Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 19:22

 

 

 

 

Le président du Conseil de sécurité des Nation Unies, félicite les efforts du retour de paix en Centrafrique

 

http://rjdh.org  Par Annette Maélaine Malebingui le 15 juin 2015

 

Le Conseil salue le rôle que jouent les chefs d’État de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) dans la médiation internationale menée en République centrafricaine par Abdoulaye Bathily. Une déclaration faite, à l’issue de la 7461e séance du Conseil de sécurité consacrée à la présentation du huitième Rapport du Secrétaire général de l’ONU, sur la question ‘’Région de l’Afrique central’’, le 11 juin 2015.

 

«  Je salue les démarches diplomatiques entreprises par ce dernier aux côtés du Médiateur de la CEEAC, le Président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, de l’Envoyé spécial de l’Union africaine pour la République centrafricaine, Soumeylou Boubeye Maiga et du Représentant spécial du Secrétaire général pour la République centrafricaine, le général Babacar Gaye », a dit le président du conseil de sécurité de UN.

 

Il se félicite tout particulièrement de la tenue du Forum de Bangui sur la réconciliation nationale, présidé par le Représentant spécial du Secrétaire général et des textes qui en sont issus.

 

Il souligne  également que «les prochaines élections doivent être organisées dans les délais», a-t-il souligné.

 

Le Conseil rend hommage aux efforts menés par le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique centrale et Chef du BRENUAC, Abdoulaye Bathily, et par l’Envoyé spécial de l’Union africaine pour l’Armée de résistance du Seigneur, le général de corps d’armée en retraite, Jackson Kiprono Tuwei, afin de resserrer la coopération sur le plan régional et de faciliter la poursuite des opérations dans la zone de la Force régionale d’intervention de l’Union africaine.

 

 

Les autorités locales préoccupées par la sécurisation de la ville de Damara

 

http://rjdh.org  Par Fidèle Ngombou le 15 juin 2015

 

Les autorités civiles et militaires de Damara  veulent restaurer la libre circulation des biens et des personnes dans leur localité.  Une rencontre à cet effet, a eu lieu  le samedi 13 juin dernier entre ces dernières et des jeunes de la localité, dans la salle de conférence de la mairie de la ville. Objectif, débattre de la question sécuritaire dans la zone.

 

« Nous demandons aux jeunes qui détiennent encore des armes de guerre, des grenades, des minutions et des effets militaires de les restituer aux autorités compétentes. Car le fait de garder ces objets par devers soi peut créer la montée en puissance de l’insécurité  dans la ville », a dit Abima-Mokossé, commandant de brigade de Damara.

 

A titre d’exemple, il revient sur le cas des jeunes armés qui se livrent aux braquages dans le secteur Obéla. « Plusieurs jeunes qui détiennent des armes ont font usage pour semer des troubles à l’ordre public », a t-i conclu.

 

Arsène Dana, président de la délégation spéciale de Damara, rappelle qu’il est temps de renoncer à la manipulation et d’œuvrer pour la reconstruction de cette ville, meurtrie par les événements militaro-politiques. « Voilà le défi qui attend les jeunes de cette localité », a rappelé ce dernier.

 

La sous-préfète de Damara, Géneviève Gbadin, exhorte quant à elle les jeunes à se constituer en groupe d’auto-défense, pour prêter main forte aux autorités locales dans le domaine de la sécurité.

 

Bienvenu Yakissé, l’un des jeunes de cette ville se dit conscient de cette situation qui n’honore pas la jeunesse de sa localité.

 

« L’insécurité ne nous permet pas d’exercer nos activités culturelles et agricoles. Et de sur quoi, on subit des menaces de ceux qui ont des armes. Nous leur demandons de restituer ces objets nuisibles. Car les gardés chez-eux, c’est un risque. Ils ne sont pas formés à l’usage.  Ils doivent déposer  automatiquement les armes  et attendre le DDR », a relevé ce jeune habitant de Damara.

 

Cependant, certains jeunes qui ont participé à cette rencontre ont montré leur réticence et disent attendre le processus DDRR pour donner leur position. Une affirmation qui inquiète la population locale qui aspire à la paix et la sécurité.

 

La ville de Damara n’a pas encore repris sa force. Elle est toujours comptée parmi les villes moins sécurisées de la RCA.

Nouvelles nationales sur RJDH

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com