Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 21:36

 

 

 

http://rjdh.org   Par Vivien Ngalangou le 22 juin 2015

 

Le responsable de la protection de l’enfant à la Minusca Charles Fomunyam a déploré les actes nuisant à la santé des enfants qui témoignent être victimes des actes de maltraitance de la part de certains éléments de cette force onusienne.

 

C’était lors d’une émission réalisée par le RJDH que Charles Fomunyam a exprimé ce sentiment. Selon ce dernier, des enquêtes vont êtres menées et si « ces allégations » sont avérées, les présumés coupables doivent être identifiés. Ils payeront de leurs actes.

 

« A chaque fois que le droit d’un enfant est violé, que ça soit par un membre de la communauté, ou les belligérants en Centrafrique, ou par un membre de force internationale, la Minusca et la Sangaris, il faudrait que ça soit dénoncé. Si cela n’est pas fait c’est rendre victime l’enfant pour la seconde fois. C’est quand on dénonce que le préjudice peut être réparé », a-t-il conclu.

 

C’est après  une enquête menée par le RJDH auprès des enfants vivant à proximité de la base des forces internationales en face de l’hôtel Ledger Plazza, que certains enfants ont affirmé avoir été victimes des actes de viols sexuel. Le service de protection de l’enfant de la Minusca affirme avoir ouvert une enquête sur ces « allégations ».

 

Cette activité  a été menée dans la cadre de  la célébration de la journée internationale de l’enfant en Centrafrique, le 16 juin dernier.

 

 

Démarrage du Brevet des Collèges en Centrafrique

 

http://www.radiondekeluka.org   lundi 22 juin 2015 12:20

 

Environs 16000 candidats ont démarré ce lundi 22 juin, les épreuves écrites du Brevet des Collèges (BC), session de juin 2015. Elles se déroulent aussi bien à Bangui qu'à l'intérieur du pays et vont durer deux jours ceci sous la surveillance d'éléments de la police et de la gendarmerie nationales.


Dans la capitale, ce sont près de 10.000 candidats répartis dans 7 centres d’examens  qui composent les épreuves. Selon des propos recueillis par Radio Ndeke Luka sur les différents centres, ces épreuves n'ont pas connu d'incidents majeurs.

A l'école Benz-vi, centre numéro 1 où sont réunis les 886 candidats du centre de Boganda, délocalisé en raison d'insécurité,  il n'y a pas eu de désagrément signalés.

Selon Bernard Mbéguida, président dudit centre, des dispositions pratiques ont été prises au préalable. « Les élèves s'y sont retrouvés parce qu'on avait entre temps numéroté les tables-bancs et affiché les listes par salle. Ils sont venus depuis samedi vérifier leur nom, ce qui a fait qu'ils ne sont pas dépaysés ce matin ».


Au Lycée des Martyrs, le centre numéro 3 qui regroupe 6 établissements publics et privés, 816 candidats composent dans la sérénité comme l'a expliqué Rosalie Komello,  présidente dudit centre. « Il n'y a pas eu d'incident majeur depuis ce matin. Nous avions démarré avec l'orthographe. Ensuite, le maniement et la connaissance de la langue et après les élèves feront face à l'expression. Tout se déroule dans le calme et la sérénité ».


Par contre au Lycée de Miskine, centre numéro 5, avec 1856 candidats, les élèves ont dû faire usage des lampes de leurs téléphones portables afin de mieux lire, à cause de l'intempérie et du manque d'électricité.

 
Le président du centre numéro 5 Firmin Mbokoli rassure que « Pour l'instant, tout se déroule normalement sauf qu'avec cette pluie, les salles ne sont pas éclairées et les enfants ont de la peine à lire. On est obligé de leur autoriser l'utilisation des torches de leurs téléphones mais bien entendu sous la vigilance des surveillants ».

 
Alors que les examens écrits du Brevet des Collèges se déroulent sans encombre à Bangui, les épreuves physiques et sportives du Baccalauréat 2015, lancées également ce matin, ont été perturbées par la pluie. Les activités ont été suspendues dans les centres N°2 et 3, respectivement du Complexe Sportif Barthélemy Boganda et Lycée Marie Jeanne Caron. Au centre N°1 à l'INJS (Institut national de la jeunesse et des sports) par contre, les candidats ont composé ces épreuves malgré la pluie.

Selon Gilbert Bissidi Béodo, directeur régional de la jeunesse et des sports de Bangui, ces épreuves vont reprendre demain mardi dans les centres où les activités ont été suspendues.


« Nous sommes obligés de rompre dans les deux centres, c'est-à-dire le Lycée Marie Jeanne Caron et le Complexe 20.000 places, parce que la pluie nous a joué un vilain tour. Et les candidats qui sont programmés doivent revenir demain pour finir les épreuves physiques et sportives puisque la pluie a tout interrompu », a-t-il précisé.

 
Pour cette première vague, des milliers de candidats issus d'établissements publics et privés vont devoir subir ces épreuves étalés sur deux jours.

Le service de la protection de l’enfant de la Minusca dénonce les actes de viols présumés sur les enfants

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com