Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 11:35

 

 

22/06/15 (RFI)

 

 

En République centrafricaine, l’Autorité nationale des élections (ANE) a rendu public, vendredi 19 juin, un ambitieux calendrier électoral, qui fixe le référendum constitutionnel au 4 octobre, le premier tour des législatives et de la présidentielle simultanément le 18 octobre, et le second tour de ces deux scrutins au 22 novembre. Cependant et avant cela, l’ANE va lancer un grand recensement des électeurs dans tout le pays dès le 27 juin durant un mois.

 

Les électeurs seront appelés à s’inscrire sur les listes électorales dans des bureaux implantés un peu partout sur le territoire lors du recensement électoral qui doit débuter dès le 27 juin et être achevé le 27 juillet. C’est un travail colossal car les archives ayant survécu à la crise sont rares. L’ANE a renoncé à l’enrôlement biométrique, mais la prochaine carte d’électeurs comportera un certain nombre d’informations personnelles ainsi que la photo.

 

Joint par RFI, Julius Ngouadé-Baba, porte-parole adjoint de l’ANE, invite ses compatriotes à se faire inscrire massivement et se procurer ainsi, par la même occasion, un document d’identification. « L’Office national d’informatique dispose de quelques listes encore de 2011. Seulement, nous ne pouvons pas travailler avec cette liste pour la simple raison que l’exigence du code électoral voudrait, cette fois-ci, que l’option qui a été arrêtée par l’Autorité nationale des élections, après consensus, soit juste une liste informatisée, avec des cartes d’électeur sur lesquelles il y aura des photos. Du coup, nous sommes obligés de reprendre l’inscription à zéro parce que l’électeur inscrit doit disposer aussi de sa photo sur cette liste-là », a-t-il précisé.

 

« Ce serait aussi une très bonne chose, ajoute M. Ngouadé-Baba, parce que la crise que nous avons connue a occasionné de très grandes destructions. Du coup, la plupart de nos compatriotes ne disposent plus de documents tenant lieu de pièce d’identité. Aussi, une carte d’électeur qui contiendrait les informations sur l’affiliation de la personne, son lieu de résidence et sa photo - sans que cela remplace la carte nationale d’identité - peut servir à l’identification du Centrafricain qui sera inscrit sur la liste électorale. C’est pourquoi j’inviterais mes compatriotes à se faire inscrire massivement sur les listes électorales. »

 

Le calendrier est-il tenable ?

 

Pour l’ancien Premier ministre, Nicolas Tiangaye, et actuel président de la Conférence des présidents de la plateforme AFDT, l’Alliance des forces démocratiques pour la transition, il faut que l’ANE puisse recevoir les financements attendus pour que ce délai soit tenable. « C’est possible à condition que l’Autorité nationale des élections puisse boucler son budget de 18 millions de dollar», a-t-il déclaré, à RFI, avant d’ajouter qu’une transition est appelée à être très courte et que, par conséquent, il ne faut pas y rester « indéfiniment ». Il pense que c’est important d’avoir des institutions qui ont « l’onction populaire » et ainsi finir l’année en cours avec des élections démocratiques.

 

Nicolas Tiangaye souligne, par ailleurs, la situation des réfugiés et des déplacés qui ne pourront pas tous voter : « Ce que nous souhaitons, c’est que la majorité de la population puisse participer à ces élections. C’est notre souhait. Néanmoins, dans les conditions actuelles, il sera bien entendu difficile que tout le monde y participe, d’autant plus que nous avons environ 400 000 réfugiés dans les pays voisins et 500 000 déplacés internes. Il faut donc tenir compte aussi de tous ces éléments-là. »

 

Cyriaque Gonda, président du Parti national pour un Centrafrique nouveau (PNCN), parti de l’ancienne majorité présidentielle sous François Bozizé, considère, quant à lui, que l’on peut s’attendre à quelques glissements ou encore quelques retards mais il ne faut surtout pas dépasser décembre 2015. « On peut effectivement organiser les consultations référendaires, les élections législatives et la présidentielle en octobre, novembre, décembre. C’est la période que je considère adaptée. On aurait déjà eu un minimum de sécurité, on aurait déjà entamé les frais du programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) », a-t-il déclaré à RFI.

 

« Les élections constituent une opération vitale pour une nation, et particulièrement une nation qui est en crise comme la RCA. Décembre devra être une date butoir, de façon à ce que l’on donne l’espoir à notre peuple. A partir de l’année 2016, un nouveau commencement avec un acte refondateur qui devrait vraiment nous aider à revenir dans le concert des nations », estime Cyriaque Gonda, président du PNCN.

 

 

Centrafrique : un référendum sur la nouvelle constitution aura lieu le 4 octobre

 

22/06/15 (Agence Ecofin) - Des élections présidentielle et législatives se tiendront le 18 octobre en République centrafricaine pour mettre fin à une période de transition tumultueuse et deux années de violences inter-religieuses, a annoncé le gouvernement intérimaire le 19 juin.

 

Ces élections seront précédées par un recensement électoral du 27 juin au 27 juillet. Un référendum sur la nouvelle constitution aura lieu le 4 octobre. Un éventuel second tour de la présidentielle sera organisé le 22 novembre.

 

La présidente par intérim Catherine Samba Panza a promulgué récemment une loi créant une juridiction criminelle chargée spécialement de juger les crimes commis durant les deux années de conflits inter-religieux entre musulmans et chrétiens.

 

La Centrafrique a sombré dans le chaos en mars 2013 suite à la prise du pouvoir par les rebelles musulmans de la Séléka, déclenchant une série d'actions de représailles de la part des milices chrétiennes anti-balaka. Le conflit a fait plusieurs milliers de morts et plus d’un million de déplacés.

RCA : début du recensement électoral dans une semaine

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com