission onusienne rappelle également que l’attaque contre les casques bleus est assimilée à un crime de guerre. Par conséquent, prévient la Minusca, les auteurs seront recherchés et remis aux autorités centrafricaines pour une suite nécessaire.

 

Ces élèves sont scolarisés dans le lycée Boganda du quartier Boy Rabe. La mission onusienne venait de réaliser dans ce quartier une opération de récupération d'un véhicule volé. Dans un communiqué, la Minusca affirme que ses troupes envoyées pour récupérer cette voiture ont essuyé des tirs nourris «de criminels qui ont utilisé des élèves comme bouclier humain». Deux casques bleus ont également été atteints par balles. Les élèves blessés ont été hospitalisés.

 

 

Centrafrique : Le Premier ministre négocie avec les groupes armés

 

04/06/15 (APA)

 

Le Premier ministre centrafricain, M. Mahamat Kamoun, a entamé mercredi des concertations avec les groupes armés responsables de l’insécurité en Centrafrique, pour examiner avec eux les modalités de la mise en œuvre de l’accord de Démobilisation, Désarmement, Réinsertion et Rapatriement (DDRR) signé à Bangui, en marge du forum national de réconciliation qui s’est déroulé du 4 au 11 mai dernier.

 

M. Kamoun s’est d’abord entretenu séparément avec les représentants des deux branches des ex Sélékas. Le gouvernement et les partenaires au développement de la République centrafricaine doivent leur donner les moyens pour descendre sur le terrain, identifier les combattants et les cantonner, en vue du démarrage effectif du désarmement.

 

Les responsables des groupes armés doivent convaincre leurs éléments et les amener à adhérer au processus de normalisation en cours.

 

Pour ceux qui sont déjà cantonnés dans des camps militaires à Bangui, le gouvernement et les partenaires de la Centrafrique doivent les prendre en charge pour les amener à déposer les armes.

 

Les responsables des ex sélékas ont affirmé que si l’état mettait à leur disposition les moyens conséquents, les opérations de DDRR seraient rapides et les élections pourraient alors être organisées dans les meilleurs délais sur toute l’étendue du territoire national.

 

Le Premier ministre centrafricain doit se concerter au total neuf groupes armés. Sa prochaine rencontre doit avoir lieu avec les anti balakas et les forces armées non combattantes.

RCA: des dizaines d’élèves blessés dans des échanges de tirs à Bangui

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com